Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

27 - Patronage St Pallais de Saintes, autrement nommé " Patro des curés "

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Patronage St Pallais - Saintes

Entre 1952 et 1960

" Le patronage des curés "

Avec les ' Cœurs Vaillants "

C'est ici que tout avait commencé, un nouveau vicaire de la paroisse avait bien su se faire accepter, aussi pour son équipe de " Cœurs Vaillants ", ce prêtre, originaire de Vendée, avait fait le nécessaire pour attirer Jeudi et dimanche des dizaines de jeunes. Le jeudi.... dans les bois, le dimanche c'était le cinéma et au choix de nos deux salles, surtout au début. Au départ ce n'était que des films fixes et souvent muets quand c'était des films dits " bougeant ".

C'est ici que tout avait commencé, un nouveau vicaire de la paroisse avait bien su se faire accepter, aussi pour son équipe de " Cœurs Vaillants ", ce prêtre, originaire de Vendée, avait fait le nécessaire pour attirer Jeudi et dimanche des dizaines de jeunes. Le jeudi.... dans les bois, le dimanche c'était le cinéma et au choix de nos deux salles, surtout au début. Au départ ce n'était que des films fixes et souvent muets quand c'était des films dits " bougeant ".

Et bien sûr avec diverses activités, dont des kermesses annuelles.
Et bien sûr avec diverses activités, dont des kermesses annuelles.
Et bien sûr avec diverses activités, dont des kermesses annuelles.

Et bien sûr avec diverses activités, dont des kermesses annuelles.

Sur la côte sauvage, La Coubre, et à Chaumet les Violettes, vallon des arcs.
Sur la côte sauvage, La Coubre, et à Chaumet les Violettes, vallon des arcs.

Sur la côte sauvage, La Coubre, et à Chaumet les Violettes, vallon des arcs.

Après ce petit périple dans le parc du château du Douhet, retour dans la cabine de projection du cinéma et regard vers la scène de théâtre..... que de fous rires devant les Laurel et Hardy et autres comiques, mais aussi de bons moments devant les images fixes de " Tintin " où nous parlions à tour de rôle sur les images.

Après ce petit périple dans le parc du château du Douhet, retour dans la cabine de projection du cinéma et regard vers la scène de théâtre..... que de fous rires devant les Laurel et Hardy et autres comiques, mais aussi de bons moments devant les images fixes de " Tintin " où nous parlions à tour de rôle sur les images.

Espérons que vous avez été ravis de cette rétrospective, j'ai aussi le plaisir de vous annoncer le prochain article..... " Charlotte Renou, boulangère à Saintes en 39/45 ", une sacrée personne que je visitais régulièrement en maison de retraite de " La Providence " à Saintes et jusqu'à son décès. C'est là qu'elle m'avait tout raconté au cours de nos nombreux entretiens.
Espérons que vous avez été ravis de cette rétrospective, j'ai aussi le plaisir de vous annoncer le prochain article..... " Charlotte Renou, boulangère à Saintes en 39/45 ", une sacrée personne que je visitais régulièrement en maison de retraite de " La Providence " à Saintes et jusqu'à son décès. C'est là qu'elle m'avait tout raconté au cours de nos nombreux entretiens.

Espérons que vous avez été ravis de cette rétrospective, j'ai aussi le plaisir de vous annoncer le prochain article..... " Charlotte Renou, boulangère à Saintes en 39/45 ", une sacrée personne que je visitais régulièrement en maison de retraite de " La Providence " à Saintes et jusqu'à son décès. C'est là qu'elle m'avait tout raconté au cours de nos nombreux entretiens.

Voir les commentaires

24 - Je suis né en 1944. Investigations crashs.... rapprochement de découvertes: Le peigne d'un pilote

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

1944

Il y a eu le fameux jour du 24 juin 1944, moi à cette époque j'étais parti avec mes parents en campagne, réfugiés à Bussac sur Charente.

Mes parents avaient bien connu la guerre et les alertes. Une triste sirène de jour et de nuit.

Bien après la guerre la sirène des ateliers SNCF, à 13 h 50, sonnait l'embauche aux ateliers et mon père nous disait souvent que cela lui donnait à chaque fois mal au ventre. Devenu grand je l'ai bien compris.

Né pendant la guerre, j'étais dans les entrailles de ma mère alors qu'i y avait eu les deux gros bombardements de Saintes, mais elle n'avait pas échappé aux chasseurs qui mitraillaient souvent la vie ferrée vers Bussac. Là-aussi je comprends bien maintenant la terreur de ma mère, courant dans les champs, tenant mon frère aîné par la main et me portant en elle.

Puis j'ai été baptisé en avril 1945, je n'ai jamais compris pourquoi pas après la capitulation allemande... ! Bien sûr on ne pouvait pas le savoir.

Sur une des photos, entre les bras de ma tante, on se trouve sur l'emplacement d'un ancien abri.

De cette épisode familiale partons sur mes investigations " Crashs avions de guerre - 39/45 ". Etudes comparatives de découvertes du 19 juin 2020 (Sauf pour le système radio)

De cette épisode familiale partons sur mes investigations " Crashs avions de guerre - 39/45 ". Etudes comparatives de découvertes du 19 juin 2020 (Sauf pour le système radio)

ET en prime... très humain, assemblage relatif de trois fragments du peigne du pilote US Charles Donald Cole.
ET en prime... très humain, assemblage relatif de trois fragments du peigne du pilote US Charles Donald Cole.
ET en prime... très humain, assemblage relatif de trois fragments du peigne du pilote US Charles Donald Cole.
ET en prime... très humain, assemblage relatif de trois fragments du peigne du pilote US Charles Donald Cole.
ET en prime... très humain, assemblage relatif de trois fragments du peigne du pilote US Charles Donald Cole.
ET en prime... très humain, assemblage relatif de trois fragments du peigne du pilote US Charles Donald Cole.
ET en prime... très humain, assemblage relatif de trois fragments du peigne du pilote US Charles Donald Cole.

ET en prime... très humain, assemblage relatif de trois fragments du peigne du pilote US Charles Donald Cole.

Le peigne, après cette planche des découvertes du 19/6/2020

Le peigne, après cette planche des découvertes du 19/6/2020

24 - Je suis né en 1944. Investigations crashs.... rapprochement de découvertes: Le peigne d'un pilote

Voir les commentaires

23 - Témoignages... du quotidien à Saintes entre 40 et fin 44.

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Témoignages du quotidien de Saintais 

De 1940 à fin 44

 

Extraits......

Après le blockhaus / abri de Recouvrance... les extraits pris au hasard de mes dossiers...

Après le blockhaus / abri de Recouvrance... les extraits pris au hasard de mes dossiers...

4 Boulanger en 39/45 - Travail pour la panification allemande plutôt que le S.T.O

A l'époque j'habitais dans le quartier St Eutrope St Eutrope mais je travaillais dans une boulangerie vers la kommandantur (Rue Pasteur...!). De cet endroit je voyais beaucoup de collaborateurs.

Un jour deux feldgendarmes sont venus me convoquer à la boulangerie. Ainsi je m'étais rendu à la kommandantur où j'avais rencontré un interprète, un Alsacien M. Zink. Il m'avait engueulé en me disant... " Vous êtes un mauvais Français...". Par la suite M. Zink était rentré dans la résistance, sur la fin de la guerre.

En fait je ne voulais pas partir au S.T.O alors je m'étais embauché à la panetterie allemande, située rue de Lt Mazel, c'est toujours une boulangerie qui était là bien avant la guerre, elle servait à ravitailler l'armée française. Les allemands en avaient aussi besoin pour ravitailler leurs hommes du mur de l'Atlantique et dans le fournil il y avait jusqu'à 6 ou 7 fours.

1 Bombardement de Saintes - 24/6/1944

Cette nuit-là je me trouvais au lieu-dit " Les métrelles ", dans une maison se situant à l'entrée. Je me trouvais chez notre vendeuse, Paulette Guérin, nous avions le magasin " Michel Caoutchouc ". On était chez ses parents.

Le bruit des avions nous avait réveillés et j'avais alors ouvert une fenêtre au nord, apercevant les torches qui éclairaient le ciel. aussitôt j'étais partie rejoindre ma belle-mère et ma fille âgée de 4 ans, elles se trouvaient aux Métrelles dans les dernières maisons. Là avec d'autres personnes nous avons regardé vers la ville, apercevant les lueurs et entendant les explosions.

A la fin de l'alerte j'avais pris mon vélo, passant par " La Récluse " et le Haras j'avais rejoint notre maison de l'avenue Gambetta, pour m'assurer qu'il n'y avait pas eu de dégâts. J'avais appris le lendemain que j'avais eu de la chance car une bombe à retardement avait explosé devant le Haras.

Notre maison avait été secouée par les vibrations et il y avait de la poussière partout, je voyais même l'empreinte de mes pas en marchant. Au premier étage, la cloison entre la salle de bains et la salle à manger, était fissurée, déchirant alors la tapisserie à 1 mètre de haut et sur toute la longueur. (Photo prise.. visible en 1996)

J'avais aussi une lampe de chevet, un héron en métal blanc, portant une boule, il était tombé au sol en cassant cette boule. Je l'ai toujours. ( Photo: visible en 1996). Il a été dit que des allemands, qui s'étaient réfugiés dans les souterrains de la gare, avaient été tués et ils étaient nombreux.

En haut du cours national il y avait un dentiste, vers le théâtre, et aux alertes il partait se réfugier aux arènes. Mais pour ce bombardement quand ces personnes étaient revenues vers leur maison, ils l'avaient découverte détruite. ainsi ce dentiste, M. Forher - Bevin, a fait un malaise. Cet homme aura pour gendre le docteur Buovolo. Forher-Bevin - Chirurgien dentiste - 107, crs national - tél: 3.91 (annuaire 1939)

2 Bombardement de Saintes - 14/8/1944

Mon père étaiit chef d'îlot de la D.P. après le bombardement il avait été au cimétière St Pallais voir si la tombe de mon beau-frère, Serge Poupet (1916 - 14/3/43) était indemne. Cette tombe a une statue de " femme pleureuse ", elle a eu des impacts d'éclats de bombe (aucun impact visible en 2020). De l'autre côté, il y avait le caveau (8 places) du docteur Cazes (1872/1936) et il avait été complètement détruit. Par la suite une grande plaque de bêton avait été posée dessus avec une croix. Le cercueil du docteur Cazes avait séjourné quelques-temps dans notre caveau.

3 Combat de Saintes - Epuration - 4/9/1944

J'étais à la foire de Saintes, c'était un jour de liesse et le commandant Violette (Bataillon ayant libéré Saintes) était fêté par tous. On ramassait les femmes qui avaient couché avec les Allemands, pour les tondre. une fille avait été amenée au salon de coiffure Barré, rue Alsace Lorraine. On lui avait fait une coupe de cheveux très courte... puis on l'avait amené sur les marches du palais de justice , elles étaient deux ou trois.

4 Portraits du maréchal Pétain de De Gaulle

Quelques-jours plus tard (certainement après ce 4 septembre... M.S) des commerçants avaient en vitrine des photos du maréchal Pétain, mais les avaient vite remplacées par des photos de De Gaulle.

5 Chien loup et la Gestapo de Saintes

Chien loup et M.Henri. Nous avions une chienne « Finoute », coupée de loup et de berger allemand. M. Henri de la Gestapo qui demeurait dans le secteur (Rue Emile Zola) était venu voir maman et avait voulu que son chien couvre notre chienne. Son chien était aussi un chien coupé de loup, il lui avait donc demandé de l’amener à la prison, mais elle avait refusé. A cette époque les allemands recherchaient des chiens pour faire sauter les mines. Un jour ils avaient demandé que tous les chiens soient amenés sur la place Bassompierre. Notre chienne qui y avait été amenée avait mordu cruellement (malgré la muselière) un capitaine allemand, celui-ci avait alors sorti son pistolet mais ma mère s’était interposée. L’intervention de M. Henri a sorti ma mère et son chien de graves ennuis. Ce dernier avait alors déclaré… « Madame, je vous connais, je vous avais déjà demandé pour votre chienne.. »  et de ce fait il avait demandé que la chienne devrait être amenée à la prison où elle serait couverte. Après la mise à bas les « chiots » sont partis pour la prison, puis ils ont été emmenés en Allemagne. Ma chienne est décédée avant la mort de ma grand-mère en juillet 1949.

*

Depuis 1992.... entretiens avec des centaines de témoins, souvent chez eux et au meilleur endroit, assis autour de la table de la cuisine, mais aussi sur le terrain. Merci à ces nombreux témoins pour avoir accepté de raconter en me recevant. Belle confiance.

Depuis 1992.... entretiens avec des centaines de témoins, souvent chez eux et au meilleur endroit, assis autour de la table de la cuisine, mais aussi sur le terrain. Merci à ces nombreux témoins pour avoir accepté de raconter en me recevant. Belle confiance.

Voir les commentaires

22 - Investigations crashs... belle découverte - Dé-confinement.. souvenir - Visite dominicale à Fontcouverte

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Trois thèmes...

Dernières découvertes: Crash 5/1/44 = Une belle pièce

Fontcouverte.. la belle campagne de Saintonge

Confinement et après, mais souvenirs.... 

Zoom et détail. comparaison avec une même pièce mais d'un autre avion abattu une semaine plutôt... en faisant 7 morts US.
Zoom et détail. comparaison avec une même pièce mais d'un autre avion abattu une semaine plutôt... en faisant 7 morts US.
Zoom et détail. comparaison avec une même pièce mais d'un autre avion abattu une semaine plutôt... en faisant 7 morts US.

Zoom et détail. comparaison avec une même pièce mais d'un autre avion abattu une semaine plutôt... en faisant 7 morts US.

A Nieul les Saintes, un seul mort, le pilote, déchiqueté à 5 mètres de ce bouchon de réservoir.
A Nieul les Saintes, un seul mort, le pilote, déchiqueté à 5 mètres de ce bouchon de réservoir.
A Nieul les Saintes, un seul mort, le pilote, déchiqueté à 5 mètres de ce bouchon de réservoir.

A Nieul les Saintes, un seul mort, le pilote, déchiqueté à 5 mètres de ce bouchon de réservoir.

Joli et calme village de Saintonge, construit aux pieds du viaduc et à peu de distance de tunnel de Fontcouverte, dit aussi de Lormont. On peut remarque un superbe graffiti provenant certainement d'une structure très ancienne (la preuve en est qu'il est seul à cet endroit), mais reste à la déchiffrer.
Joli et calme village de Saintonge, construit aux pieds du viaduc et à peu de distance de tunnel de Fontcouverte, dit aussi de Lormont. On peut remarque un superbe graffiti provenant certainement d'une structure très ancienne (la preuve en est qu'il est seul à cet endroit), mais reste à la déchiffrer.
Joli et calme village de Saintonge, construit aux pieds du viaduc et à peu de distance de tunnel de Fontcouverte, dit aussi de Lormont. On peut remarque un superbe graffiti provenant certainement d'une structure très ancienne (la preuve en est qu'il est seul à cet endroit), mais reste à la déchiffrer.
Joli et calme village de Saintonge, construit aux pieds du viaduc et à peu de distance de tunnel de Fontcouverte, dit aussi de Lormont. On peut remarque un superbe graffiti provenant certainement d'une structure très ancienne (la preuve en est qu'il est seul à cet endroit), mais reste à la déchiffrer.
Joli et calme village de Saintonge, construit aux pieds du viaduc et à peu de distance de tunnel de Fontcouverte, dit aussi de Lormont. On peut remarque un superbe graffiti provenant certainement d'une structure très ancienne (la preuve en est qu'il est seul à cet endroit), mais reste à la déchiffrer.
Joli et calme village de Saintonge, construit aux pieds du viaduc et à peu de distance de tunnel de Fontcouverte, dit aussi de Lormont. On peut remarque un superbe graffiti provenant certainement d'une structure très ancienne (la preuve en est qu'il est seul à cet endroit), mais reste à la déchiffrer.
Joli et calme village de Saintonge, construit aux pieds du viaduc et à peu de distance de tunnel de Fontcouverte, dit aussi de Lormont. On peut remarque un superbe graffiti provenant certainement d'une structure très ancienne (la preuve en est qu'il est seul à cet endroit), mais reste à la déchiffrer.

Joli et calme village de Saintonge, construit aux pieds du viaduc et à peu de distance de tunnel de Fontcouverte, dit aussi de Lormont. On peut remarque un superbe graffiti provenant certainement d'une structure très ancienne (la preuve en est qu'il est seul à cet endroit), mais reste à la déchiffrer.

Et nous terminerons cette ballade charentaise... entre vestiges de différentes époques, en faisant un petit retour sur les deux mois de confinement..... Action.... moteur.... images.....
Et nous terminerons cette ballade charentaise... entre vestiges de différentes époques, en faisant un petit retour sur les deux mois de confinement..... Action.... moteur.... images.....

Et nous terminerons cette ballade charentaise... entre vestiges de différentes époques, en faisant un petit retour sur les deux mois de confinement..... Action.... moteur.... images.....

Et bien sûr rappel du groupe des 12 voisins... confinés mais pas ignorés.... Patrice, Sylvie, Camille, Thomas, Claude, David, M. B........,, Valérie, Frédéric, Michel, Noëlle, Axelle, Catherine, Fabienne, Hélène, Michel, Jacques et Mme G.......  en fait 12 foyers mais plus de noms... un  petit salut à chacun via ces lignes.
Et bien sûr rappel du groupe des 12 voisins... confinés mais pas ignorés.... Patrice, Sylvie, Camille, Thomas, Claude, David, M. B........,, Valérie, Frédéric, Michel, Noëlle, Axelle, Catherine, Fabienne, Hélène, Michel, Jacques et Mme G.......  en fait 12 foyers mais plus de noms... un  petit salut à chacun via ces lignes.
Et bien sûr rappel du groupe des 12 voisins... confinés mais pas ignorés.... Patrice, Sylvie, Camille, Thomas, Claude, David, M. B........,, Valérie, Frédéric, Michel, Noëlle, Axelle, Catherine, Fabienne, Hélène, Michel, Jacques et Mme G.......  en fait 12 foyers mais plus de noms... un  petit salut à chacun via ces lignes.
Et bien sûr rappel du groupe des 12 voisins... confinés mais pas ignorés.... Patrice, Sylvie, Camille, Thomas, Claude, David, M. B........,, Valérie, Frédéric, Michel, Noëlle, Axelle, Catherine, Fabienne, Hélène, Michel, Jacques et Mme G.......  en fait 12 foyers mais plus de noms... un  petit salut à chacun via ces lignes.
Et bien sûr rappel du groupe des 12 voisins... confinés mais pas ignorés.... Patrice, Sylvie, Camille, Thomas, Claude, David, M. B........,, Valérie, Frédéric, Michel, Noëlle, Axelle, Catherine, Fabienne, Hélène, Michel, Jacques et Mme G.......  en fait 12 foyers mais plus de noms... un  petit salut à chacun via ces lignes.

Et bien sûr rappel du groupe des 12 voisins... confinés mais pas ignorés.... Patrice, Sylvie, Camille, Thomas, Claude, David, M. B........,, Valérie, Frédéric, Michel, Noëlle, Axelle, Catherine, Fabienne, Hélène, Michel, Jacques et Mme G....... en fait 12 foyers mais plus de noms... un petit salut à chacun via ces lignes.

22  - Investigations crashs... belle découverte - Dé-confinement.. souvenir - Visite dominicale à Fontcouverte
22  - Investigations crashs... belle découverte - Dé-confinement.. souvenir - Visite dominicale à Fontcouverte

Voir les commentaires

20 - Plaisir.... du regard et imagination saintaise

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Prendre du temps

Rien que pour le plaisir….

….. des yeux.

Notre fleuve... se la coule douce... comme un fleuve que l'on voudrait long et tranquille. La preuve...

Notre fleuve... se la coule douce... comme un fleuve que l'on voudrait long et tranquille. La preuve...

Entre le ciel et l'eau, un pigeon saintais en plongeon.... alors que là-haut dans un ciel devenu bien vide la circulation est réduite au minimum nécessaire.
Entre le ciel et l'eau, un pigeon saintais en plongeon.... alors que là-haut dans un ciel devenu bien vide la circulation est réduite au minimum nécessaire.
Entre le ciel et l'eau, un pigeon saintais en plongeon.... alors que là-haut dans un ciel devenu bien vide la circulation est réduite au minimum nécessaire.

Entre le ciel et l'eau, un pigeon saintais en plongeon.... alors que là-haut dans un ciel devenu bien vide la circulation est réduite au minimum nécessaire.

20 - Plaisir.... du regard et imagination saintaise

Voir les commentaires

18 - Londres - Saintes. 1940 à 1944

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Londres - Saintes

Un appel peu entendu… mais beaucoup lu et écouté par la suite

Cérémonie à Saintes ce 18 juin 2020... certes en comité très restreint, mais nombreux ceux qui avaient cette date dans leurs pensées.... surtout en ces jours où certains humilient encore la Mémoire des Hommes.

Cérémonie à Saintes ce 18 juin 2020... certes en comité très restreint, mais nombreux ceux qui avaient cette date dans leurs pensées.... surtout en ces jours où certains humilient encore la Mémoire des Hommes.

" Si nous ne voulons pas pêrdre nos droits... faisons notre Devoir "
" Si nous ne voulons pas pêrdre nos droits... faisons notre Devoir "
" Si nous ne voulons pas pêrdre nos droits... faisons notre Devoir "
" Si nous ne voulons pas pêrdre nos droits... faisons notre Devoir "
" Si nous ne voulons pas pêrdre nos droits... faisons notre Devoir "

" Si nous ne voulons pas pêrdre nos droits... faisons notre Devoir "

Voir les commentaires

17 - J'étais épicier rue Alsace Lorraine à Saintes - 39-45

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Témoignages….. 39/45

Je m'appelle Jean P……. et je tenais une épicerie à Saintes durant la guerre, voici les faits que j'ai vécus et qui me reviennent à la mémoire…….

Attention les photos qui suivent n'ont pas un lien direct avec le témoignage, mais bien sûr elles nous parlent de cette époque. Le plan de l'abbaye aux Dames a été exécuté avec l'aide de témoins de l'époque et aussi de la sentinelle française qui était de garde à la porte de la caserne Taillebourg lors de l'arrivée des Allemands à Saintes le 22 juin 1940.

Attention les photos qui suivent n'ont pas un lien direct avec le témoignage, mais bien sûr elles nous parlent de cette époque. Le plan de l'abbaye aux Dames a été exécuté avec l'aide de témoins de l'époque et aussi de la sentinelle française qui était de garde à la porte de la caserne Taillebourg lors de l'arrivée des Allemands à Saintes le 22 juin 1940.

P......... Jean - 1920 Copie générale

39/45: Epicerie - 57, rue Alsace Lorraine - Saintes (Tél: 4.10)

1 Mitraillage aérien et dame enceinte

Un avion avait survolé le cours national au-dessus des arbres et l'avenue, mitraillant alors un train de troupe en gare. Une dame qui se trouvait dans la rue alsace Lorraine, terrorisée, elle était entrée dans mon magasin, tenant son ventre (enceinte) et se réfugiant au fond de mon commerce.

2 Combat de Saintes - 4/9/1944 - L'affaire Guimard (fils)

Le conseil municipal, sur la demande des allemands, établissait une liste, (certainement pour le S.T.O... M.S) ainsi vers le milieu de la guerre, Guimard qui était au S.T.O à Stetin (Nord de l'Allemagne), avait reçu une permission pour venir à Saintes. Il était alors monté dans le train (certainement à la fin de sa permission) mais descendant par derrière, la gare était dans le noir, il s'était sauvé. Il était resté caché pendant un an et demi dans une ferme vers " Gaterat ou Petit Gaterat " (Saintes). Dans cette ferme, à cette époque, il y avait eu les combats de Saintes contre le retour des Allemands, le 4 septembre 1944. Ils avaient alors mis aux fenêtre et aux portes des matelas et des armoires pour se protéger des tirs. La ferme se situait dans la zone de combat.

3 Fouille camion de farine - Rue Alsace Lorraine

C'était la nuit et je rentrais de voir André Degryse à " Gaterat ". De ma fenêtre j'avais remarqué un barrage allemand face au carrefour, en face de la banque " Société Générale " au débouché de la rue Alsace Lorraine. Les soldats ont fouillé un camion et donné des coups de baïonnette dans des sacs de farine que transportait le camion.

4 Défense Passive - Cycliste

J'étais dans la Défense Passive, secteur " St Vivien / St Pierre ". Aux alertes, étant cycliste dans la D.P, je devais me rendre au champ de foire à la station d'essence (toujours en place en 1993). C'était notre lieu de rendez-vous mais le P.C était au café " Le Point central " sur le cours; sous la verrière.

5 Bombardement de Saintes - 24/6/1944

C'était comme en plein jour, des fusées éclairantes pendaient au bout de parachutes.

Je m'étais alors rendu dans la tranchée creusée sur le trottoir du cours Reverseaux. cet abri allant de la station service (Mouton) à la première maison située l'autre côté du vallon des arènes.

Après le bombardement, tout au moins celui du haut de la ville, mon responsable m'avait demandé de voir sur place. Ainsi, au niveau du temple, et en plein milieu de la rue, il y avait des tuiles et des fils électriques partout.

Dans ce secteur, place du bastion, il y avait une tranchée creusée et recouverte de plaques de bêton. Toujours sur cette place, il y avait un poste de garde allemand pour leur centre de télécommunications. Ce poste était derrière la maison du docteur Brethonoux (en 1993) et ces locaux avaient appartenus à Mme Vinet (actuellement en maison de retraite). Dans la rue qui part de la place et rejoint le cours national, sur la droite.

Au bout du cours Reverseaux, sur la droite, à l'angle du cours des maisons étaient effondrées. Dans ce même secteur et sur le haut du cours natonal il y avait des débris très divers. La rue du général Sarrail était aussi très encombrée. Dans cette rue il y avait une bombe non éclatée (attendre confrmation...). Elle était passée par la fenêtre et en heurtant le bord de celle-ci elle s'était mise de travers. De ce fait elle avait atterri dans la cave sans exploser. Ceci très près de la famille Joutteux (Notaire... Huissier...!) qui s'y était réfugiée. Cette maison était du même côté que la maison détruite de l'architecte Naud (près Villa Musso). La bombe a été désamorcée par un soldat allemand. Comme toute la famille de ce soldat avait été tuée en Allemagne, il ne craignait plus rien.

Du côté de la gare SNCf beaucoup de soldats allemands s'étaient réfugiés dans les souterrains. Après le bombardement le docteur Pourcelet (médecin légiste) avait été appelé sur place. Il avait tellement entendu hurler dans les souterrains, qu'à peine arrivé il était reparti.

Il y avait trois trains de troupe en gare, en formation de route (!).

6 Bombe non éclatée rue général Sarrail

Voir paragraphe 5 - Le 24/6/1944

7 Déminage du pont de Saintes

Un ouvrier de l'entreprise Berthelot (Berthelot. M - Mécanique - tél: 2.06 / annuaire 39) située place de la prison était intervenu. C'était un garçon blond. En pleine nuit il avait arraché les fils des mines placées par les Allemands dans un pilier.

8 Combat et Crash entre forteresse et avion allemand - Crash 

Vers 18 heures, un jour d'été, je me trouvais sur les hauteurs d'une ferme "Le Port Hublé " (Route de Chaniers), j'ai entendu un combat aérien entre une forteresse et un avion allemand qui lui tournait au tour. Par la suite, le lendemain on avait appris qu'un avion était tombé en mer, après l'île de Ré. C'était le jour du bombardement de Cognac..

Très souvent dans le ciel de Saintes il y avait des regroupements d'escadrilles.

MS: Plutôt en fin de matinée, certainement le 31/12/1943.

*

Saisie le 17/6/2020 copie: 6/2020

Dans l'ordre.... Raymond Joubert de Saintes au Stalag XVII (1942). Officier supérieur allemand dans le chais Rouyer Guillet (Photo Musée du Gua). Série de photos essentiellement à Rochefort (D'un particulier de cette région). Saintes bombardée (Photo US du 30/6/44). Salle de restaurant de Saintes, certainement " Au grand Paris " (Maisons du monde en 2020). A la mémoire de Raymond Bubeck. Voir son square à Saintes. (Responsable à la SNCF il défendait la cause des cheminots devant les Allemands... dont celle de mon père qui aurait pu être inquiété. Il donnait toujours une bonne raison sur les actes de ses compagnons de la SNCF)
Dans l'ordre.... Raymond Joubert de Saintes au Stalag XVII (1942). Officier supérieur allemand dans le chais Rouyer Guillet (Photo Musée du Gua). Série de photos essentiellement à Rochefort (D'un particulier de cette région). Saintes bombardée (Photo US du 30/6/44). Salle de restaurant de Saintes, certainement " Au grand Paris " (Maisons du monde en 2020). A la mémoire de Raymond Bubeck. Voir son square à Saintes. (Responsable à la SNCF il défendait la cause des cheminots devant les Allemands... dont celle de mon père qui aurait pu être inquiété. Il donnait toujours une bonne raison sur les actes de ses compagnons de la SNCF)
Dans l'ordre.... Raymond Joubert de Saintes au Stalag XVII (1942). Officier supérieur allemand dans le chais Rouyer Guillet (Photo Musée du Gua). Série de photos essentiellement à Rochefort (D'un particulier de cette région). Saintes bombardée (Photo US du 30/6/44). Salle de restaurant de Saintes, certainement " Au grand Paris " (Maisons du monde en 2020). A la mémoire de Raymond Bubeck. Voir son square à Saintes. (Responsable à la SNCF il défendait la cause des cheminots devant les Allemands... dont celle de mon père qui aurait pu être inquiété. Il donnait toujours une bonne raison sur les actes de ses compagnons de la SNCF)
Dans l'ordre.... Raymond Joubert de Saintes au Stalag XVII (1942). Officier supérieur allemand dans le chais Rouyer Guillet (Photo Musée du Gua). Série de photos essentiellement à Rochefort (D'un particulier de cette région). Saintes bombardée (Photo US du 30/6/44). Salle de restaurant de Saintes, certainement " Au grand Paris " (Maisons du monde en 2020). A la mémoire de Raymond Bubeck. Voir son square à Saintes. (Responsable à la SNCF il défendait la cause des cheminots devant les Allemands... dont celle de mon père qui aurait pu être inquiété. Il donnait toujours une bonne raison sur les actes de ses compagnons de la SNCF)
Dans l'ordre.... Raymond Joubert de Saintes au Stalag XVII (1942). Officier supérieur allemand dans le chais Rouyer Guillet (Photo Musée du Gua). Série de photos essentiellement à Rochefort (D'un particulier de cette région). Saintes bombardée (Photo US du 30/6/44). Salle de restaurant de Saintes, certainement " Au grand Paris " (Maisons du monde en 2020). A la mémoire de Raymond Bubeck. Voir son square à Saintes. (Responsable à la SNCF il défendait la cause des cheminots devant les Allemands... dont celle de mon père qui aurait pu être inquiété. Il donnait toujours une bonne raison sur les actes de ses compagnons de la SNCF)
Dans l'ordre.... Raymond Joubert de Saintes au Stalag XVII (1942). Officier supérieur allemand dans le chais Rouyer Guillet (Photo Musée du Gua). Série de photos essentiellement à Rochefort (D'un particulier de cette région). Saintes bombardée (Photo US du 30/6/44). Salle de restaurant de Saintes, certainement " Au grand Paris " (Maisons du monde en 2020). A la mémoire de Raymond Bubeck. Voir son square à Saintes. (Responsable à la SNCF il défendait la cause des cheminots devant les Allemands... dont celle de mon père qui aurait pu être inquiété. Il donnait toujours une bonne raison sur les actes de ses compagnons de la SNCF)

Dans l'ordre.... Raymond Joubert de Saintes au Stalag XVII (1942). Officier supérieur allemand dans le chais Rouyer Guillet (Photo Musée du Gua). Série de photos essentiellement à Rochefort (D'un particulier de cette région). Saintes bombardée (Photo US du 30/6/44). Salle de restaurant de Saintes, certainement " Au grand Paris " (Maisons du monde en 2020). A la mémoire de Raymond Bubeck. Voir son square à Saintes. (Responsable à la SNCF il défendait la cause des cheminots devant les Allemands... dont celle de mon père qui aurait pu être inquiété. Il donnait toujours une bonne raison sur les actes de ses compagnons de la SNCF)

Voir les commentaires

16 - zoom sur St Pierre de Saintes... Basilique / Cathédrale... Son fantôme de 2013

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Incursion en l'église St Pierre de Saintes

Basilique & Cathédrale

ZOOM

Ce n'est pas le premier édifice du lieu depuis la christianisation de la Saintonge... c'est au moins le troisième, avec tant de secrets d'histoire et aussi ses manifestations presque intemporelles, certes il y a eu " La Dame blanche ", autrement " Notre Dame des miracles ", mais aussi ce fantôme de 2013 que je n'ai pas vu, mais mon appareil photo.. OUI.

Ce n'est pas le premier édifice du lieu depuis la christianisation de la Saintonge... c'est au moins le troisième, avec tant de secrets d'histoire et aussi ses manifestations presque intemporelles, certes il y a eu " La Dame blanche ", autrement " Notre Dame des miracles ", mais aussi ce fantôme de 2013 que je n'ai pas vu, mais mon appareil photo.. OUI.

Détails et grafitti...
Détails et grafitti...

Détails et grafitti...

Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.
Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.
Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.
Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.
Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.
Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.
Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.
Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.

Puis des indices plus évidents de notre passé.... enfin de son histoire très liée à celle des Saintongeais.

Et n'oublions pas de refermer la porte avant de sortir, en effet en 2013.... le fameux fantôme se trouvait dans une zone de turbulence.... que j'ai très bien ressentie en revenant après la découverte de " la " vision.... en fait un courant d'air très frais. Mais comme je l'ai constaté par moi-même, une partie (infime) de la cathédrale est sous l'eau.....
Et n'oublions pas de refermer la porte avant de sortir, en effet en 2013.... le fameux fantôme se trouvait dans une zone de turbulence.... que j'ai très bien ressentie en revenant après la découverte de " la " vision.... en fait un courant d'air très frais. Mais comme je l'ai constaté par moi-même, une partie (infime) de la cathédrale est sous l'eau.....
Et n'oublions pas de refermer la porte avant de sortir, en effet en 2013.... le fameux fantôme se trouvait dans une zone de turbulence.... que j'ai très bien ressentie en revenant après la découverte de " la " vision.... en fait un courant d'air très frais. Mais comme je l'ai constaté par moi-même, une partie (infime) de la cathédrale est sous l'eau.....
Et n'oublions pas de refermer la porte avant de sortir, en effet en 2013.... le fameux fantôme se trouvait dans une zone de turbulence.... que j'ai très bien ressentie en revenant après la découverte de " la " vision.... en fait un courant d'air très frais. Mais comme je l'ai constaté par moi-même, une partie (infime) de la cathédrale est sous l'eau.....

Et n'oublions pas de refermer la porte avant de sortir, en effet en 2013.... le fameux fantôme se trouvait dans une zone de turbulence.... que j'ai très bien ressentie en revenant après la découverte de " la " vision.... en fait un courant d'air très frais. Mais comme je l'ai constaté par moi-même, une partie (infime) de la cathédrale est sous l'eau.....

Pendant ce temps en ville, alors que la population est de retour, les travaux se poursuivent sur la couverture de la médiathèque municipale.

Pendant ce temps en ville, alors que la population est de retour, les travaux se poursuivent sur la couverture de la médiathèque municipale.

16 - zoom sur St Pierre de Saintes... Basilique  /  Cathédrale... Son fantôme de 2013
16 - zoom sur St Pierre de Saintes... Basilique  /  Cathédrale... Son fantôme de 2013

Voir les commentaires

15 - De Gaulle - Ici la France... Ici la France....

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

DE GAULLE 

" Ici la France….. Ici la France, notre France "

Pour ceux qui auraient la mémoire courte... il faut se rappeler....

Pour ceux qui auraient la mémoire courte... il faut se rappeler....

Tout un grand symbole.... MERCI à lui et aux vrais Français et amis de la France, pour ce combat formidable qui entraîne un RESPECT total qui doit perdurer.  Ci-après... Papier à lettre du général pour son bureau à Londres en 40 /44. Puis cette photo que j'ai prise depuis son bureau en 1977. Grand privilège, j'étais monté seul avec mon épouse, seul dans cette grande pièce avec son bureau. En effet la gardienne nous avait laissé monter seuls.... Merci chère Madame pour ce grand honneur. La photo donne sur l'est... vers l'Allemagne.
Tout un grand symbole.... MERCI à lui et aux vrais Français et amis de la France, pour ce combat formidable qui entraîne un RESPECT total qui doit perdurer.  Ci-après... Papier à lettre du général pour son bureau à Londres en 40 /44. Puis cette photo que j'ai prise depuis son bureau en 1977. Grand privilège, j'étais monté seul avec mon épouse, seul dans cette grande pièce avec son bureau. En effet la gardienne nous avait laissé monter seuls.... Merci chère Madame pour ce grand honneur. La photo donne sur l'est... vers l'Allemagne.
Tout un grand symbole.... MERCI à lui et aux vrais Français et amis de la France, pour ce combat formidable qui entraîne un RESPECT total qui doit perdurer.  Ci-après... Papier à lettre du général pour son bureau à Londres en 40 /44. Puis cette photo que j'ai prise depuis son bureau en 1977. Grand privilège, j'étais monté seul avec mon épouse, seul dans cette grande pièce avec son bureau. En effet la gardienne nous avait laissé monter seuls.... Merci chère Madame pour ce grand honneur. La photo donne sur l'est... vers l'Allemagne.

Tout un grand symbole.... MERCI à lui et aux vrais Français et amis de la France, pour ce combat formidable qui entraîne un RESPECT total qui doit perdurer. Ci-après... Papier à lettre du général pour son bureau à Londres en 40 /44. Puis cette photo que j'ai prise depuis son bureau en 1977. Grand privilège, j'étais monté seul avec mon épouse, seul dans cette grande pièce avec son bureau. En effet la gardienne nous avait laissé monter seuls.... Merci chère Madame pour ce grand honneur. La photo donne sur l'est... vers l'Allemagne.

Et retour en arrière avec De Gaulle à Saintes.....
Et retour en arrière avec De Gaulle à Saintes.....

Et retour en arrière avec De Gaulle à Saintes.....

Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.
Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.
Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.
Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.
Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.
Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.
Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.
Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.
Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.

Ces photos ont eté prises à Saintes en septembre 1944.

Quand vous monterez les marches qui mènent sur l'esplanade du square maréchal Foch à Saintes.... vous mettrez vos pas dans ceux du plus grand homme de notre temps...... GRAND aussi pour le fait qu'il a contribué à la Victoire de la France et à la fin d'un régime totalitaire et barbare, c'était fini le temps des larmes et de la souffrance. Alors RESPECT Monsieur De Gaulle.
Quand vous monterez les marches qui mènent sur l'esplanade du square maréchal Foch à Saintes.... vous mettrez vos pas dans ceux du plus grand homme de notre temps...... GRAND aussi pour le fait qu'il a contribué à la Victoire de la France et à la fin d'un régime totalitaire et barbare, c'était fini le temps des larmes et de la souffrance. Alors RESPECT Monsieur De Gaulle.
Quand vous monterez les marches qui mènent sur l'esplanade du square maréchal Foch à Saintes.... vous mettrez vos pas dans ceux du plus grand homme de notre temps...... GRAND aussi pour le fait qu'il a contribué à la Victoire de la France et à la fin d'un régime totalitaire et barbare, c'était fini le temps des larmes et de la souffrance. Alors RESPECT Monsieur De Gaulle.

Quand vous monterez les marches qui mènent sur l'esplanade du square maréchal Foch à Saintes.... vous mettrez vos pas dans ceux du plus grand homme de notre temps...... GRAND aussi pour le fait qu'il a contribué à la Victoire de la France et à la fin d'un régime totalitaire et barbare, c'était fini le temps des larmes et de la souffrance. Alors RESPECT Monsieur De Gaulle.

Voir les commentaires

14 - J'étais dans la Défénse Passsive - Ma nuit du bombardement de Saintes

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Témoignages 39/45

" Voici comment j'ai vécu ma nuit du 24 juin 1944.... en ce temps là… pas de portable, alors à vélo ou à pied et souvent au pas de course…… "

24 juin 1944 - Saintes - 17

En temps de guerre tout est prévu pour protéger les populations, il y avait la Défense Passive et celle-ci travaillait en " harmonie " avec les occupants allemands, bien sûr dans l'intérêt de la population saintaise, mais surtout sur leurs instructions et directives, auxquelles il était hors de question de déroger. La parole est au témoin, Jean P......., il a parlé en 1992 sur des faits, entre bien d'autres qu'il avait vécu durant 5 années de guerre à Saintes.... Ce qui suit est un document dit  " brut ", en fait un document d'études.....

En temps de guerre tout est prévu pour protéger les populations, il y avait la Défense Passive et celle-ci travaillait en " harmonie " avec les occupants allemands, bien sûr dans l'intérêt de la population saintaise, mais surtout sur leurs instructions et directives, auxquelles il était hors de question de déroger. La parole est au témoin, Jean P......., il a parlé en 1992 sur des faits, entre bien d'autres qu'il avait vécu durant 5 années de guerre à Saintes.... Ce qui suit est un document dit " brut ", en fait un document d'études.....

Jean P....... dépendait d el'ilôt 108 et un des abris se trouvait dans des grottes (carrières...!) sous la rue de Laroche, auxquelles on accédait par la rue port Larouselle. Elles existent toujours.
Jean P....... dépendait d el'ilôt 108 et un des abris se trouvait dans des grottes (carrières...!) sous la rue de Laroche, auxquelles on accédait par la rue port Larouselle. Elles existent toujours.

Jean P....... dépendait d el'ilôt 108 et un des abris se trouvait dans des grottes (carrières...!) sous la rue de Laroche, auxquelles on accédait par la rue port Larouselle. Elles existent toujours.

Les alertes à Saintes, c'était souvent, mais en été 1944... ce fut presque quotidien. Plusieurs sirènes sonnaient l'alerte..... Palais de justice, SNCF.....  On peut découvrir ici une des pages du standardiste de la gare de Saintes qui était très à l'écoute avec son téléphone.... certes jusqu'à l'alerte de cette fameuse nuit.
Les alertes à Saintes, c'était souvent, mais en été 1944... ce fut presque quotidien. Plusieurs sirènes sonnaient l'alerte..... Palais de justice, SNCF.....  On peut découvrir ici une des pages du standardiste de la gare de Saintes qui était très à l'écoute avec son téléphone.... certes jusqu'à l'alerte de cette fameuse nuit.
Les alertes à Saintes, c'était souvent, mais en été 1944... ce fut presque quotidien. Plusieurs sirènes sonnaient l'alerte..... Palais de justice, SNCF.....  On peut découvrir ici une des pages du standardiste de la gare de Saintes qui était très à l'écoute avec son téléphone.... certes jusqu'à l'alerte de cette fameuse nuit.
Les alertes à Saintes, c'était souvent, mais en été 1944... ce fut presque quotidien. Plusieurs sirènes sonnaient l'alerte..... Palais de justice, SNCF.....  On peut découvrir ici une des pages du standardiste de la gare de Saintes qui était très à l'écoute avec son téléphone.... certes jusqu'à l'alerte de cette fameuse nuit.
Les alertes à Saintes, c'était souvent, mais en été 1944... ce fut presque quotidien. Plusieurs sirènes sonnaient l'alerte..... Palais de justice, SNCF.....  On peut découvrir ici une des pages du standardiste de la gare de Saintes qui était très à l'écoute avec son téléphone.... certes jusqu'à l'alerte de cette fameuse nuit.
Les alertes à Saintes, c'était souvent, mais en été 1944... ce fut presque quotidien. Plusieurs sirènes sonnaient l'alerte..... Palais de justice, SNCF.....  On peut découvrir ici une des pages du standardiste de la gare de Saintes qui était très à l'écoute avec son téléphone.... certes jusqu'à l'alerte de cette fameuse nuit.

Les alertes à Saintes, c'était souvent, mais en été 1944... ce fut presque quotidien. Plusieurs sirènes sonnaient l'alerte..... Palais de justice, SNCF..... On peut découvrir ici une des pages du standardiste de la gare de Saintes qui était très à l'écoute avec son téléphone.... certes jusqu'à l'alerte de cette fameuse nuit.

Et la presse dans les jours suivants avait relaté cette nuit tragique de la St Jean, sous la censure et " collaboratrice " on ne peut que découvrir certains de ses propos, navrants sachant qu'il fallait anéantir les forces d'occupation de l'Axe.
Et la presse dans les jours suivants avait relaté cette nuit tragique de la St Jean, sous la censure et " collaboratrice " on ne peut que découvrir certains de ses propos, navrants sachant qu'il fallait anéantir les forces d'occupation de l'Axe.

Et la presse dans les jours suivants avait relaté cette nuit tragique de la St Jean, sous la censure et " collaboratrice " on ne peut que découvrir certains de ses propos, navrants sachant qu'il fallait anéantir les forces d'occupation de l'Axe.

Voir les commentaires