Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

21 - Témoignages 39-45, suivi de.. Héros de Saintes en 14-18 Crash investigation: Toujours le " B 17 " de Nieul les Saintes, avec une découverte un peu spéciale...

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Témoignage 39/45

Mais aussi une belle occasion

pour vous présenter un homme

qui fut héros sur les champs de bataille de 14/18

Pierre Lafargue

Suivi de témoignages par ses proches sur la guerre 39/45 à Saintes et dans ses environs.

Suivi de témoignages par ses proches sur la guerre 39/45 à Saintes et dans ses environs.

Vallet Jacqueline, née Lafargue - 14/8/1927 Copie générale

Fille de Pierre Lafargue ( 1896 / ), épouse de Henri Vallet (Témoignage joint)

39/45: 54, bis cours Reverseaux - Saintes

Mon père a été grand blessé de la guerre 14/18, il a été très décoré.

De M.S: J'ai rencontré M. Pierre Lafargue, dans sa maison du cours Reverseaux et j'avais été impressionné par ces blessures qu'il avait reçues, me demandant comment il avait pu survivre après avoir été transpercé de plusieurs coups de baïonnette.

1 Bombardement de Saintes - 24/6/44

Cette nuit-là à la maison il y avait mon père, ma mère, quant à mon jeune frère il se trouvait à Pons. Il y avait aussi Mme Gaudin qui était évacuée du 36, rue Emile Zola.

Nous avons entendu les sirènes et mon père avait ouvert les volet, apercevant la ville illuminée par des feux descendant au bout de parachutes. Nous sommes partis nous réfugier dans la crypte St Eutrope où il y avait déjà beaucoup de monde, mon père n'était pas venu avec nous.

A la fin de l'alerte, quand il n'y avait plus de risques, nous sommes rentrés à la maison où nous n'avons pas dormi. Mon père était alors parti voir la maison de Mme Gaudin et il était revenu vers les 5 à 6 heures du matin. De nombreux corps avaient été alignés dans la chapelle de l'hôpital et cela m'avait impressionné.

2 Bombardement de Saintes - 14/8/44

Je me trouvais dans la rue St François et j'allais chercher du lait. Il y a eu l'alerte et les bombes sont tombées presque aussitôt, quand j'ai entendu les bruits j'ai tellement eu peur qu'en trébuchant j'en ai lâché le pôt de lait et la monnaie. Je me suis rapidement réfugiée à la boulangerie Mathias, rue St François, où il y avait une cave voûtée.

3 Combat de Saintes - 4/9/44

Depuis le 21 août 1944 j'étais embauchée à la mairie de Saintes.

Ce lundi, quand nous avons appris que les allemands venaient, le personnel a voulu partir, mais monsieur Gaillard, chef de bureau, avait dit.... " Tu as encore le temps...". Je suis quand même partie mais à 17 heures. Ainsi j'avais remonté la rue St Eutrope, mais arrivée en haut il y avait des barricades, malgré cela j'avais réussi à rentrer chez moi en insistant. De chez moi j'entendais des balles qui sifflaient. Ma mère avait été contente de me voir, elle pleurait car il (mon père...) n'était pas rentré de son travail à " Aunis & Saintonge " (certainement compagnie de transport...M.S).

Le dimanche nous avons arraché le panneau allemand près des arènes. (Le témoin parle certainement du dimanche 3 septembre.... M.S)

4 Ma grand-mère à Saint Savinien et mon jeune frère

Ma grand-mère demeurait à Saint-Savinien et elle avait des craintes pour mon jeune frère du fait des mitraillages.

5 Mon père à la " Défense Passive " Clocher St Pierre

Mon père était dans la " D.P " et à une époque il avait été affecté comme guetteur à la cathédrale St Pierre, dans le clocher.

Vallet Henri - 24/4/1923 (Epouse Jacqueline Lafargue)

39/45: Ancienne ferme, dernière maison à gauche, rue des rochers (Maison vendue à Mège)

En 1944 je travaillais à la compagnie " Aunis & Saintonge "

5 bis Parcours de 1940 à fin 1944

- - - - Déjà édité

En 1940, j’ai vu l’arrivée des Allemands.

Le 20 novembre 1942, je devais partir en Allemagne, c’était la relève des prisonniers français par les hommes qui acceptaient de partir travailler en Allemagne. C’était des volontaires, tout au moins au début. En ce qui me concernait j’avais observé la consigne de Londres…. «  N’allait pas travailler en Allemagne »

Le S.T.O était arrivé plus tard. Le directeur de la régie « Aunis – Saintonge » où je travaillais, m’avait rencontré avec mon père, Léon Vallet.

Je devais me présenter à la Sous-préfecture de Saintes pour le lendemain. Je ne voulais pas y aller et je l’avais déclaré à mes parents, ma mère pleurait. Je me posais des questions car mes parents pouvaient avoir des ennuis du fait de mon refus.

J’ai eu une idée. Ainsi le docteur Sorillet m’avait déjà opéré en septembre 1940 pour une sinusite (Que j’ai toujours).

Je me rappelle que le docteur Sorillet, alors que j’étais revenu le voir m’avait dit que si je partais travailler en Allemagne, j’aurais au moins du travail, mais je lui avais répondu que j’étais pour De Gaulle. En fait je devais me présenter le lundi matin à la Kommandantur de Saintes et le soir je devais me rendre à l’hôpital allemand de la route de Marennes (maison de retraite).

Ainsi le docteur m’a convoqué pour 7 h 00 le lundi matin pour ablations des cornets du nez. Je suis donc allé voir le médecin allemand, en sortant de chez le docteur Sorillet, j’avais le nez bouché avec des cotons et on voyait du sang.

Cela avait mis le médecin allemand en colère, mais il m’a fait un certificat d’inaptitude temporaire pour deux mois.

Mais à la Kommandantur mon dossier avait déjà été préparé pour partir le soir même, aussi une femme (Brune), qui devait parler le français (Une française… !) m’a dit quelle était déçue car elle avait préparé mes papiers. Elle m’avait déclaré… «  Après tout vous êtes bien jeune ». Devant le médecin allemand j’ai enlevé un des bouchons de mes narines et du sang est tombé.

En juin 1944, le 8, j’étais chez ma sœur à La Jard. Je travaillais sur l’exploitation, en fait comme domestique. Je travaillais dans les champs, je bêchais les choux, les carottes, je faisais la saison des fauchages et d’autres travaux. Il n’y avait presque pas de vignoble.

Je ne me souviens pas des bombardements, j’étais peut-être à Saintes uniquement pour le bombardement du 14 août 1944, j’en avais parlé avec mon père.

En septembre 1944, j’avais signé en engagement sur l’honneur au régiment « Bir-Hacheim ». Ainsi le 9 septembre 1944 j’étais à la 1ière Compagnie, puis ensuite à la 12ième Compagnie du régiment Bir-Hacheim. J’avais comme adjudant chef, un nommé Dessugin, aujourd’hui décédé. Un matin cet homme était venu pour demander des hommes pour un peloton d’exécution, j'ai fait une drôle de tête quand il m’a eu désigné. Il est revenu un moment après, il avait choisi un autre homme à ma place. Comme sergent j’avais un nommé Droquer ( !) il vit toujours à Saintes.

Le 20 octobre 1944, j’ai quitté le régiment pour m’engager dans l’armée de l’air, c’est ainsi que je me suis retrouvé à la Base aérienne de Rochefort. J’étais comme 2ième classe, mais je voulais devenir mécanicien en atelier. Un officier, une belle journée, a désigné des hommes pour travailler au Service Sécurité, en fait je suis devenu Pompiers. A la fin de la guerre j’étais donc à Rochefort. J’ai quitté l’armée en 1967, après 22 ans, 6 mois, et 6 jours. Sans compter mes 42 jours dans les F.F.I.

6 Combat de Saintes - 4/9/44

- - - -> Déjà édité - - - -> Affecté au dossier " Combat de Saintes - 4/9/44 "

Je me trouvais à La Jard, je me rendais à Saintes le dimanche en vélo.

A cette époque j’allais souvent me baigner à Courcoury, vers le bistrot «  Le tire bouchon ».

Le 3 septembre on avait dit que les Allemands avaient quitté la ville de Saintes.

Je montais le cours national avec un copain, en vélo, quand j’ai aperçu des maquisards, ils étaient en haut du cours et avec la crosse de leurs fusils ils faisaient sauter les panneaux indicateurs allemands. Route de Rochefort, face à la route de Royan (magasin de luminaires en 1996) un fusil mitrailleur avait été installé, il était dans le fossé.

Des hommes étaient occupés à charger dans des camions des fûts de 200 litres (Essence). Ces fûts avaient été pris au garage « Ford » qui se trouvait à côté. On a donné un coup de main puis on est parti, c’était dans l’après-midi. Le maquis qui était rendu à Cognac, n’avait plus assez d’essence, c’est pour cette raison qu’ils en prenaient au garage « Ford ».

Le lundi 4 septembre 1944, la journée était joyeuse, vers les 10 h 00, les maquisards sont arrivés à la foire. Il y avait des F.T.P et des F.F.I, des sections de l’armée française ont défilé dans la foire. Ce jour-là j’étais encore en vélo, j’ai mangé à la maison.

Les F.F.I avaient pris position dans différents endroits : Rue de l’échalas (Près de la maison Vilpasteur), au champ de tir, à Recouvrance….. Au-dessus de notre ferme il y avait une mitrailleuse. Dans ce secteur, autrefois il y avait des sapins. En fait ce site contrôlait trois route d’accès.

Je suis retourné à la foire dans l’après-midi, je voyais des renforts qui allaient prendre position. A la foire, l’annonce du retour des Allemands s’est répandue comme une traînée de poudre. J’ai pris mon vélo et je suis rentré chez moi, rendu à la maison j’ai entendu des tirs. Je suis monté à la mitrailleuse qui était à l’endroit nommé « La renardière », endroit déjà cité où il y avait un petit bois et des sapins.

Au « Moulin de Guerry », le fermier, qui avait mis un drapeau sur sa maison, est monté pour l’enlever. A ce moment-là les maquisards allaient lui tirer dessus, mais le Lieutenant du groupe, reconnaissant un fermier et non un allemand, a fait cesser le feu sur cette cible (Où il a empêché les hommes de tirer).

Le Lieutenant m’a fait partir et avec ma mère nous nous sommes mis dans la cour, derrière un mur. De cette planque j’ai vu une section qui montait à l’assaut vers la route de Marennes, c’était vers les 17 h 00, les hommes avançaient par bond. J’étais donc resté à la maison. Les F.F.I avaient aussi des mitrailleuses dans les fenêtres de Recouvrance..

Après leur départ, les Allemands sont revenus dans la première partie de la nuit, ils étaient venus pour récupérer leurs morts sur l’arrière du convoi.

Le lendemain, 5 septembre, je me suis rendu sur le lieux du combats, à cette époque je précise qu’il n’y avait pas de trottoirs. Plusieurs camions avaient brûlé, le premier contenait du carburant et des explosifs.

On avait pu constater que là où les Allemands avaient rampé l’herbe était couchée. J’ai vu 4 ou 5 soldats allemands morts.

J’ai appris que les Allemands étaient revenus pour ramener des bestiaux et faire sauter le pont. Dans leur colonne il y avait des italiens et des miliciens français.

A leur arrivée à Saintes, les F.F.I s'étaient installés, pour l'Etat Major, au château de Rouyer-Guillet rue de la roche et pour leur garage ils utilisaient les garages de la Coopérative au port la rousselle.

Je m’étais enrôlé à la deuxième Compagnie Bir-Hacheim. Nous gardions les collaborateurs, en attente de jugement, à la salle centrale et à recouvrance. Une nuit des F.T.P avait tenté, par la force, de voler de l'essence dans nos garages. Je montais la garde à l'Etat Major, quand je ne gardais pas les collaborateurs. En septembre ou octobre 1944, il y a eu une attaque d'anciens miliciens sur Recouvrance. J'avais été désigné pour le piquet d'exécution, mais quand cela a été le moment je n'ai pas été retenu. L’adjudant Dessugin était venu et il m’avait désigné, mais il s’était ravisé et il avait choisi un autre homme. Une femme qui faisait du renseignement pour les alliés a été arrêtée à la libération et enfermé à la Salle Centrale. Elle couchait avec des allemands de l’hôpital de la route de Marennes, pour les besoins de la cause. C’est le Commandant Violette qui l’a sorti de la salle Centrale. Cette femme habitait route de Rétaud (Rue Georges Bouvard). Un nommé M………. s’habillait souvent en Allemand. Les exécutions avaient lieu sur la route de " Narcejac " (En fait la " Combe à cocu " à la sortie de SAINTES, de MS).

7 Alerte de jour

Un jour, vers les 11 heures, il y a eu une alerte avec la sirène, puis il y a eu un tir... avion ou D.C.A...!

8 Combat aérien vers l'été 1940

- - - ->Affectation totale: C97 n° 207.

En été 1940, époque des cerises. J'avais aperçu de chez moi, vers le sud-ouest, un combat entre un avion français et un avion allemand, ils se mitraillaient. Dans le jardin il y avait un réfugié belge qui était dans un cerisier, il en était vite descendu. (A cette époque réfugié chez nous).

9 Arrivée des Allemands à Saintes

- - -> Affecté au dossier " Arrivée des Allemands à Saintes "

A ce moment-là je me trouvais à la Banque de France, en haut du cours, et j'ai vu des personnes offrir des fleurs. Dès l'arrivée des soldats sur un terrain appartenant à la famille de Jean Roudier (Conseiller municipal vers 1996....), à côté de l'endroit où sera le " Bowling " bien plus tard rue des Rochers, une D.C.A avait été installée.

10 Evasion de l'île de Ré - Travail aux Chemins de fer allemands

En avril 1944, sur consigne de mon patron, j'avais été travaillé aux " Chemins de fer allemands " dans l'île de Ré. Mais le 7 juin 1944 je m'étais évadé de cette île et j'avais été me camoufler dans une ferme à La Jard, entre Saintes et Pons. En 1942 je devais déjà partir relever des prisonniers en Allemagne. Quelques-temps après le combat de Saintes, 4/9/44, je m'étais engagé dans le groupe militaire " Bir Hacheim ", pour me retrouver dans une autre formation par la suite.

11 Les maquis et F.F.I à Saintes - Après le 4/9/44

Les F.F.I avaient leur garage à la Coopérative route de Courbiac (Port Larousselle). L'état-major des F.F.I était dans le château Rouyer Guillet, rue de Laroche. Je montais la garde à cet état-major, puis d'autres fois je gardais des collaborateurs prisonniers.

 

12 Les femmes et l'épuration - Commandant Violette

- - - -> Affecté au dossier " Epuration "

Une femme qui passait pour collaborer, avait failli être tondue, alors qu'elle appartenait à " L'Intelligence Service ". Le comandant Violette (Brigade RAC) était venu sortir de la salle centrale (Place de l'échevinage) un femme qui s'y trouvait avec d'autres femmes détenues... (laquelle... ! M.S). Une femme, sur le cours Paul Doumer, avait son logement requis pour deux officiers allemands.

 

Pièces jointes: Relatives à Pierre Lafargue

Convocation du 8 juin 1940 pour servir dans la Défense Passive

Réquisition pour une affectation comme " Garde civique " à la Banque de France

Article Sud Ouest du 13 novembre 1987 (avec photo)

Certificat du maire de Saintes - 21 janvier 1955 (Services chez les Pompiers, refus de servir les Allemands, Défense Passive)

Etat de ses décorations et citations

Courrier pour recevoir sa nomination dans l'ordre du " Mérite national "

*

Saisie du 19/8/2020 Copie: 9/2020   IMPORTANT: Il s'agit d'un document de travail et d'étude. 

Retour sur le terrain du crash d'un " B17 "

5 january 1944

Dernières découvertes

L'outil marqué " A ", est un tournevis spécialement étudié pour déverrouiller des parties closes sur le fuselage.  Et on peut conclure provisoirement avec une photo de la série " Art Crash "
L'outil marqué " A ", est un tournevis spécialement étudié pour déverrouiller des parties closes sur le fuselage.  Et on peut conclure provisoirement avec une photo de la série " Art Crash "
L'outil marqué " A ", est un tournevis spécialement étudié pour déverrouiller des parties closes sur le fuselage.  Et on peut conclure provisoirement avec une photo de la série " Art Crash "
L'outil marqué " A ", est un tournevis spécialement étudié pour déverrouiller des parties closes sur le fuselage.  Et on peut conclure provisoirement avec une photo de la série " Art Crash "
L'outil marqué " A ", est un tournevis spécialement étudié pour déverrouiller des parties closes sur le fuselage.  Et on peut conclure provisoirement avec une photo de la série " Art Crash "

L'outil marqué " A ", est un tournevis spécialement étudié pour déverrouiller des parties closes sur le fuselage. Et on peut conclure provisoirement avec une photo de la série " Art Crash "

21 - Témoignages 39-45, suivi de.. Héros de Saintes en 14-18 Crash investigation: Toujours le  " B 17 " de Nieul les Saintes, avec une découverte un peu spéciale...

Voir les commentaires

15 - Albert Duc le Saintongeais sauve James Bradley l'Américain - 5 january 1944

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Rencontre de haut vol

Quand un Saintongeais, de Corme Royal,

sauvait un Américain de l'Orégon.

Albert Duc et James Bradley

5 janvier 1944

Témoignage d'Albert Duc que j'ai recueilli il y a des années, alors que depuis une cinquantaine d'années, cet homme de Corme Royal (17) avait tenu caché son acte de bravoure qui aurait pu lui coûter la vie.....

Témoignage d'Albert Duc que j'ai recueilli il y a des années, alors que depuis une cinquantaine d'années, cet homme de Corme Royal (17) avait tenu caché son acte de bravoure qui aurait pu lui coûter la vie.....

J'ai bien connu " Albert " qui était devenu un ami par la suite et c'est facile à comprendre.... ce témoin nous a quitté en 2016, je l'ai accompagné jusqu'au bout, comme il l'avait fait pour sauver cet aviateur US.
J'ai bien connu " Albert " qui était devenu un ami par la suite et c'est facile à comprendre.... ce témoin nous a quitté en 2016, je l'ai accompagné jusqu'au bout, comme il l'avait fait pour sauver cet aviateur US.
J'ai bien connu " Albert " qui était devenu un ami par la suite et c'est facile à comprendre.... ce témoin nous a quitté en 2016, je l'ai accompagné jusqu'au bout, comme il l'avait fait pour sauver cet aviateur US.
J'ai bien connu " Albert " qui était devenu un ami par la suite et c'est facile à comprendre.... ce témoin nous a quitté en 2016, je l'ai accompagné jusqu'au bout, comme il l'avait fait pour sauver cet aviateur US.

J'ai bien connu " Albert " qui était devenu un ami par la suite et c'est facile à comprendre.... ce témoin nous a quitté en 2016, je l'ai accompagné jusqu'au bout, comme il l'avait fait pour sauver cet aviateur US.

Vous découvrez la première page et de la dernière page d'un courrier que m'avait adressé James Bradley, suivies de la traduction.
Vous découvrez la première page et de la dernière page d'un courrier que m'avait adressé James Bradley, suivies de la traduction.
Vous découvrez la première page et de la dernière page d'un courrier que m'avait adressé James Bradley, suivies de la traduction.

Vous découvrez la première page et de la dernière page d'un courrier que m'avait adressé James Bradley, suivies de la traduction.

Par " Devoir de mémoire " nous devons " Conserver la mémoire des hommes ".

Par " Devoir de mémoire " nous devons " Conserver la mémoire des hommes ".

Quittons nos amis pour nous retrouver à Saintes... avec une invitation, puis une info sur le lutte contre le " COVID 19 ". A Saintes le port du masque est obligatoire dans certains quartiers de la ville, ce jour la police municipale a fait de la prévention par haut-parleur.

Quittons nos amis pour nous retrouver à Saintes... avec une invitation, puis une info sur le lutte contre le " COVID 19 ". A Saintes le port du masque est obligatoire dans certains quartiers de la ville, ce jour la police municipale a fait de la prévention par haut-parleur.

La lutte continue.... soyons bons joueurs et tous seront gagnants.
La lutte continue.... soyons bons joueurs et tous seront gagnants.
La lutte continue.... soyons bons joueurs et tous seront gagnants.

La lutte continue.... soyons bons joueurs et tous seront gagnants.

Voir les commentaires

13 - Un Saintais dans le Périgord noir.... DOMME, plus beau village de France

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Saintes - Chte Maritime

Domme - Dordogne

600 kms et des clichés

" Passage obligé des templiers confinés par le roi de France...." 

Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.
Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.
Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.
Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.
Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.
Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.
Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.
Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.
Après regard sur le trajet....  La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.

Après regard sur le trajet.... La bastide de Domme fut érigée par le roi Philippe le Hardi en 1281, du dur car il fallait une défense absolue. La fameuse porte avec cette tour devenue prison pour les templiers.

Et, outre le village, il faut parcourir les murs de cette prison des templiers, arrêtés par surprise sur ordre du roi de France et en les extrayant au petit matin de leur commanderie. Ici environ 70 templiers vécurent enfermés durant une dizaine d'années. Un long temps qui leur a permis de graver la trace de leur passage, avant pour certains de finir exécutés.
Et, outre le village, il faut parcourir les murs de cette prison des templiers, arrêtés par surprise sur ordre du roi de France et en les extrayant au petit matin de leur commanderie. Ici environ 70 templiers vécurent enfermés durant une dizaine d'années. Un long temps qui leur a permis de graver la trace de leur passage, avant pour certains de finir exécutés.
Et, outre le village, il faut parcourir les murs de cette prison des templiers, arrêtés par surprise sur ordre du roi de France et en les extrayant au petit matin de leur commanderie. Ici environ 70 templiers vécurent enfermés durant une dizaine d'années. Un long temps qui leur a permis de graver la trace de leur passage, avant pour certains de finir exécutés.
Et, outre le village, il faut parcourir les murs de cette prison des templiers, arrêtés par surprise sur ordre du roi de France et en les extrayant au petit matin de leur commanderie. Ici environ 70 templiers vécurent enfermés durant une dizaine d'années. Un long temps qui leur a permis de graver la trace de leur passage, avant pour certains de finir exécutés.
Et, outre le village, il faut parcourir les murs de cette prison des templiers, arrêtés par surprise sur ordre du roi de France et en les extrayant au petit matin de leur commanderie. Ici environ 70 templiers vécurent enfermés durant une dizaine d'années. Un long temps qui leur a permis de graver la trace de leur passage, avant pour certains de finir exécutés.
Et, outre le village, il faut parcourir les murs de cette prison des templiers, arrêtés par surprise sur ordre du roi de France et en les extrayant au petit matin de leur commanderie. Ici environ 70 templiers vécurent enfermés durant une dizaine d'années. Un long temps qui leur a permis de graver la trace de leur passage, avant pour certains de finir exécutés.

Et, outre le village, il faut parcourir les murs de cette prison des templiers, arrêtés par surprise sur ordre du roi de France et en les extrayant au petit matin de leur commanderie. Ici environ 70 templiers vécurent enfermés durant une dizaine d'années. Un long temps qui leur a permis de graver la trace de leur passage, avant pour certains de finir exécutés.

Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.
Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire.  Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.

Le guide nous a déclaré que les prisonniers, n'ayant aucun instrument sous la main..... auraient fait ces gravures avec leurs ongles, voir avec des dents humaines, en effet il leur arrivait de perdre leurs dents (En tant que spécialiste des graffiti, difficile de douter des déclarations des " autres " mais bien sûr il y a d'autres pistes.... Par contre pour la main, cela nous rappelle un peu la pratique des hommes de la préhistoire. Mais les inscriptions lapidaires ce sont aussi les marques des tâcherons.

Sur un panneau on peut lire le nom du chanoine Tonnelier, est-ce le même que j'ai rencontré en Saintonge, à Thaims, Rioux, St André de Lidon. C'était aussi un érudit, archéologue. J'avais eu le plaisir de le rencontrer il y a une cinquantaine d'années, mais à cette époque je n'étais pas chercheur de graffiti, dommage.
Sur un panneau on peut lire le nom du chanoine Tonnelier, est-ce le même que j'ai rencontré en Saintonge, à Thaims, Rioux, St André de Lidon. C'était aussi un érudit, archéologue. J'avais eu le plaisir de le rencontrer il y a une cinquantaine d'années, mais à cette époque je n'étais pas chercheur de graffiti, dommage.
Sur un panneau on peut lire le nom du chanoine Tonnelier, est-ce le même que j'ai rencontré en Saintonge, à Thaims, Rioux, St André de Lidon. C'était aussi un érudit, archéologue. J'avais eu le plaisir de le rencontrer il y a une cinquantaine d'années, mais à cette époque je n'étais pas chercheur de graffiti, dommage.
Sur un panneau on peut lire le nom du chanoine Tonnelier, est-ce le même que j'ai rencontré en Saintonge, à Thaims, Rioux, St André de Lidon. C'était aussi un érudit, archéologue. J'avais eu le plaisir de le rencontrer il y a une cinquantaine d'années, mais à cette époque je n'étais pas chercheur de graffiti, dommage.
Sur un panneau on peut lire le nom du chanoine Tonnelier, est-ce le même que j'ai rencontré en Saintonge, à Thaims, Rioux, St André de Lidon. C'était aussi un érudit, archéologue. J'avais eu le plaisir de le rencontrer il y a une cinquantaine d'années, mais à cette époque je n'étais pas chercheur de graffiti, dommage.

Sur un panneau on peut lire le nom du chanoine Tonnelier, est-ce le même que j'ai rencontré en Saintonge, à Thaims, Rioux, St André de Lidon. C'était aussi un érudit, archéologue. J'avais eu le plaisir de le rencontrer il y a une cinquantaine d'années, mais à cette époque je n'étais pas chercheur de graffiti, dommage.

Toujours confiné dans cette tour... découvrons des vestiges de pierre.
Toujours confiné dans cette tour... découvrons des vestiges de pierre.

Toujours confiné dans cette tour... découvrons des vestiges de pierre.

Dans les ruelles et les artères principales de Domme..... quelques dates.
Dans les ruelles et les artères principales de Domme..... quelques dates.

Dans les ruelles et les artères principales de Domme..... quelques dates.

Des rencontres et des regards non négligeables...
Des rencontres et des regards non négligeables...
Des rencontres et des regards non négligeables...

Des rencontres et des regards non négligeables...

Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".
Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".

Clichés... coup d'œil ou clin d'œil.... ! Mais le plus étonnant fut aussi le fameux bonhomme " Michelin ".

Bien avant de conclure ce diaporama, avec un passage par la mairie, sur deux clichés d'art.
Bien avant de conclure ce diaporama, avec un passage par la mairie, sur deux clichés d'art.
Bien avant de conclure ce diaporama, avec un passage par la mairie, sur deux clichés d'art.

Bien avant de conclure ce diaporama, avec un passage par la mairie, sur deux clichés d'art.

Merci d'avoir revisité avec nous la cité de Domme, mais nous vous la conseillons avec moins de.... monde, sans oublier votre masque bien sûr.
Merci d'avoir revisité avec nous la cité de Domme, mais nous vous la conseillons avec moins de.... monde, sans oublier votre masque bien sûr.
Merci d'avoir revisité avec nous la cité de Domme, mais nous vous la conseillons avec moins de.... monde, sans oublier votre masque bien sûr.

Merci d'avoir revisité avec nous la cité de Domme, mais nous vous la conseillons avec moins de.... monde, sans oublier votre masque bien sûr.

13 - Un Saintais dans le Périgord noir.... DOMME, plus beau village de France
13 - Un Saintais dans le Périgord noir.... DOMME, plus beau village de France
13 - Un Saintais dans le Périgord noir.... DOMME, plus beau village de France

Voir les commentaires

5 - Témoignage 39-45: Documents d'étude - Gants blancs aux archives

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Témoignage 39/45

Témoignage mais surtout document d'étude

Quand les témoins racontent et dessinent....

" La tour d'observation allemande de Fontcouverte "

5 - Témoignage 39-45: Documents d'étude - Gants blancs aux archives
Il est évident que ce témoignage aborde divers points de la guerre dan notre région.
Il est évident que ce témoignage aborde divers points de la guerre dan notre région.
Il est évident que ce témoignage aborde divers points de la guerre dan notre région.
Il est évident que ce témoignage aborde divers points de la guerre dan notre région.

Il est évident que ce témoignage aborde divers points de la guerre dan notre région.

Le témoin Georges T...... ,é en 1928, m'a raconté ces faits de guerre en 1999.
Le témoin Georges T...... ,é en 1928, m'a raconté ces faits de guerre en 1999.

Le témoin Georges T...... ,é en 1928, m'a raconté ces faits de guerre en 1999.

Gants blancs aux archives...

Souvent confinées elles aussi.

5 - Témoignage 39-45: Documents d'étude - Gants blancs aux archives

Voir les commentaires

2 - Voyage à Trizay entre abbaye et jardin de Compostelle

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Un dimanche à Trizay - Charente maritime

De son abbaye au Jardin de Compostelle

Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.
Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.

Après une visite intérieure et extérieure.... déplacement dans le parc situé à plusieurs centaines de mètres de cette abbaye bénédictine construite en 1100 et qui a connu bien des ennuis, via toutes les guerres anciennes de notre histoire.

Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.
Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.

Et pour nous séparer, rien de telles que d'humbles fleurs qui nous rappellent combien la création est belle.

2 - Voyage à Trizay entre abbaye et jardin de Compostelle
2 - Voyage à Trizay entre abbaye et jardin de Compostelle

Voir les commentaires

1er - Témoignage: Après le crash du 31-12-1943... sauvetage d'aviateurs US

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Après le crash de leur avion

31 décembre 1943

Après la mort atroce de leurs sept compagnons, les rescapés du " B 17 " explosé en plein ciel et tombé à Corme-Royal, des hommes vont rencontrer les gens du pays... 

Dans la région de Pisany des hommes et femmes ont aidé ces rescapés..... la photo aérienne présente le champ où l'avion est tombé en trois parties. Un témoin parle de sa rencontre et du docteur Boucher qui avait soigné ces hommes dans son cabinet médical à Pisany (Il sera arrêté par les Allemands par la suite). Récit....
Dans la région de Pisany des hommes et femmes ont aidé ces rescapés..... la photo aérienne présente le champ où l'avion est tombé en trois parties. Un témoin parle de sa rencontre et du docteur Boucher qui avait soigné ces hommes dans son cabinet médical à Pisany (Il sera arrêté par les Allemands par la suite). Récit....

Dans la région de Pisany des hommes et femmes ont aidé ces rescapés..... la photo aérienne présente le champ où l'avion est tombé en trois parties. Un témoin parle de sa rencontre et du docteur Boucher qui avait soigné ces hommes dans son cabinet médical à Pisany (Il sera arrêté par les Allemands par la suite). Récit....

L'équipage en entier avant la mission vers la France..... entre autres le camp d'aviation de Cognac Châteaubernard.
L'équipage en entier avant la mission vers la France..... entre autres le camp d'aviation de Cognac Châteaubernard.

L'équipage en entier avant la mission vers la France..... entre autres le camp d'aviation de Cognac Châteaubernard.

Ci-après plans selon le témoignage de Pierre Sirot.

Ci-après plans selon le témoignage de Pierre Sirot.

1er - Témoignage: Après le crash du 31-12-1943... sauvetage d'aviateurs US
1er - Témoignage: Après le crash du 31-12-1943... sauvetage d'aviateurs US

Voir les commentaires

27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Suite

1 - Les Chemins de mémoire - 26 juillet 2020

2 - Capitaine Cole, un américain mort pour nous  5 january 1944

Des trajets bien différents....

Des trajets bien différents....

De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.
De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.

De St Vaize, à Ecurat en passant à Nieul lès Saintes. Monsieur le maire de Saint Georges des Coteaux, ainsi que les deux gendarmes présents sur les deux premières stèles n'ont pu venir à Ecurat du fait d'un incident important à régler sur la commune de Frédéric Rouan, maire.

Avant le vin d'honneur à Ecurat, un " Coffret de la mémoire " a été remis à Mikaël Moinet, nouvellement élu maire de Nieul lès Saintes. Ce n'est pas sans émotion qu'il a reçu ce présent chargé d'histoire. En effet une partie de cette mémoire, très lourde, lui appartient désormais, je sais qu'il en fera bon usage.
Avant le vin d'honneur à Ecurat, un " Coffret de la mémoire " a été remis à Mikaël Moinet, nouvellement élu maire de Nieul lès Saintes. Ce n'est pas sans émotion qu'il a reçu ce présent chargé d'histoire. En effet une partie de cette mémoire, très lourde, lui appartient désormais, je sais qu'il en fera bon usage.

Avant le vin d'honneur à Ecurat, un " Coffret de la mémoire " a été remis à Mikaël Moinet, nouvellement élu maire de Nieul lès Saintes. Ce n'est pas sans émotion qu'il a reçu ce présent chargé d'histoire. En effet une partie de cette mémoire, très lourde, lui appartient désormais, je sais qu'il en fera bon usage.

27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.

Remise coffret à la mairie de Nieul lès Saintes

Au cours de la cérémonie " Les Chemins de mémoire "

*****

Capitaine Charles Donald Cole

Pilote US Air Force

" Mort pour la France, les U.S.A et la Liberté "

Nieul lès Saintes - 5 janvier 1944

*

Remis à la municipalité de Nieul lès Saintes

26 juillet 2020 - Michel Souris

*

Ce coffret contient

*

Un dent prémolaire - Certifiée par dentiste (14/5/2019), un amalgame pour dent en Or (31/7/2019), une barrette grade de capitaine, un quart de bouton fracturé, un tirant de fermeture éclair, trois fragments de peigne.

Important: Ces pièces, bien qu'elles soient remises à la municipalité, en tant qu'objets trouvés, à statut spécial, sont aussi la propriété du gouvernement américain, sachant que ce sont le restes d'un de leurs combattants. Aussi il se peut que dans les années à venir, les Etats-Unis, voir la famille du capitaine Cole, soient amenés à en redemander la restitution.

Saintes, le 26 juillet 2020 - Michel Souris, " inventeur " de ces pièces.

 

Capitaine Charles Donald Cole

" Crash 5 january 1944 " 

Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".
Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".
Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".
Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".
Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".
Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".
Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".
Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".

Montage photos.... classement au mieux par ordre chronologique. Thank you cher Charles Donald Cole, qui reposait depuis 1945 au cimetière américain de Draguignan dans le Var. Dans les heures qui avaient suivi votre mort fulgurante, vos pauvres restes déchiquetés avaient été déposés dans une caisse à faire jeûner les escargots, ceci au bout d'un champ, puis vous aviez été mis en terre dans le cimetière de Royan, par chance votre corps avait épargné par le lourd bombardement de Royan. Un jour peut-être ses petits-enfants viendront à Nieul lès Saintes, ils y seront les bienvenus..... " Conservons la mémoire des hommes ".

Et en final, mais l'histoire n'est jamais finie tant que perdurera la douleur....  des photos transmises par Jean-Claude Quétai (Souvenir Français) 29/7/2020
Et en final, mais l'histoire n'est jamais finie tant que perdurera la douleur....  des photos transmises par Jean-Claude Quétai (Souvenir Français) 29/7/2020
Et en final, mais l'histoire n'est jamais finie tant que perdurera la douleur....  des photos transmises par Jean-Claude Quétai (Souvenir Français) 29/7/2020

Et en final, mais l'histoire n'est jamais finie tant que perdurera la douleur.... des photos transmises par Jean-Claude Quétai (Souvenir Français) 29/7/2020

27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.
27 - Nouvelles photos: Chemins de mémoire.. l'intégral en photos, suivis du Capitaine Cole notre héros au nom des autres.

Voir les commentaires

26 - Les Chemins de mémoire - Dernière guerre mondiale: Ce lundi en ligne

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Images des " Chemins de mémoire "

Ce sera en ligne ce lundi...

images inédites sur les stèles de la mémoire 39/45

26 - Les Chemins de mémoire - Dernière guerre mondiale: Ce lundi en ligne
26 - Les Chemins de mémoire - Dernière guerre mondiale: Ce lundi en ligne
26 - Les Chemins de mémoire - Dernière guerre mondiale: Ce lundi en ligne

 

« Les chemins de mémoire »

 

Dimanche 26 juillet 2020

 

« Les trois lieux de mémoire»

 

*

76ième anniversaire

St Vaize - Nieul-les-Saintes - Ecurat

*

La France, nos familles, viennent d'être durement frappées par le Virus COVID 19, encore menaçant sur notre territoire. Les humains, nos structures économiques et sociales en ont payé le prix fort.

En ces moments terribles, comme en 39/45, nous en sortirons. Merci à une grande majorité de Français, au sens large du terme, qui sont restés debout pour nous défendre et nous servir, souvent au mépris de leur propre santé.

Malgré ce fléau notre mémoire n'a pas failli, c'est aussi pour cela que nous sommes réunis sur ces chemins de mémoire, là où tant d'autres avaient su rester debout et ne pas défaillir.

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Nous commémorons cette année le 76ième anniversaire des combats de la victoire des nations libres sur le régime barbare et totalitaire nazie. Nous sommes réunis sur ces trois « Lieux de Mémoire » qui ouvre la route sur « Les chemins de mémoire ». Ainsi pour la seizième année consécutive nous effectuons ce déplacement sur ces trois sites autour de Saintes. Ceci dans le prolongement de la cérémonie commémorative d’Ecurat qui a lieu le dimanche au plus près du 22 juillet sur le lieu du crash d’un avion de la Royal Air Force  qui a lieu à Ecurat, au " Moulin des fougères " depuis 1994.

 

Ces sites ont été choisis pour la diversité des combattants et la similitude des faits de guerre concernés, à savoir combat des forces aériennes françaises et alliés. Mais l’hommage et l’honneur rendus à cette occasion concernent toutes les formes de combat et tous les combattants, aussi et surtout toutes les victimes et leurs familles et proches.

 

Nous avons choisi d’honorer nos amis alliés qui nous ont largement aidés à chasser et à détruire un système barbare et totalitaire.

 

Ainsi nous en ce jour nous honorons devant ces différentes stèles, dans un premier temps, à St Vaize, les aviateurs français André Prunier et Henri Séverac « Morts pour la France » carbonisés vifs dans leur avion sur la commune de St Vaize, le 1er février 1945.

 

Puis, en fin de parcours, sur la commune de Nieul les Saintes, sur ces chemins de mémoire, nous y sommes en mémoire du Capitaine Charles Donald Cole, « Mort pour la France & la liberté » aux commandes de son avion, ceci sur la commune de Nieul les Saintes, le 5 janvier 1944. . Bien qu’il ne figure pas sur cette stèle, je rappelle à notre mémoire Adrien Besson « Mort pour la France » pour avoir aidé un des membres de l’équipage du Capitaine Cole.

Puis sur ces Chemins de mémoire, à Ecurat, nous suivons la mission de deux jeunes anglais, Edwin Philip Andrew Horrex et Réginald Howard Harrisson, rescapés de leur mission en Saintonge. Là aussi nous devons penser que cette plaque, rappelle à notre mémoire cette terrible tragédie vécue par des millions d’autres humains.

 

Il s’agit d’honorer par notre démarche ces hommes qui étaient frères d’arme par leur spécialité, l’aviation, et qui ont trouvé une morte violente sur notre sol. Mais à cet hommage ne peut être dissociées toutes les formes de combattants et de victimes, à aucun moment ne pourront être ignorés tous les hommes et femmes de cette génération qui a connu ces terribles combats et ce monstrueux holocauste qu’à été le Nazisme.

 

Pour conclure, mais ce livre ne sera jamais refermé, que ce soit l’Américain Cole, le fermier Adrien Besson, les Français Prunier et Séverac, les Anglais Horrex et Harrisson…. Nous ne pouvons que leur dire un grand merci par leur sacrifice et cette présence à travers leur stèle « lieu de mémoire pour demain ».

 

Si des récits de ces faits de guerre vous sont contés pour chaque site, nous devons en remercier les populations locales. Elles ont su, par leur accueil chaleureux et l’apport de leur témoignage, contribuer au « Devoir de mémoire ».

 

Notre commune démarche de ce jour fait partie intégrante du « Devoir de mémoire », mais rappelons-nous mais faisons surtout savoir à nos semblables et à nos enfants que « Si nous ignorons notre devoir nous risquons de perdre nos droits »

 

Nous adressant principalement à la jeunesse, Nous nous permettons de lui déclarer qu’elle est notre dynamique et notre mémoire à développement durable de demain, qu’elle sache transmettre le message fondamental à savoir que les hommes, le monde libre devra toujours se battre pour défendre la vie de ses semblables, ses terres, sa famille.

 

Vive la France, vive la liberté, vive la paix, vive la fraternité entre les peuples.

 

(Michel Souris – 26/07/2020) " Les chemins de mémoire "

26 - Les Chemins de mémoire - Dernière guerre mondiale: Ce lundi en ligne

Les officiels:

Brigitte Seguin, Conseilllère départementale

Dominique Deren, adjointe au maire de Saintes

Frédéric Rouan, maire de Saint Georges des Coteaux

Mikaël Moinet, maire de Nieul les Saintes

Bernard Chaigneau, maire d'Ecurat

Jérôme Vivion, lieutenant Gendarmerie territoriale

Ludovic Proust, président de l'Union Fédéral des Anciens Combattants Saintais

Laurent Carrière, capitaine armée de l'air. Représentant la Base aérienne 709 Cognac, formateur de pilote de chasse

Madame Dennett représentante de l'Association Royal Air Force

Les porte-drapeaux

Les lecteurs:

St Vaize: Marc Besson, fils d'Adrien Besson " Mort pour la France "

Nieul les Saintes: Ludivine Cresson, conseillère municipale

Ecurat: Justine Tardet

" Coffret de la mémoire " remis au maire de Nieul les Saintes, mais ce lundi vous en découvrirez un peu plus sur cette journée d'hommage et d'émotion.

" Coffret de la mémoire " remis au maire de Nieul les Saintes, mais ce lundi vous en découvrirez un peu plus sur cette journée d'hommage et d'émotion.

Voir les commentaires

25 - Les Chemins de mémoire du dimanche 26. Mais que s'est-il passé à St Vaize.....

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Sur les " Chemins de mémoire ",

ce dimanche 26 nous passons à St Vaize,

mais que s'est-il passé ce 2 février 1945.... 

25 - Les Chemins de mémoire du dimanche 26. Mais que s'est-il passé à St Vaize.....
1er février 45 – 26 juillet 2020
De Cognac à Saint-Vaize

*

Depuis juin 1940 les Allemands occupent une grande partie de notre territoire, mais depuis août et septembre 1944, de grandes régions françaises ont été libérées. Mais des forces allemandes se sont retranchées dans les poches de l’Atlantique dont, les plus proches de nous : Royan et la Rochelle avec l’île d’Oléron.

Après la reddition allemande de Toulouse, les Français prennent alors possession de la base aérienne de Toulouse-Blagnac, avec le matériel et les avions qui s’y trouvent. Ainsi est créé le Groupe de Bombardement 1/3 « Aunis », constitué, entre autres d’appareils allemands à savoir des « Junkers 88 ». Ces équipages dépendent des Forces Aériennes Françaises.

Les équipages ont comme principale mission d’effectuer des vols de reconnaissance photographique sur les objectifs et les résultats des bombardements. Ainsi le 1er février 1945, un avion « Junker – 88 » part de Cognac vers 13 h 30, avec pour mission d’effectuer un survol photographique de l’île d’Oléron, après une attaque de l’aviation française.

L’avion qui porte le n° 3, a pour équipage : Le sous-lieutenant Pierre NIMIER (Commandant de bord), l’adjudant chef André PRUNIER (Pilote), le Sergent chef Pierre DUBOIS (Radio) et Henri SEVERAC (Sergent mécanicien)

Alors que l’appareil arrive sur l’île d’Oléron il est entouré par les tirs de la Flak allemande. L’appareil se met alors en virage, mais il ne s’agit pas d’une manœuvre du pilote, les 2 moteurs sont en baisse de régime, l’appareil vient d’être frappé par les tirs.

Le pilote décide alors de regagner le continent, certainement pour se poser, mais déjà l’appareil perd de l’altitude et l’ordre d’évacuation ne peut plus être donné.

Vers 15 h 00, et après avoir survolé Taillebourg, l’avion vient s’écraser dans le champ des familles Michaud et Martin sur la commune de Saint-Vaize à quelques dizaines de mètres à gauche de cette stèle. Des gens du pays entendent l’avion en difficultés et voient celui-ci s’écraser au sol.

L’appareil prend aussitôt feu, de manière plus intense. Le Commandant de bord, Pierre Nimier, réussit à s’extraire seul et à s’éloigner de l’avion, mais comme le diront les témoins, des appels à l’aide sont criés de l’intérieur de la carlingue en flammes.

Des hommes apportent alors leur aide et parviennent à extraire le radio Pierre Dubois.

Malheureusement, les flammes sont trop fortes et le pilote André Prunier et son mécanicien Henri Séverac perdent la vie, brûlés vifs dans les flammes.

Les deux rescapés, ayant des blessures sans gravité sont transportés en ambulance à l’hôpital de Saintes. L’un d’eux sera hébergé provisoirement chez Madame Alice Couraud.

Les deux aviateurs rescapés sont jeunes puisque Pierre Nimier avait 28 ans et Pierre Dubois quant à lui en avait 31 ans.

Quant aux deux victimes leurs corps sont transportés à la Mairie de Saint-Vaize.

Au soir de ce 1er février 1945, André Prunier (35 ans) et Henri Séverac (24 ans), « Morts pour la France », compteront parmi ceux qui, comme disait le général de Gaulle, avaient une certaine idée de la France… « Une France libre dans la dignité et dans l’honneur ».

Ces faits se sont déroulés le 1er février 1945, il y a 75 ans.

Depuis une quinzaine d'années, sur " Les chemins de mémoire " nous ne pouvons que faire une halte d'hommage envers ces hommes dont deux sont morts dans des conditions horribles.. brûlés vifs...
Depuis une quinzaine d'années, sur " Les chemins de mémoire " nous ne pouvons que faire une halte d'hommage envers ces hommes dont deux sont morts dans des conditions horribles.. brûlés vifs...
Depuis une quinzaine d'années, sur " Les chemins de mémoire " nous ne pouvons que faire une halte d'hommage envers ces hommes dont deux sont morts dans des conditions horribles.. brûlés vifs...

Depuis une quinzaine d'années, sur " Les chemins de mémoire " nous ne pouvons que faire une halte d'hommage envers ces hommes dont deux sont morts dans des conditions horribles.. brûlés vifs...

25 - Les Chemins de mémoire du dimanche 26. Mais que s'est-il passé à St Vaize.....
25 - Les Chemins de mémoire du dimanche 26. Mais que s'est-il passé à St Vaize.....
25 - Les Chemins de mémoire du dimanche 26. Mais que s'est-il passé à St Vaize.....

Voir les commentaires

23 - Chemins de mémoire et confinement, malgré cela l'honneur sera sauf.

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

" Les Chemins de Mémoire "

26 juillet 2020

En avant première... cliché du  " Coffret de la Mémoire " qui sera remis au maire de Nieul lès Saintes au cours de l'hommage rendu à la stèle du capitaine Charles Donald Cole.

Mais soyez assurés que vous aurez le compte rendu de ce cheminement d'hommage et d'honneur.

Puis vous découvrirez le contenu étonnant de ce coffret.

Et concernant mes dernières investigations sur ce crash du 5/1/1944..... des centaines de fragments très parlant, encore un bel hommage que de faire remonter à la surface ces témoins devenus très silencieux.

Et concernant mes dernières investigations sur ce crash du 5/1/1944..... des centaines de fragments très parlant, encore un bel hommage que de faire remonter à la surface ces témoins devenus très silencieux.

Une molaire a été découverte au centre de l'impact, après consultation d'un dentiste, si cette dent est humaine elle sera déposée en lieu sûr auprès des autorités compétentes.  A suivre....  mais en attendant, dans la série  "Art Crash "...
Une molaire a été découverte au centre de l'impact, après consultation d'un dentiste, si cette dent est humaine elle sera déposée en lieu sûr auprès des autorités compétentes.  A suivre....  mais en attendant, dans la série  "Art Crash "...
Une molaire a été découverte au centre de l'impact, après consultation d'un dentiste, si cette dent est humaine elle sera déposée en lieu sûr auprès des autorités compétentes.  A suivre....  mais en attendant, dans la série  "Art Crash "...
Une molaire a été découverte au centre de l'impact, après consultation d'un dentiste, si cette dent est humaine elle sera déposée en lieu sûr auprès des autorités compétentes.  A suivre....  mais en attendant, dans la série  "Art Crash "...
Une molaire a été découverte au centre de l'impact, après consultation d'un dentiste, si cette dent est humaine elle sera déposée en lieu sûr auprès des autorités compétentes.  A suivre....  mais en attendant, dans la série  "Art Crash "...
Une molaire a été découverte au centre de l'impact, après consultation d'un dentiste, si cette dent est humaine elle sera déposée en lieu sûr auprès des autorités compétentes.  A suivre....  mais en attendant, dans la série  "Art Crash "...

Une molaire a été découverte au centre de l'impact, après consultation d'un dentiste, si cette dent est humaine elle sera déposée en lieu sûr auprès des autorités compétentes. A suivre.... mais en attendant, dans la série "Art Crash "...

23 - Chemins de mémoire et confinement, malgré cela l'honneur sera sauf.
23 - Chemins de mémoire et confinement, malgré cela l'honneur sera sauf.
23 - Chemins de mémoire et confinement, malgré cela l'honneur sera sauf.
23 - Chemins de mémoire et confinement, malgré cela l'honneur sera sauf.

Voir les commentaires