Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

17 - Secrets de tiroir... suite / Prix cycliste à Saintes: Marcel Bergereau ... Boudat Thomas, Kuroeda Shiki - Avec Guy Saulnier, blessé à mort qui a survécu: Ses croquis - Lunettes..!!!!

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

7ième Prix Cycliste

"Marcel Bergereau " 

5 tours de 25,500 Km

Peu de monde, vraiment dommage, le temps était de la partie, même la joie, trop hâtive du potentiel vainqueur... Thomas Boudat. Malheureusement comme il l'a dit lui-même... " La prochaine fois je lèverai les bars seulement après la ligne blanche... " Ainsi, freiné par cet élan de joie un peu trop rapide, Thomas s'est laissé rattrapé par Shiki Kuroeda. Tous les deux ont franchi la ligne dans la même seconde. puis le troisième fut Fabien Fraissignes. Dommage car Thomas a déjà un beau palmarès de chevalier de la " petite reine ". Le co-vainqueur, Shiki, est aussi un coureur de qualité. Nos amis sportifs de l'empire du soleil n'auront pas battu notre Vendéen / pays de Loire Thomas, en Saintonge, pays de l'escargot. Pour la petite histoire il y a eu un abandon, il s'agit de Mickaël Guichard.
Peu de monde, vraiment dommage, le temps était de la partie, même la joie, trop hâtive du potentiel vainqueur... Thomas Boudat. Malheureusement comme il l'a dit lui-même... " La prochaine fois je lèverai les bars seulement après la ligne blanche... " Ainsi, freiné par cet élan de joie un peu trop rapide, Thomas s'est laissé rattrapé par Shiki Kuroeda. Tous les deux ont franchi la ligne dans la même seconde. puis le troisième fut Fabien Fraissignes. Dommage car Thomas a déjà un beau palmarès de chevalier de la " petite reine ". Le co-vainqueur, Shiki, est aussi un coureur de qualité. Nos amis sportifs de l'empire du soleil n'auront pas battu notre Vendéen / pays de Loire Thomas, en Saintonge, pays de l'escargot. Pour la petite histoire il y a eu un abandon, il s'agit de Mickaël Guichard.

Peu de monde, vraiment dommage, le temps était de la partie, même la joie, trop hâtive du potentiel vainqueur... Thomas Boudat. Malheureusement comme il l'a dit lui-même... " La prochaine fois je lèverai les bars seulement après la ligne blanche... " Ainsi, freiné par cet élan de joie un peu trop rapide, Thomas s'est laissé rattrapé par Shiki Kuroeda. Tous les deux ont franchi la ligne dans la même seconde. puis le troisième fut Fabien Fraissignes. Dommage car Thomas a déjà un beau palmarès de chevalier de la " petite reine ". Le co-vainqueur, Shiki, est aussi un coureur de qualité. Nos amis sportifs de l'empire du soleil n'auront pas battu notre Vendéen / pays de Loire Thomas, en Saintonge, pays de l'escargot. Pour la petite histoire il y a eu un abandon, il s'agit de Mickaël Guichard.

Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)
Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)
Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)
Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)

Les coupes été remises aux vainqueurs par Bruno Drapron, adjoint au maire de Saintes, délégué au sport. Puis des fleurs ont été remises aux trois premiers par Eloïse Patry, au nom du B.S.C.O (organisation de courses cycliste)

En rouge Thomas (Vendée U Pays de la Loire) et en blanc Shiki (Japonais - Equipe Japan Team U23)

En rouge Thomas (Vendée U Pays de la Loire) et en blanc Shiki (Japonais - Equipe Japan Team U23)

************************************

****************************

Suite....

SECRETS DE TIROIRS

Le " Suisse " de St Eutrope, De Gaulle à Saintes, chez son " Compagnon de la libération ", démolition d'un blockhaus camouflé dans une maison de Saintes, Royan bombardé, cloître St Pierre avant sa restauration et ouverture au public, voici des décennies. arrestation simulée (mais avec usage de menottes) d'un grand photographe saintais, reporter de presse, par de vrais policiers (Devant les cellules de garde à vue de l'ancien commissariat de police.
Le " Suisse " de St Eutrope, De Gaulle à Saintes, chez son " Compagnon de la libération ", démolition d'un blockhaus camouflé dans une maison de Saintes, Royan bombardé, cloître St Pierre avant sa restauration et ouverture au public, voici des décennies. arrestation simulée (mais avec usage de menottes) d'un grand photographe saintais, reporter de presse, par de vrais policiers (Devant les cellules de garde à vue de l'ancien commissariat de police.
Le " Suisse " de St Eutrope, De Gaulle à Saintes, chez son " Compagnon de la libération ", démolition d'un blockhaus camouflé dans une maison de Saintes, Royan bombardé, cloître St Pierre avant sa restauration et ouverture au public, voici des décennies. arrestation simulée (mais avec usage de menottes) d'un grand photographe saintais, reporter de presse, par de vrais policiers (Devant les cellules de garde à vue de l'ancien commissariat de police.
Le " Suisse " de St Eutrope, De Gaulle à Saintes, chez son " Compagnon de la libération ", démolition d'un blockhaus camouflé dans une maison de Saintes, Royan bombardé, cloître St Pierre avant sa restauration et ouverture au public, voici des décennies. arrestation simulée (mais avec usage de menottes) d'un grand photographe saintais, reporter de presse, par de vrais policiers (Devant les cellules de garde à vue de l'ancien commissariat de police.
Le " Suisse " de St Eutrope, De Gaulle à Saintes, chez son " Compagnon de la libération ", démolition d'un blockhaus camouflé dans une maison de Saintes, Royan bombardé, cloître St Pierre avant sa restauration et ouverture au public, voici des décennies. arrestation simulée (mais avec usage de menottes) d'un grand photographe saintais, reporter de presse, par de vrais policiers (Devant les cellules de garde à vue de l'ancien commissariat de police.
Le " Suisse " de St Eutrope, De Gaulle à Saintes, chez son " Compagnon de la libération ", démolition d'un blockhaus camouflé dans une maison de Saintes, Royan bombardé, cloître St Pierre avant sa restauration et ouverture au public, voici des décennies. arrestation simulée (mais avec usage de menottes) d'un grand photographe saintais, reporter de presse, par de vrais policiers (Devant les cellules de garde à vue de l'ancien commissariat de police.
Le " Suisse " de St Eutrope, De Gaulle à Saintes, chez son " Compagnon de la libération ", démolition d'un blockhaus camouflé dans une maison de Saintes, Royan bombardé, cloître St Pierre avant sa restauration et ouverture au public, voici des décennies. arrestation simulée (mais avec usage de menottes) d'un grand photographe saintais, reporter de presse, par de vrais policiers (Devant les cellules de garde à vue de l'ancien commissariat de police.

Le " Suisse " de St Eutrope, De Gaulle à Saintes, chez son " Compagnon de la libération ", démolition d'un blockhaus camouflé dans une maison de Saintes, Royan bombardé, cloître St Pierre avant sa restauration et ouverture au public, voici des décennies. arrestation simulée (mais avec usage de menottes) d'un grand photographe saintais, reporter de presse, par de vrais policiers (Devant les cellules de garde à vue de l'ancien commissariat de police.

******************************

******************************

Il a survécu à cette blessure

qui lui a percé la poitrine... au ras du coeur

Après la guerre, ce rescapé de la fusillade du cours Lemercier à Saintes, a croqué des moments d ela vie sous l'occupation, tels qu'il les a connus.

Une des photos, ci-dessus, le blockhaus caché dans une maison sera l'entrée en matière....

Durant l'occupation allemande la ville était truffée de meurtrières, de murs qui barraient les rues, de grandes portes qui interdisaient les accès en ville la nuit, des barrages de rues avec des rails de chemins de fer plantés debout, des blockhaus, des fossés antichar à la périphérie de la ville, plus les patrouilles de nuit et de jour. L'avion " Me 109 " a été vu en juin 1940, survolant les allées Castagnary, depuis le jardin du témoin. Le bâtiment de la cour de l'abbaye aux Dames était une écurie, ici le commandant allemand de la place de Saintes a été tué par son cheval. Les autorités allemandes de la place de Saintes était vraiment des obsédés de la sécurité..... enfin de la leur. Ces croquis ne sont qu'une partie des témoignages, en effet on pourrait aussi montrer les photos d'autres systèmes de fortifications et de défense. Merci à Guy Saulnier pour ces témoignages, bien sûr il n'a pas fait de croquis sur ce trottoir du cours Lemercier où les Allemands avaient tiré à la mitrailleuse sur lui et ses infortunés camarades, ils revenaient, ce 24 août 1944, de fêter la St Louis.
Durant l'occupation allemande la ville était truffée de meurtrières, de murs qui barraient les rues, de grandes portes qui interdisaient les accès en ville la nuit, des barrages de rues avec des rails de chemins de fer plantés debout, des blockhaus, des fossés antichar à la périphérie de la ville, plus les patrouilles de nuit et de jour. L'avion " Me 109 " a été vu en juin 1940, survolant les allées Castagnary, depuis le jardin du témoin. Le bâtiment de la cour de l'abbaye aux Dames était une écurie, ici le commandant allemand de la place de Saintes a été tué par son cheval. Les autorités allemandes de la place de Saintes était vraiment des obsédés de la sécurité..... enfin de la leur. Ces croquis ne sont qu'une partie des témoignages, en effet on pourrait aussi montrer les photos d'autres systèmes de fortifications et de défense. Merci à Guy Saulnier pour ces témoignages, bien sûr il n'a pas fait de croquis sur ce trottoir du cours Lemercier où les Allemands avaient tiré à la mitrailleuse sur lui et ses infortunés camarades, ils revenaient, ce 24 août 1944, de fêter la St Louis.
Durant l'occupation allemande la ville était truffée de meurtrières, de murs qui barraient les rues, de grandes portes qui interdisaient les accès en ville la nuit, des barrages de rues avec des rails de chemins de fer plantés debout, des blockhaus, des fossés antichar à la périphérie de la ville, plus les patrouilles de nuit et de jour. L'avion " Me 109 " a été vu en juin 1940, survolant les allées Castagnary, depuis le jardin du témoin. Le bâtiment de la cour de l'abbaye aux Dames était une écurie, ici le commandant allemand de la place de Saintes a été tué par son cheval. Les autorités allemandes de la place de Saintes était vraiment des obsédés de la sécurité..... enfin de la leur. Ces croquis ne sont qu'une partie des témoignages, en effet on pourrait aussi montrer les photos d'autres systèmes de fortifications et de défense. Merci à Guy Saulnier pour ces témoignages, bien sûr il n'a pas fait de croquis sur ce trottoir du cours Lemercier où les Allemands avaient tiré à la mitrailleuse sur lui et ses infortunés camarades, ils revenaient, ce 24 août 1944, de fêter la St Louis.
Durant l'occupation allemande la ville était truffée de meurtrières, de murs qui barraient les rues, de grandes portes qui interdisaient les accès en ville la nuit, des barrages de rues avec des rails de chemins de fer plantés debout, des blockhaus, des fossés antichar à la périphérie de la ville, plus les patrouilles de nuit et de jour. L'avion " Me 109 " a été vu en juin 1940, survolant les allées Castagnary, depuis le jardin du témoin. Le bâtiment de la cour de l'abbaye aux Dames était une écurie, ici le commandant allemand de la place de Saintes a été tué par son cheval. Les autorités allemandes de la place de Saintes était vraiment des obsédés de la sécurité..... enfin de la leur. Ces croquis ne sont qu'une partie des témoignages, en effet on pourrait aussi montrer les photos d'autres systèmes de fortifications et de défense. Merci à Guy Saulnier pour ces témoignages, bien sûr il n'a pas fait de croquis sur ce trottoir du cours Lemercier où les Allemands avaient tiré à la mitrailleuse sur lui et ses infortunés camarades, ils revenaient, ce 24 août 1944, de fêter la St Louis.
Durant l'occupation allemande la ville était truffée de meurtrières, de murs qui barraient les rues, de grandes portes qui interdisaient les accès en ville la nuit, des barrages de rues avec des rails de chemins de fer plantés debout, des blockhaus, des fossés antichar à la périphérie de la ville, plus les patrouilles de nuit et de jour. L'avion " Me 109 " a été vu en juin 1940, survolant les allées Castagnary, depuis le jardin du témoin. Le bâtiment de la cour de l'abbaye aux Dames était une écurie, ici le commandant allemand de la place de Saintes a été tué par son cheval. Les autorités allemandes de la place de Saintes était vraiment des obsédés de la sécurité..... enfin de la leur. Ces croquis ne sont qu'une partie des témoignages, en effet on pourrait aussi montrer les photos d'autres systèmes de fortifications et de défense. Merci à Guy Saulnier pour ces témoignages, bien sûr il n'a pas fait de croquis sur ce trottoir du cours Lemercier où les Allemands avaient tiré à la mitrailleuse sur lui et ses infortunés camarades, ils revenaient, ce 24 août 1944, de fêter la St Louis.
Durant l'occupation allemande la ville était truffée de meurtrières, de murs qui barraient les rues, de grandes portes qui interdisaient les accès en ville la nuit, des barrages de rues avec des rails de chemins de fer plantés debout, des blockhaus, des fossés antichar à la périphérie de la ville, plus les patrouilles de nuit et de jour. L'avion " Me 109 " a été vu en juin 1940, survolant les allées Castagnary, depuis le jardin du témoin. Le bâtiment de la cour de l'abbaye aux Dames était une écurie, ici le commandant allemand de la place de Saintes a été tué par son cheval. Les autorités allemandes de la place de Saintes était vraiment des obsédés de la sécurité..... enfin de la leur. Ces croquis ne sont qu'une partie des témoignages, en effet on pourrait aussi montrer les photos d'autres systèmes de fortifications et de défense. Merci à Guy Saulnier pour ces témoignages, bien sûr il n'a pas fait de croquis sur ce trottoir du cours Lemercier où les Allemands avaient tiré à la mitrailleuse sur lui et ses infortunés camarades, ils revenaient, ce 24 août 1944, de fêter la St Louis.

Durant l'occupation allemande la ville était truffée de meurtrières, de murs qui barraient les rues, de grandes portes qui interdisaient les accès en ville la nuit, des barrages de rues avec des rails de chemins de fer plantés debout, des blockhaus, des fossés antichar à la périphérie de la ville, plus les patrouilles de nuit et de jour. L'avion " Me 109 " a été vu en juin 1940, survolant les allées Castagnary, depuis le jardin du témoin. Le bâtiment de la cour de l'abbaye aux Dames était une écurie, ici le commandant allemand de la place de Saintes a été tué par son cheval. Les autorités allemandes de la place de Saintes était vraiment des obsédés de la sécurité..... enfin de la leur. Ces croquis ne sont qu'une partie des témoignages, en effet on pourrait aussi montrer les photos d'autres systèmes de fortifications et de défense. Merci à Guy Saulnier pour ces témoignages, bien sûr il n'a pas fait de croquis sur ce trottoir du cours Lemercier où les Allemands avaient tiré à la mitrailleuse sur lui et ses infortunés camarades, ils revenaient, ce 24 août 1944, de fêter la St Louis.

********************************

URGENT

********************************

Perdues lunettes

********************************

Il s'agit de lunettes de femme. Merci de faire un message si découverte sur Saintes.

Voir les commentaires

15 - Prières dans la nuit.... vers l'Orient - Première Dame du monde " Marie " - Vieilles voitures.. jeunesse éternelle

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Des Chrétiens prient pour leurs frères Chrétiens.

" Dans la nuit de Saintes...."

Abbaye aux Dames, une cinquantaine de personnes ont veillé en prières pour les frères Chrétiens persécutés en Orient, mais aussi pour toutes les victimes des combats fraternels. Ces prières avaient aussi une demande forte pour .. changer les Cœurs de pierre des agresseurs en Cœurs d'amour.
Abbaye aux Dames, une cinquantaine de personnes ont veillé en prières pour les frères Chrétiens persécutés en Orient, mais aussi pour toutes les victimes des combats fraternels. Ces prières avaient aussi une demande forte pour .. changer les Cœurs de pierre des agresseurs en Cœurs d'amour.

Abbaye aux Dames, une cinquantaine de personnes ont veillé en prières pour les frères Chrétiens persécutés en Orient, mais aussi pour toutes les victimes des combats fraternels. Ces prières avaient aussi une demande forte pour .. changer les Cœurs de pierre des agresseurs en Cœurs d'amour.

15 - Prières dans la nuit.... vers l'Orient - Première Dame du monde " Marie " - Vieilles voitures.. jeunesse éternelle

********************************

********************************

Bonne fête " Marie "

Bonne fête à toutes les " Marie " du monde, ainsi qu'à toutes les mères, épouse et filles de ce monde, à toutes celles qui connaissent la souffrance devant tant de drames humains.

15 - Prières dans la nuit.... vers l'Orient - Première Dame du monde " Marie " - Vieilles voitures.. jeunesse éternelle

(Du Coran)

«  Et lorsque les anges dirent : " Vraiment ô Marie, Dieu t’a élue et purifiée ; Il t’a élue au-dessus des femmes des mondes.

O Marie, soit dévouée à ton Seigneur, et prosterne-toi, et incline-toi avec ceux qui s’inclinent. »

- Ce sont là des nouvelles de l’invisible, que Nous te révélons. Car tu n’étais pas là lorsqu’ils jetaient leurs calames, à qui se chargerait de Marie ! Tu n’étais pas non plus là lorsqu’ils se disputaient !

Quand les anges dirent : « O Marie, voilà que Dieu t’annonce un Verbe de Sa part : son nom est l’oint, Jésus fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés.

Dans le berceau il parlera aux gens, tout comme en son âge mur ; et il sera du nombre des gens de bien. »

  • Elle dit : « Comment y aurait-il pour moi un enfant, quand aucun homme ne m’a touchée ? »
  • « Comme cela ! » dit-il. Dieu crée ce qu’il veut : quand il décide d’une chose, rien d’autre : Il dit : « Sois » ; et c’est.

Et Dieu lui enseigne le livre et la sagesse et la Thora et l’Evangile.

(Extrait du Coran – Sourate 3 – paragraphe 5 – 42 37 à 48 43)

***************************************

***************************************

Se la couler douce... en 1-7

Après nos amis de la Charente, voici, le lendemain, dans les rues piétonnes, une animation qui a bien été sympas au regards des piétons des rues... piétonnes. (mais la sécurité était bien assurée).
Après nos amis de la Charente, voici, le lendemain, dans les rues piétonnes, une animation qui a bien été sympas au regards des piétons des rues... piétonnes. (mais la sécurité était bien assurée).

Après nos amis de la Charente, voici, le lendemain, dans les rues piétonnes, une animation qui a bien été sympas au regards des piétons des rues... piétonnes. (mais la sécurité était bien assurée).

Et à bientôt.. dimanche en soirée des images inédites sorties ce jour des tiroirs d'une Saintaise.
Et à bientôt.. dimanche en soirée des images inédites sorties ce jour des tiroirs d'une Saintaise.

Et à bientôt.. dimanche en soirée des images inédites sorties ce jour des tiroirs d'une Saintaise.

Voir les commentaires

13 - Au hasard des pas - Dans le tiroir d'une Saintaise... Images de hasard - Le vélo cette petite reine: 17 août - Maman regarde... ce qui tombe des avions

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Au hasard des pas et à cinq minutes d'écart

Coïncidence de ce temps qui remonte à la surface...

Surprise d'une promenade sur un terrain abandonné par les historiens du passé et livré aux gros instruments de chantiers.
Surprise d'une promenade sur un terrain abandonné par les historiens du passé et livré aux gros instruments de chantiers.
Surprise d'une promenade sur un terrain abandonné par les historiens du passé et livré aux gros instruments de chantiers.

Surprise d'une promenade sur un terrain abandonné par les historiens du passé et livré aux gros instruments de chantiers.

Vous aimez la " petite reine "

alors ceci c'est pour vous...

13 - Au hasard des pas -  Dans le tiroir d'une Saintaise... Images de hasard - Le vélo cette petite reine: 17 août - Maman regarde... ce qui tombe des avions

Dans le tiroir d'une Saintaise

Images et commentaires... sur un certain passé

1 - En ces temps-là, communiants solennels en 1955, on peut dire que les églises et leurs abords étaient noirs de monde, enfin de fidèles. Ici l'abbaye aux Dames de Saintes. 2 - Carte de bons souhaits un peu spéciale, en effet on peut lire au verso... " Souscription en faveur du sauvetage du couvent de l'Abbaye Sainte Marie-aux-Dames de Saintes (C'était certainement avant la rénovation achevée sous le mandat de François Mitterrand, qui avait d'ailleurs inauguré cette heureuse conclusion de cette restauration). 3 - Un camion a dévalé la rue St François.. plus de freins et patatra.. il s'est couché contre la façade de l'église St Eutrope. 4 - Vue aérienne de Saintes, prise entre 1952 et 1960, on constate la configuration du quai de l'Yser et surtout le peu de voitures qui circulent; ce devait être un jour de foire, en effet les piétons, nombreux, sont en plein milieu du carrefour.
1 - En ces temps-là, communiants solennels en 1955, on peut dire que les églises et leurs abords étaient noirs de monde, enfin de fidèles. Ici l'abbaye aux Dames de Saintes. 2 - Carte de bons souhaits un peu spéciale, en effet on peut lire au verso... " Souscription en faveur du sauvetage du couvent de l'Abbaye Sainte Marie-aux-Dames de Saintes (C'était certainement avant la rénovation achevée sous le mandat de François Mitterrand, qui avait d'ailleurs inauguré cette heureuse conclusion de cette restauration). 3 - Un camion a dévalé la rue St François.. plus de freins et patatra.. il s'est couché contre la façade de l'église St Eutrope. 4 - Vue aérienne de Saintes, prise entre 1952 et 1960, on constate la configuration du quai de l'Yser et surtout le peu de voitures qui circulent; ce devait être un jour de foire, en effet les piétons, nombreux, sont en plein milieu du carrefour.
1 - En ces temps-là, communiants solennels en 1955, on peut dire que les églises et leurs abords étaient noirs de monde, enfin de fidèles. Ici l'abbaye aux Dames de Saintes. 2 - Carte de bons souhaits un peu spéciale, en effet on peut lire au verso... " Souscription en faveur du sauvetage du couvent de l'Abbaye Sainte Marie-aux-Dames de Saintes (C'était certainement avant la rénovation achevée sous le mandat de François Mitterrand, qui avait d'ailleurs inauguré cette heureuse conclusion de cette restauration). 3 - Un camion a dévalé la rue St François.. plus de freins et patatra.. il s'est couché contre la façade de l'église St Eutrope. 4 - Vue aérienne de Saintes, prise entre 1952 et 1960, on constate la configuration du quai de l'Yser et surtout le peu de voitures qui circulent; ce devait être un jour de foire, en effet les piétons, nombreux, sont en plein milieu du carrefour.
1 - En ces temps-là, communiants solennels en 1955, on peut dire que les églises et leurs abords étaient noirs de monde, enfin de fidèles. Ici l'abbaye aux Dames de Saintes. 2 - Carte de bons souhaits un peu spéciale, en effet on peut lire au verso... " Souscription en faveur du sauvetage du couvent de l'Abbaye Sainte Marie-aux-Dames de Saintes (C'était certainement avant la rénovation achevée sous le mandat de François Mitterrand, qui avait d'ailleurs inauguré cette heureuse conclusion de cette restauration). 3 - Un camion a dévalé la rue St François.. plus de freins et patatra.. il s'est couché contre la façade de l'église St Eutrope. 4 - Vue aérienne de Saintes, prise entre 1952 et 1960, on constate la configuration du quai de l'Yser et surtout le peu de voitures qui circulent; ce devait être un jour de foire, en effet les piétons, nombreux, sont en plein milieu du carrefour.

1 - En ces temps-là, communiants solennels en 1955, on peut dire que les églises et leurs abords étaient noirs de monde, enfin de fidèles. Ici l'abbaye aux Dames de Saintes. 2 - Carte de bons souhaits un peu spéciale, en effet on peut lire au verso... " Souscription en faveur du sauvetage du couvent de l'Abbaye Sainte Marie-aux-Dames de Saintes (C'était certainement avant la rénovation achevée sous le mandat de François Mitterrand, qui avait d'ailleurs inauguré cette heureuse conclusion de cette restauration). 3 - Un camion a dévalé la rue St François.. plus de freins et patatra.. il s'est couché contre la façade de l'église St Eutrope. 4 - Vue aérienne de Saintes, prise entre 1952 et 1960, on constate la configuration du quai de l'Yser et surtout le peu de voitures qui circulent; ce devait être un jour de foire, en effet les piétons, nombreux, sont en plein milieu du carrefour.

***********************************

***********************************

Un beau jour d'été

Des " oiseaux de morts dans le ciel "

" 14 août 1944 "

Bombardement de Saintes..

INUTILE

"  Regarde maman les avions ils font tomber quelque chose " ou bien cette autre jeune fille qui coche sur un mur le nombre d'avions dans le ciel. En 5 minutes, vers les 11 h du matin, trois vagues de bombardiers " B 24 " vont larguer leurs bombes. Quartier Emile Zola, cimetière / voies ferrées. 64 blessés, 65 morts, des dizaines de maisons détruites. Une deuxième fois la population saintaise vient de payer le prix de la liberté. 60 jours après le premier bombardement qui avait fait 35 morts et de nombreux blessés. La presse " collaborationniste " parlera des " oiseaux de la mort "..... malheureusement les " lois " de la guerre sont impitoyables. Bientôt.. le 8 mai 1945 mettra fin à toutes ces souffrances, ces victimes civiles innocentes, sans défense. "  Regarde maman les avions ils font tomber quelque chose " ou bien cette autre jeune fille qui coche sur un mur le nombre d'avions dans le ciel. En 5 minutes, vers les 11 h du matin, trois vagues de bombardiers " B 24 " vont larguer leurs bombes. Quartier Emile Zola, cimetière / voies ferrées. 64 blessés, 65 morts, des dizaines de maisons détruites. Une deuxième fois la population saintaise vient de payer le prix de la liberté. 60 jours après le premier bombardement qui avait fait 35 morts et de nombreux blessés. La presse " collaborationniste " parlera des " oiseaux de la mort "..... malheureusement les " lois " de la guerre sont impitoyables. Bientôt.. le 8 mai 1945 mettra fin à toutes ces souffrances, ces victimes civiles innocentes, sans défense.
"  Regarde maman les avions ils font tomber quelque chose " ou bien cette autre jeune fille qui coche sur un mur le nombre d'avions dans le ciel. En 5 minutes, vers les 11 h du matin, trois vagues de bombardiers " B 24 " vont larguer leurs bombes. Quartier Emile Zola, cimetière / voies ferrées. 64 blessés, 65 morts, des dizaines de maisons détruites. Une deuxième fois la population saintaise vient de payer le prix de la liberté. 60 jours après le premier bombardement qui avait fait 35 morts et de nombreux blessés. La presse " collaborationniste " parlera des " oiseaux de la mort "..... malheureusement les " lois " de la guerre sont impitoyables. Bientôt.. le 8 mai 1945 mettra fin à toutes ces souffrances, ces victimes civiles innocentes, sans défense. "  Regarde maman les avions ils font tomber quelque chose " ou bien cette autre jeune fille qui coche sur un mur le nombre d'avions dans le ciel. En 5 minutes, vers les 11 h du matin, trois vagues de bombardiers " B 24 " vont larguer leurs bombes. Quartier Emile Zola, cimetière / voies ferrées. 64 blessés, 65 morts, des dizaines de maisons détruites. Une deuxième fois la population saintaise vient de payer le prix de la liberté. 60 jours après le premier bombardement qui avait fait 35 morts et de nombreux blessés. La presse " collaborationniste " parlera des " oiseaux de la mort "..... malheureusement les " lois " de la guerre sont impitoyables. Bientôt.. le 8 mai 1945 mettra fin à toutes ces souffrances, ces victimes civiles innocentes, sans défense. "  Regarde maman les avions ils font tomber quelque chose " ou bien cette autre jeune fille qui coche sur un mur le nombre d'avions dans le ciel. En 5 minutes, vers les 11 h du matin, trois vagues de bombardiers " B 24 " vont larguer leurs bombes. Quartier Emile Zola, cimetière / voies ferrées. 64 blessés, 65 morts, des dizaines de maisons détruites. Une deuxième fois la population saintaise vient de payer le prix de la liberté. 60 jours après le premier bombardement qui avait fait 35 morts et de nombreux blessés. La presse " collaborationniste " parlera des " oiseaux de la mort "..... malheureusement les " lois " de la guerre sont impitoyables. Bientôt.. le 8 mai 1945 mettra fin à toutes ces souffrances, ces victimes civiles innocentes, sans défense.
"  Regarde maman les avions ils font tomber quelque chose " ou bien cette autre jeune fille qui coche sur un mur le nombre d'avions dans le ciel. En 5 minutes, vers les 11 h du matin, trois vagues de bombardiers " B 24 " vont larguer leurs bombes. Quartier Emile Zola, cimetière / voies ferrées. 64 blessés, 65 morts, des dizaines de maisons détruites. Une deuxième fois la population saintaise vient de payer le prix de la liberté. 60 jours après le premier bombardement qui avait fait 35 morts et de nombreux blessés. La presse " collaborationniste " parlera des " oiseaux de la mort "..... malheureusement les " lois " de la guerre sont impitoyables. Bientôt.. le 8 mai 1945 mettra fin à toutes ces souffrances, ces victimes civiles innocentes, sans défense. "  Regarde maman les avions ils font tomber quelque chose " ou bien cette autre jeune fille qui coche sur un mur le nombre d'avions dans le ciel. En 5 minutes, vers les 11 h du matin, trois vagues de bombardiers " B 24 " vont larguer leurs bombes. Quartier Emile Zola, cimetière / voies ferrées. 64 blessés, 65 morts, des dizaines de maisons détruites. Une deuxième fois la population saintaise vient de payer le prix de la liberté. 60 jours après le premier bombardement qui avait fait 35 morts et de nombreux blessés. La presse " collaborationniste " parlera des " oiseaux de la mort "..... malheureusement les " lois " de la guerre sont impitoyables. Bientôt.. le 8 mai 1945 mettra fin à toutes ces souffrances, ces victimes civiles innocentes, sans défense.

" Regarde maman les avions ils font tomber quelque chose " ou bien cette autre jeune fille qui coche sur un mur le nombre d'avions dans le ciel. En 5 minutes, vers les 11 h du matin, trois vagues de bombardiers " B 24 " vont larguer leurs bombes. Quartier Emile Zola, cimetière / voies ferrées. 64 blessés, 65 morts, des dizaines de maisons détruites. Une deuxième fois la population saintaise vient de payer le prix de la liberté. 60 jours après le premier bombardement qui avait fait 35 morts et de nombreux blessés. La presse " collaborationniste " parlera des " oiseaux de la mort "..... malheureusement les " lois " de la guerre sont impitoyables. Bientôt.. le 8 mai 1945 mettra fin à toutes ces souffrances, ces victimes civiles innocentes, sans défense.

Documents extraits des archives de la ville de Saintes (Défense passive) et US (Mighty eighth war diary / 1981)
Documents extraits des archives de la ville de Saintes (Défense passive) et US (Mighty eighth war diary / 1981)

Documents extraits des archives de la ville de Saintes (Défense passive) et US (Mighty eighth war diary / 1981)

Voir les commentaires

10 - Des Saintais faute de mieux.... - Paul Yvon.. aperçu d'un visage d'autrefois, peu ordinaire

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Dimanche matin à Saintes

Peu de monde sur les trottoirs, alors......

Pas trop commode monsieur cygne ce matin, partant alors de la terre ferme, sans attaquer l'intrus, il a préféré entraîner sa famille sur ce domaine où il est roi et seigneur des eaux. Quand aux bipèdes humains, le rencontres ont été rares, sauf sur les parcours qui menaient aux deux églises en activité ce jour d'un autre Seigneur.
Pas trop commode monsieur cygne ce matin, partant alors de la terre ferme, sans attaquer l'intrus, il a préféré entraîner sa famille sur ce domaine où il est roi et seigneur des eaux. Quand aux bipèdes humains, le rencontres ont été rares, sauf sur les parcours qui menaient aux deux églises en activité ce jour d'un autre Seigneur.

Pas trop commode monsieur cygne ce matin, partant alors de la terre ferme, sans attaquer l'intrus, il a préféré entraîner sa famille sur ce domaine où il est roi et seigneur des eaux. Quand aux bipèdes humains, le rencontres ont été rares, sauf sur les parcours qui menaient aux deux églises en activité ce jour d'un autre Seigneur.

Venu de son Natal, Paul Yvon aurait-il sombré dans l'oubli, que nenni pour ceux qui l'ont connu, croisé et surtout entendu.

Notre homme avait un sacré phrasé.

C'était un homme de lettres, il avait même écrit dans l'ancien journal patoisant... " le Subiet '. Sa carte de visite que vous venez de découvrir vous en dira un peu plus... en fait des secrets de... son histoire. Culture-Histoire a souvent croisé ce " laboureur à bœufs, viticulteur, barde, écrivain et bien d'autres appellations contrôlées, et il se souvient de deux anecdotes.... un jour une commune saintongeaise avait reçu l'ambassadeur de Russie, en fin de cérémonie un chapeau était resté accroché à une crémone de fenêtre, on avait cru que Monsieur l'Ambassadeur avait oublié son couvre-chef.. mais non c'était celui du " Beurchut " (Paul Yvon). Puis on se souvient aussi que sur le tombeau de l'empereur, aux invalides, il avait crié " vive l''empereur " (Il voulait parler du numéro III du même nom). Un de ses proches qui a autorisé ces extraits a aussi confié une poésie que Paul avait écrite en camp de prisonniers en Allemagne ( Stalag II B - Sur la mer Baltique).... La voici...
C'était un homme de lettres, il avait même écrit dans l'ancien journal patoisant... " le Subiet '. Sa carte de visite que vous venez de découvrir vous en dira un peu plus... en fait des secrets de... son histoire. Culture-Histoire a souvent croisé ce " laboureur à bœufs, viticulteur, barde, écrivain et bien d'autres appellations contrôlées, et il se souvient de deux anecdotes.... un jour une commune saintongeaise avait reçu l'ambassadeur de Russie, en fin de cérémonie un chapeau était resté accroché à une crémone de fenêtre, on avait cru que Monsieur l'Ambassadeur avait oublié son couvre-chef.. mais non c'était celui du " Beurchut " (Paul Yvon). Puis on se souvient aussi que sur le tombeau de l'empereur, aux invalides, il avait crié " vive l''empereur " (Il voulait parler du numéro III du même nom). Un de ses proches qui a autorisé ces extraits a aussi confié une poésie que Paul avait écrite en camp de prisonniers en Allemagne ( Stalag II B - Sur la mer Baltique).... La voici...

C'était un homme de lettres, il avait même écrit dans l'ancien journal patoisant... " le Subiet '. Sa carte de visite que vous venez de découvrir vous en dira un peu plus... en fait des secrets de... son histoire. Culture-Histoire a souvent croisé ce " laboureur à bœufs, viticulteur, barde, écrivain et bien d'autres appellations contrôlées, et il se souvient de deux anecdotes.... un jour une commune saintongeaise avait reçu l'ambassadeur de Russie, en fin de cérémonie un chapeau était resté accroché à une crémone de fenêtre, on avait cru que Monsieur l'Ambassadeur avait oublié son couvre-chef.. mais non c'était celui du " Beurchut " (Paul Yvon). Puis on se souvient aussi que sur le tombeau de l'empereur, aux invalides, il avait crié " vive l''empereur " (Il voulait parler du numéro III du même nom). Un de ses proches qui a autorisé ces extraits a aussi confié une poésie que Paul avait écrite en camp de prisonniers en Allemagne ( Stalag II B - Sur la mer Baltique).... La voici...

Paul Yvon 1906 / 1996 - Sa famille est encore très connue dans notre Saintonge.

Paul Yvon 1906 / 1996 - Sa famille est encore très connue dans notre Saintonge.

******************************

Photo souvenir 

Reçue d'un fidèle lecteur.

" Une fois n'est pas... coutume ". 

Depuis 1993... Beaucoup de satisfaction et de petites joies, mais aussi des anecdotes croustillantes sur ce parcours d'investigations historiques.

Monsieur Bernard Chaigneau, maire d'Ecurat, en compagnie de l'auteur de C-H. photo prise sur l'aéro club de Neulles. profitant que ce dossier soit ouvert pour vous présenter des documents sur ces 22 juillet et 6 août 1944.

Monsieur Bernard Chaigneau, maire d'Ecurat, en compagnie de l'auteur de C-H. photo prise sur l'aéro club de Neulles. profitant que ce dossier soit ouvert pour vous présenter des documents sur ces 22 juillet et 6 août 1944.

Site des deux crashs, train détruit en gare de Jonzac, site Web des constructeurs de " Mosquito 75 ". (Remarque pour le crash d'Ecurat le " Mosquito " est à l'échelle)
Site des deux crashs, train détruit en gare de Jonzac, site Web des constructeurs de " Mosquito 75 ". (Remarque pour le crash d'Ecurat le " Mosquito " est à l'échelle)
Site des deux crashs, train détruit en gare de Jonzac, site Web des constructeurs de " Mosquito 75 ". (Remarque pour le crash d'Ecurat le " Mosquito " est à l'échelle)
Site des deux crashs, train détruit en gare de Jonzac, site Web des constructeurs de " Mosquito 75 ". (Remarque pour le crash d'Ecurat le " Mosquito " est à l'échelle)
Site des deux crashs, train détruit en gare de Jonzac, site Web des constructeurs de " Mosquito 75 ". (Remarque pour le crash d'Ecurat le " Mosquito " est à l'échelle)

Site des deux crashs, train détruit en gare de Jonzac, site Web des constructeurs de " Mosquito 75 ". (Remarque pour le crash d'Ecurat le " Mosquito " est à l'échelle)

********************************

********************************

Nouvelles du fleuve...

" Charente "

Nous avions été avertis.....

Nous avions été avertis.....

Voir les commentaires

6 - Saintes zen .... - Le voyage du " Mosquito 75 " en saintonge

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

La ville est zen....

Mais il est raconté en ville de Saintes que ces petits espaces détentes vont être démontés....!!!

 

Place Bassompierre. Monsieur le Maire, s'il vous plait..... on voudrait le garder plus longtemps.

Place Bassompierre. Monsieur le Maire, s'il vous plait..... on voudrait le garder plus longtemps.

***************************************

***************************************

Un avion qui nous fait lever la tête

Une sacrée animation entre Ecurat et Jonzac

Vous en saurez un peu plus jeudi soir sur cet avion de légende, le Mosquito, qui s'est fait entendre ce 6 août dans notre ciel de Saintonge.

Vous en saurez un peu plus jeudi soir sur cet avion de légende, le Mosquito, qui s'est fait entendre ce 6 août dans notre ciel de Saintonge.

Envol immédiat

N'attachez- pas vos ceintures...

Immersion dans un ciel de gloire avec

«  Mosquito 75 »

 

Journée magique où une remontée dans le temps a pu être possible grâce à l’association R.A.A.A / Michel Bogaert. (*)

Ce 6 août 2014 un plan de vol a été obligatoirement déposé pour le survol de notre territoire, mais le 6 août 1944 une mission était programmée… « Destruction des forces ennemis avec en cibles précisent les voies ferrées et tout ce qui y circulait ».

Ainsi grande effervescence ce mercredi dans notre ciel de Saintonge, tous ont été attentifs aux bruits venus du ciel, admiration, joie non dissimulée, tonnerre d’applaudissement aux passages du fameux « Mosquito 75 », ceci tant sur le site du « Moulin de fougères » (Ecurat) qu’au-dessus la place de la gare de Jonzac où se déroulait une cérémonie commémorative.

 

6 - Saintes zen .... -  Le voyage du " Mosquito 75 " en saintonge
6 - Saintes zen .... -  Le voyage du " Mosquito 75 " en saintonge
6 - Saintes zen .... -  Le voyage du " Mosquito 75 " en saintonge
6 - Saintes zen .... -  Le voyage du " Mosquito 75 " en saintonge
6 - Saintes zen .... -  Le voyage du " Mosquito 75 " en saintonge

Ecurat 14 h 15 : Drapeaux, fumigène, tenu par le maire de la commune, spectateurs, chacun a accueilli le légendaire avion en bois qui a participé à la libération de notre territoire en juillet 44, dont un équipage, justement avec le même appareil s’est écrasé en cet endroit le 22 juillet 1944.

Pour l'aide au repérage Bernard Chaigneau, maire d'Ecurat, avec son fumigène à la main avait un air de ressemblance avec la célèbre statue de la liberté.... éclairant Ecurat.

Nous avons eu droit à quelques gouttes de pluie, mais surtout à quatre passages, à basse altitude du chasseur-bombardier.

En ce jour sa base de transit était l’aéroclub de Neulles, près de Jonzac, mais il est stationné en permanence à Fontenay-le-Comte (Vendée) d’où il était parti ce jour.

Enfin eut lieu la cérémonie commémorative à Jonzac où le 6 août 1944 deux aviateurs du 151 squadron (Royal Air Force) sont morts carbonisés vifs à bord de leur « Mosquito » qui venait de s’écraser sur la gare après la mission réussie (Destruction d’un train de munitions en partance pour la Normandie)

De mémoire de Jonzacais, depuis les manifestations d’après-guerre, il n’y avait jamais eu autant de monde sur cette place autour du monument dédié aux aviateurs Robert Fletcher (Sgt) & Donald, Macrae (Sgt).

Devant le monument/stèle, des officiels, mais aussi une centenaire, témoin de ce crash, née en 1911 elle fera le récit de son vécu à quelques historiens après la cérémonie.

Au cours de cette cérémonie, avec au centre les dépôts de gerbes et les hymnes nationaux anglais et français, on a pu constater l’émotion devant le récit de ce fait de guerre (et un sommaire survol de tant d’autres) par le spécialiste local de ce crash et organisateur de cette journée, Bernard Lafarge. Pour la plus grand satisfaction de tous, hommage et mémoire s’entendant dans ce sens, nous avons eu droit à des airs de cornemuses, joués par des hommes en kilts, et bien sûr à deux passages du « Mosquito ». Ses passages furent impressionnants, surtout au moment où, survolant le fameux pont (où son aile en 1944 avait accroché un ormeau et entraîné sa chute), il arrivait presque sur nous, dans cette même position d’attaque du train de munitions allemand.

A la fin de cette manifestation tous ont été conviés sur le terrain d’aviation de Neulles, certes pour un vin d’honneur et aussi pour voir de plus près cette belle réalisation moderne (Echelle ¾) de l’avion construit autrefois par la société aéronautique De Havilland.

Sur le terrain nous avons rencontré pilote et navigateur du jour. Ainsi Jean-Paul Bichon (ex ingénieur électricien), Gilles Carter (Ex Pilote de ligne sur Boeing 737). Malheureusement nous n’avons pas pu rencontrer, Michel Bogaert, une des « chevilles ouvrières » de ce projet fou…. La construction d’une réplique du fameux Mosquito, qui a nécessité une quinzaine d’années de travail, se définissant en 33 000 heures d’acharnement passionnel.

Bravo messieurs, belle « folie » au service de la mémoire, de l’histoire et certainement au service de la paix, car si on ne souvient pas on refera les mêmes erreurs…

(*) Reconstructions, répliques avions anciens

 

La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!
La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!
La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!
La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!
La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!
La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!
La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!
La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!
La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!

La jeunesse est souvent présente sur ces clichés du souvenir, mais c'est immanquablement elle qui pérénnisera la mémoire de tant de nobles actions effectuées sur le territoire français voici 70 ans. Nous avons aussi constaté la présence d'une délégation de la Royal Air Force Association, qui s'est d'ailleurs exprimé par la voix de son représentant départemental, Madame Bennet). Les aviateurs du " Mosquito 75 " se sont vus remettre un " coffret reliquaire " (Fragments du Mosquito tombé à Ecurat). Anecdote, ces fragments ont effectué le survol de la gare de Jonzac au cours de la cérémonie, qui a dit que cela n'était pas de la mémoire vivante...!

Dernière minutes.. Photos reçues de Thierry Huc, mùécanicien du " Mosquito 75 "

Informations..... Le cercle où l'on aperçoit Bernard Lafarge dans sa prise de paroles est une mosaïque (très résistante) représentant l'avion. Par ailleurs il ne reste plus qu'un " Mosquito " (authentique) capable de voler, il appartient à un Américain et il se trouve actuellement en Australie. la seule réplique qui vole est celui du trio... Thierry, Gilles et Jean-Paul, nos héros du jour.
Informations..... Le cercle où l'on aperçoit Bernard Lafarge dans sa prise de paroles est une mosaïque (très résistante) représentant l'avion. Par ailleurs il ne reste plus qu'un " Mosquito " (authentique) capable de voler, il appartient à un Américain et il se trouve actuellement en Australie. la seule réplique qui vole est celui du trio... Thierry, Gilles et Jean-Paul, nos héros du jour.
Informations..... Le cercle où l'on aperçoit Bernard Lafarge dans sa prise de paroles est une mosaïque (très résistante) représentant l'avion. Par ailleurs il ne reste plus qu'un " Mosquito " (authentique) capable de voler, il appartient à un Américain et il se trouve actuellement en Australie. la seule réplique qui vole est celui du trio... Thierry, Gilles et Jean-Paul, nos héros du jour.
Informations..... Le cercle où l'on aperçoit Bernard Lafarge dans sa prise de paroles est une mosaïque (très résistante) représentant l'avion. Par ailleurs il ne reste plus qu'un " Mosquito " (authentique) capable de voler, il appartient à un Américain et il se trouve actuellement en Australie. la seule réplique qui vole est celui du trio... Thierry, Gilles et Jean-Paul, nos héros du jour.

Informations..... Le cercle où l'on aperçoit Bernard Lafarge dans sa prise de paroles est une mosaïque (très résistante) représentant l'avion. Par ailleurs il ne reste plus qu'un " Mosquito " (authentique) capable de voler, il appartient à un Américain et il se trouve actuellement en Australie. la seule réplique qui vole est celui du trio... Thierry, Gilles et Jean-Paul, nos héros du jour.

Voir les commentaires

4 - Dans le ciel notre histoire - - - -> 6 août - Archéologie domestique - Crash investigations - Dernière minute .. La haute Saintonge

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Un avion de légende va passer.....

Mercredi 6 août

14 h 00 à Saintes

14 h 15 au " moulin des fougères " Ecurat

18 h 30 à Jonzac

" Mosquito 75 " modèle réduit 3/4 du fameux avion De Havilland.

A vos caméras et à vos appareils photos.. ce sera une occasion unique pour un parcours, qui, de mémoire de Saintais, était presque quotidien en 1944...
A vos caméras et à vos appareils photos.. ce sera une occasion unique pour un parcours, qui, de mémoire de Saintais, était presque quotidien en 1944...
A vos caméras et à vos appareils photos.. ce sera une occasion unique pour un parcours, qui, de mémoire de Saintais, était presque quotidien en 1944...
A vos caméras et à vos appareils photos.. ce sera une occasion unique pour un parcours, qui, de mémoire de Saintais, était presque quotidien en 1944...

A vos caméras et à vos appareils photos.. ce sera une occasion unique pour un parcours, qui, de mémoire de Saintais, était presque quotidien en 1944...

***********************************

***********************************

Histoire quand tu nous tiens...

... attention à la casse

4 - Dans le ciel notre histoire - - - -> 6 août - Archéologie domestique - Crash investigations - Dernière minute .. La haute Saintonge
4 - Dans le ciel notre histoire - - - -> 6 août - Archéologie domestique - Crash investigations - Dernière minute .. La haute Saintonge

******************************

******************************

Dossier non refermé sur un crash dit compact d'il y a soixante dix ans. Toujours à la recherche d'éléments matériels, précieux indices sur la raison d'un crash....

Publié pour partager, certes un " Devoir de mémoire ", mais aussi une passion et aider au travail d'autres chercheurs et spécialistes en la matière. je ne suis pas le seul sur le territoire français.
Publié pour partager, certes un " Devoir de mémoire ", mais aussi une passion et aider au travail d'autres chercheurs et spécialistes en la matière. je ne suis pas le seul sur le territoire français.
Publié pour partager, certes un " Devoir de mémoire ", mais aussi une passion et aider au travail d'autres chercheurs et spécialistes en la matière. je ne suis pas le seul sur le territoire français.
Publié pour partager, certes un " Devoir de mémoire ", mais aussi une passion et aider au travail d'autres chercheurs et spécialistes en la matière. je ne suis pas le seul sur le territoire français.
Publié pour partager, certes un " Devoir de mémoire ", mais aussi une passion et aider au travail d'autres chercheurs et spécialistes en la matière. je ne suis pas le seul sur le territoire français.

Publié pour partager, certes un " Devoir de mémoire ", mais aussi une passion et aider au travail d'autres chercheurs et spécialistes en la matière. je ne suis pas le seul sur le territoire français.

Dernière minute

De notre correspondant particulier du ciel, via l'hebdomadaire " La haute Saintonge "

4 - Dans le ciel notre histoire - - - -> 6 août - Archéologie domestique - Crash investigations - Dernière minute .. La haute Saintonge

Voir les commentaires

31 - Saintes hier et demain - Zoo.... Zen attitude = contagion - Ecurat / Jonzac : 6 août 2014 - Images du samedi à Saintes

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Saintes..

Animation discrète et sonore

Autour de notre Charente qui pavoise, des "Oreilles en éventail " aux discrets lieux d'accueil de nos églises, ici St Pierre; l'accueil est photographié depuis l'escalier dit " vis torte ".
Autour de notre Charente qui pavoise, des "Oreilles en éventail " aux discrets lieux d'accueil de nos églises, ici St Pierre; l'accueil est photographié depuis l'escalier dit " vis torte ".
Autour de notre Charente qui pavoise, des "Oreilles en éventail " aux discrets lieux d'accueil de nos églises, ici St Pierre; l'accueil est photographié depuis l'escalier dit " vis torte ".
Autour de notre Charente qui pavoise, des "Oreilles en éventail " aux discrets lieux d'accueil de nos églises, ici St Pierre; l'accueil est photographié depuis l'escalier dit " vis torte ".

Autour de notre Charente qui pavoise, des "Oreilles en éventail " aux discrets lieux d'accueil de nos églises, ici St Pierre; l'accueil est photographié depuis l'escalier dit " vis torte ".

**************************

**************************

**************************

Zoo.. La Palmyre

 

Zen attitude = Contagion

 

Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.
Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.

Merci et à bientôt chers frères humains. Certes on ne comprendra et nous n'accepterons jamais notre captivité, mais nous savons bien que cela sert une noble cause... " Nous faire connaître et nous faire protéger dans notre milieu naturel ". Détail de cette visite: Une autruche a mordu une visiteuse au bras, sans gravité pour l'un et pour l'autre. Puis ces otaries qui nous ont bien fait rire.

*********************************

*********************************

6 août : Histoire dans notre ciel

Ecurat:

Passage d'un avion " Mosquito 75 " au-dessus de la stèle commémorative (22 juillet 1944) du " Moulin des fougères  " Ecurat 17

A 14 h 15 Il survolera Saintes " Nord-Est " et le site d'Ecurat (Plusieurs passages à basse altitude)

 

L'avion  " Mosquito 57 " qui va évoluer dans notre ciel, est une réplique à 75 %,mais du sol on ne voit pas la différence. Il s'agit d'une manifestation offerte à caractère historique (1944/2014). Suite à Jonzac le même jour.....
L'avion  " Mosquito 57 " qui va évoluer dans notre ciel, est une réplique à 75 %,mais du sol on ne voit pas la différence. Il s'agit d'une manifestation offerte à caractère historique (1944/2014). Suite à Jonzac le même jour.....
L'avion  " Mosquito 57 " qui va évoluer dans notre ciel, est une réplique à 75 %,mais du sol on ne voit pas la différence. Il s'agit d'une manifestation offerte à caractère historique (1944/2014). Suite à Jonzac le même jour.....

L'avion " Mosquito 57 " qui va évoluer dans notre ciel, est une réplique à 75 %,mais du sol on ne voit pas la différence. Il s'agit d'une manifestation offerte à caractère historique (1944/2014). Suite à Jonzac le même jour.....

Mercredi 6 août Jonzac

18 h 30 - Gare SNCF

Survol par le " Mosquito 75 "

Cérémonie: 18 h 30

Ces équipages de " Mosquito " (De Havilland) se connaissaient, l'un a eu plus de chance que l'autre. Merci à ces hommes qui vont nous survoler, pour la construction du " Mosquito 75 ", perpétuant ainsi ces souvenirs encore très proche de notre mémoire affective.
Ces équipages de " Mosquito " (De Havilland) se connaissaient, l'un a eu plus de chance que l'autre. Merci à ces hommes qui vont nous survoler, pour la construction du " Mosquito 75 ", perpétuant ainsi ces souvenirs encore très proche de notre mémoire affective.
Ces équipages de " Mosquito " (De Havilland) se connaissaient, l'un a eu plus de chance que l'autre. Merci à ces hommes qui vont nous survoler, pour la construction du " Mosquito 75 ", perpétuant ainsi ces souvenirs encore très proche de notre mémoire affective.
Ces équipages de " Mosquito " (De Havilland) se connaissaient, l'un a eu plus de chance que l'autre. Merci à ces hommes qui vont nous survoler, pour la construction du " Mosquito 75 ", perpétuant ainsi ces souvenirs encore très proche de notre mémoire affective.

Ces équipages de " Mosquito " (De Havilland) se connaissaient, l'un a eu plus de chance que l'autre. Merci à ces hommes qui vont nous survoler, pour la construction du " Mosquito 75 ", perpétuant ainsi ces souvenirs encore très proche de notre mémoire affective.

*****************************************

Images de Saintes ce samedi

*****************************************

 

Dans les rues de Saintes on découvre, surtout il nous faudra entendre... " Les oreilles.. bien.. en éventail " (évantail pour l'organisation), puis découvrir une équipe spécialisée (G.I.P.N) contre les poubelles, certainement depuis les trop malencontreux feux qui ont détérioré les parois extérieures du Gallia-théâtre. Enfin on ne peut que souhaiter que le meilleur bonheur du monde à un couple se mariant sous la protection de Ste Marie des Dames, mais aussi avec la bénédiction d'Antoine de St Exépury, dont l'esprit survolait la manifestation nuptiale depuis son drone. Une première pour l'abbaye aux Dames.
Dans les rues de Saintes on découvre, surtout il nous faudra entendre... " Les oreilles.. bien.. en éventail " (évantail pour l'organisation), puis découvrir une équipe spécialisée (G.I.P.N) contre les poubelles, certainement depuis les trop malencontreux feux qui ont détérioré les parois extérieures du Gallia-théâtre. Enfin on ne peut que souhaiter que le meilleur bonheur du monde à un couple se mariant sous la protection de Ste Marie des Dames, mais aussi avec la bénédiction d'Antoine de St Exépury, dont l'esprit survolait la manifestation nuptiale depuis son drone. Une première pour l'abbaye aux Dames.
Dans les rues de Saintes on découvre, surtout il nous faudra entendre... " Les oreilles.. bien.. en éventail " (évantail pour l'organisation), puis découvrir une équipe spécialisée (G.I.P.N) contre les poubelles, certainement depuis les trop malencontreux feux qui ont détérioré les parois extérieures du Gallia-théâtre. Enfin on ne peut que souhaiter que le meilleur bonheur du monde à un couple se mariant sous la protection de Ste Marie des Dames, mais aussi avec la bénédiction d'Antoine de St Exépury, dont l'esprit survolait la manifestation nuptiale depuis son drone. Une première pour l'abbaye aux Dames.
Dans les rues de Saintes on découvre, surtout il nous faudra entendre... " Les oreilles.. bien.. en éventail " (évantail pour l'organisation), puis découvrir une équipe spécialisée (G.I.P.N) contre les poubelles, certainement depuis les trop malencontreux feux qui ont détérioré les parois extérieures du Gallia-théâtre. Enfin on ne peut que souhaiter que le meilleur bonheur du monde à un couple se mariant sous la protection de Ste Marie des Dames, mais aussi avec la bénédiction d'Antoine de St Exépury, dont l'esprit survolait la manifestation nuptiale depuis son drone. Une première pour l'abbaye aux Dames.

Dans les rues de Saintes on découvre, surtout il nous faudra entendre... " Les oreilles.. bien.. en éventail " (évantail pour l'organisation), puis découvrir une équipe spécialisée (G.I.P.N) contre les poubelles, certainement depuis les trop malencontreux feux qui ont détérioré les parois extérieures du Gallia-théâtre. Enfin on ne peut que souhaiter que le meilleur bonheur du monde à un couple se mariant sous la protection de Ste Marie des Dames, mais aussi avec la bénédiction d'Antoine de St Exépury, dont l'esprit survolait la manifestation nuptiale depuis son drone. Une première pour l'abbaye aux Dames.

Voir les commentaires

28 - 28 juillet 1944 / Mourir pour la France, mourir en soldat: Au nom de la liberté .... - Compassion et deuil national : vol tombal... - Histoires de ponts

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

********************************************

********************************************

Le 28 juillet 1944, ces combats aveugles pour la liberté venue du ciel

En trois phases....

Un train est mitraillé par l'aviation alliée, il venait de quitter Niort et se dirigeait vers Saintes. Le chauffeur, Paul Friou, est blessé. Le mécanicien meurt des suites de graves brûlures par l'eau bouillante de la locomotive.
Un train est mitraillé par l'aviation alliée, il venait de quitter Niort et se dirigeait vers Saintes. Le chauffeur, Paul Friou, est blessé. Le mécanicien meurt des suites de graves brûlures par l'eau bouillante de la locomotive.

Un train est mitraillé par l'aviation alliée, il venait de quitter Niort et se dirigeait vers Saintes. Le chauffeur, Paul Friou, est blessé. Le mécanicien meurt des suites de graves brûlures par l'eau bouillante de la locomotive.

Nous remercions la fille de François Gicquel pour le don de la photo et de certains documents. Sur la photo prise devant le PN n° 341, vers l'époque des faits, sur la droite le témoin qui a fourni cette photo, Olivier Noël.
Nous remercions la fille de François Gicquel pour le don de la photo et de certains documents. Sur la photo prise devant le PN n° 341, vers l'époque des faits, sur la droite le témoin qui a fourni cette photo, Olivier Noël.
Nous remercions la fille de François Gicquel pour le don de la photo et de certains documents. Sur la photo prise devant le PN n° 341, vers l'époque des faits, sur la droite le témoin qui a fourni cette photo, Olivier Noël.
Nous remercions la fille de François Gicquel pour le don de la photo et de certains documents. Sur la photo prise devant le PN n° 341, vers l'époque des faits, sur la droite le témoin qui a fourni cette photo, Olivier Noël.

Nous remercions la fille de François Gicquel pour le don de la photo et de certains documents. Sur la photo prise devant le PN n° 341, vers l'époque des faits, sur la droite le témoin qui a fourni cette photo, Olivier Noël.

28 juillet - Un policier meurt électrocuté suite à un bombardement.

Un avion allié bombarde un poste de DCA allemande. Une bombe ricoche sur la route de de St Jean d'Angély et, continuant sa trajectoire, explose dans une vigne sectionnant un fil à haute tension. Un policier de Saintes, Georges André, s'étant rendu sur place, dans l'exercice de ses fonctions, a été électrocuté en touchant les rangs de vigne. Sur la photo aérienne on devine le cratère de l'explosion.
Un avion allié bombarde un poste de DCA allemande. Une bombe ricoche sur la route de de St Jean d'Angély et, continuant sa trajectoire, explose dans une vigne sectionnant un fil à haute tension. Un policier de Saintes, Georges André, s'étant rendu sur place, dans l'exercice de ses fonctions, a été électrocuté en touchant les rangs de vigne. Sur la photo aérienne on devine le cratère de l'explosion.

Un avion allié bombarde un poste de DCA allemande. Une bombe ricoche sur la route de de St Jean d'Angély et, continuant sa trajectoire, explose dans une vigne sectionnant un fil à haute tension. Un policier de Saintes, Georges André, s'étant rendu sur place, dans l'exercice de ses fonctions, a été électrocuté en touchant les rangs de vigne. Sur la photo aérienne on devine le cratère de l'explosion.

Ci-après des documents de travail de recherches faisant suite au premier en tête de ce fait de guerre.
Ci-après des documents de travail de recherches faisant suite au premier en tête de ce fait de guerre.
Ci-après des documents de travail de recherches faisant suite au premier en tête de ce fait de guerre.

Ci-après des documents de travail de recherches faisant suite au premier en tête de ce fait de guerre.

Ces trois faits de guerre relatés sommairement dans ces pages ont fait l'objet de nombreux témoignages non rapportés ici.
Ces trois faits de guerre relatés sommairement dans ces pages ont fait l'objet de nombreux témoignages non rapportés ici.
Ces trois faits de guerre relatés sommairement dans ces pages ont fait l'objet de nombreux témoignages non rapportés ici.
Ces trois faits de guerre relatés sommairement dans ces pages ont fait l'objet de nombreux témoignages non rapportés ici.

Ces trois faits de guerre relatés sommairement dans ces pages ont fait l'objet de nombreux témoignages non rapportés ici.

Victime allemande ce 28 juillet

Le Douhet un train de troupe est mitraillé

Un train allemand transportait des tanks et des pièces de DCA. Les avions ont mitraillé, alors que le train était resté caché sous le tunnel, l'officier allemand croyant la calme revenu avait fait repartir le train, direction Niort. Il y aurait eu de nombreux morts allemands (Les corps ont été emmené au four crématoire ambulant de Cognac). Un soldat allemand est décédé dans la ferme la plus proche, le seul mort vu par des témoins français. En général les Allemands n'aimaient pas montrer leurs soldats morts.. mauvais pour le moral de leur troupe. Cette attaque aérienne fut violente et fulgurante comme l'indiquent les traces des tirs encore visibles sur le pont du Vignaud. Une question demeure.. Est-ce des " Mosquitos " (Anglais) ou des " P38 " (US). En effet tout laisse croire qu ce sont des " Mosquitos ", vu les rapports de missions des alliés et du fait des deux avions " Mosquito " abattus dans la région dans ces jours, le 22 juillet à Ecurat et le 6 août à Jonzac.
Un train allemand transportait des tanks et des pièces de DCA. Les avions ont mitraillé, alors que le train était resté caché sous le tunnel, l'officier allemand croyant la calme revenu avait fait repartir le train, direction Niort. Il y aurait eu de nombreux morts allemands (Les corps ont été emmené au four crématoire ambulant de Cognac). Un soldat allemand est décédé dans la ferme la plus proche, le seul mort vu par des témoins français. En général les Allemands n'aimaient pas montrer leurs soldats morts.. mauvais pour le moral de leur troupe. Cette attaque aérienne fut violente et fulgurante comme l'indiquent les traces des tirs encore visibles sur le pont du Vignaud. Une question demeure.. Est-ce des " Mosquitos " (Anglais) ou des " P38 " (US). En effet tout laisse croire qu ce sont des " Mosquitos ", vu les rapports de missions des alliés et du fait des deux avions " Mosquito " abattus dans la région dans ces jours, le 22 juillet à Ecurat et le 6 août à Jonzac.

Un train allemand transportait des tanks et des pièces de DCA. Les avions ont mitraillé, alors que le train était resté caché sous le tunnel, l'officier allemand croyant la calme revenu avait fait repartir le train, direction Niort. Il y aurait eu de nombreux morts allemands (Les corps ont été emmené au four crématoire ambulant de Cognac). Un soldat allemand est décédé dans la ferme la plus proche, le seul mort vu par des témoins français. En général les Allemands n'aimaient pas montrer leurs soldats morts.. mauvais pour le moral de leur troupe. Cette attaque aérienne fut violente et fulgurante comme l'indiquent les traces des tirs encore visibles sur le pont du Vignaud. Une question demeure.. Est-ce des " Mosquitos " (Anglais) ou des " P38 " (US). En effet tout laisse croire qu ce sont des " Mosquitos ", vu les rapports de missions des alliés et du fait des deux avions " Mosquito " abattus dans la région dans ces jours, le 22 juillet à Ecurat et le 6 août à Jonzac.

Ces investigations commencées il y a une quinzaine d'années ont permis de se rapprocher au plus près des événements..  en effet il est très difficile de nos jours de retrouver des témoins fiables. Pour ceux qui aiment l'histoire et qui croient plus facilement ce qu'ils touchent du doigt, la traçabilité de ce dernier fait de guerre est certainement encore visible sur ce " Pont du Vignaud ", commune du Douhet. (Tous les croquis présentés ne sont que des documents de travail et ne sont pas finalisés.
Ces investigations commencées il y a une quinzaine d'années ont permis de se rapprocher au plus près des événements..  en effet il est très difficile de nos jours de retrouver des témoins fiables. Pour ceux qui aiment l'histoire et qui croient plus facilement ce qu'ils touchent du doigt, la traçabilité de ce dernier fait de guerre est certainement encore visible sur ce " Pont du Vignaud ", commune du Douhet. (Tous les croquis présentés ne sont que des documents de travail et ne sont pas finalisés.
Ces investigations commencées il y a une quinzaine d'années ont permis de se rapprocher au plus près des événements..  en effet il est très difficile de nos jours de retrouver des témoins fiables. Pour ceux qui aiment l'histoire et qui croient plus facilement ce qu'ils touchent du doigt, la traçabilité de ce dernier fait de guerre est certainement encore visible sur ce " Pont du Vignaud ", commune du Douhet. (Tous les croquis présentés ne sont que des documents de travail et ne sont pas finalisés.

Ces investigations commencées il y a une quinzaine d'années ont permis de se rapprocher au plus près des événements.. en effet il est très difficile de nos jours de retrouver des témoins fiables. Pour ceux qui aiment l'histoire et qui croient plus facilement ce qu'ils touchent du doigt, la traçabilité de ce dernier fait de guerre est certainement encore visible sur ce " Pont du Vignaud ", commune du Douhet. (Tous les croquis présentés ne sont que des documents de travail et ne sont pas finalisés.

*******************************

*******************************

Au nom des victimes du vol fatal

Particulier, mairie, ville.
Particulier, mairie, ville.
Particulier, mairie, ville.

Particulier, mairie, ville.

**********************************

**********************************

Ponts et passerelles

Saintes

L'adjoint au maire de Saintes, Jean-Pierre Roudier, en parle, mais ce n'est pas tout....

" Secrets d'histoire "

 

Ponts et passerelles vont faire peau neuve, mais saviez-vous qu'en 1944 les alliés avaient décidé de faire sauté notre beau pont B.P. Puis se ravisant, avant que les Allemands en aient la malencontreuse idée, ils en avaient organisé le déminage avec la résistance de Saintes. A quelques kilomètres de Saintes, à Beillant (St Sever de Saintonge), les Allemands avaient fait sauté le pont du chemin de fer sur la Charente.

Ponts et passerelles vont faire peau neuve, mais saviez-vous qu'en 1944 les alliés avaient décidé de faire sauté notre beau pont B.P. Puis se ravisant, avant que les Allemands en aient la malencontreuse idée, ils en avaient organisé le déminage avec la résistance de Saintes. A quelques kilomètres de Saintes, à Beillant (St Sever de Saintonge), les Allemands avaient fait sauté le pont du chemin de fer sur la Charente.

Autre secret.... La passerelle, il y a environ deux décennies avait tremblé..!!!!!!!!!!!!! (Fait avéré par main courante police municipale)
Autre secret.... La passerelle, il y a environ deux décennies avait tremblé..!!!!!!!!!!!!! (Fait avéré par main courante police municipale)

Autre secret.... La passerelle, il y a environ deux décennies avait tremblé..!!!!!!!!!!!!! (Fait avéré par main courante police municipale)

Voir les commentaires

25 - Armée de l'air .. Prix d'excellence à Saintes - Police municipale et solidarité - Braderie ou croisière

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

" Plus près des étoiles "

Avec les élèves-techniciens de l'armée de l'air - Saintes

La qualité n'a pas de prix, sauf celui de l'excellence

" A vos ordres mon général...... "

25 - Armée de l'air .. Prix d'excellence à Saintes - Police municipale et solidarité - Braderie ou croisière

« Fer de lance des armes de France »

     L’armée de l’air, via l’Ecole d’Enseignement Technique de l’Armée de l’Air, était présente ce 24 juillet dans ce site prestigieux qu’est notre amphithéâtre gallo-romain
Après la remise des prix, effectuée devant une nombreuse assistance, parents des arpètes, officiels et bien sûr les premiers concernés que sont nos apprentis de l’aviation militaire française.

     Le général (****) Gilles Lemoine, face aux 350 élèves, soit les deux promotions 2012/2013, entame son réquisitoire constat en faveur de l’excellence….

     Extraits…

« Il y a peu de temps j’ai fait ma visite d’inspection sur cette école de l’air, je n’ai pu que constater la qualité et l’excellence de la formation et de ses résultats.

L’excellence est la marque de la communauté des arpètes à laquelle vous appartenez.

Le travail de chacun est déterminant pour un aboutissement parfait de la mission du pilote. Chacun de nous est un maillon essentiel à la réussite des missions fixées à l’armée de l’air.

Cette école a vu sa première promotion d’élèves, au surnom d’arpètes, dès 1949 »

 

     Alors que notre « quatre étoiles », inspecteur des armées, regagne sa place à la tribune, le chœur des arpètes fait monter un chant accompagné à la trompette, certainement des paroles mises en musique à la gloire et affichant l’engagement de cette corporation militaire. Et bien sûr ce chant se termina avec un fameux cri de guerre (mais au service de la paix)…. « Arpète d’un jour, arpète toujours ».

 

     Alors que le staff quittait le sable des arènes, familles et élèves étaient tout à la joie et à l’honneur de retrouver leur famille, après une année scolaire bien remplie et menée au pas cadencé. Mais des noms seront encore longtemps murmurés dans l’arène, ceux des deux parrains de ces promotions, ainsi on peut citer deux hommes morts en service commandé dans les années 60 : « Sergent-chef Dominique Demulier & sergent Michel Fosses ».

 

25 - Armée de l'air .. Prix d'excellence à Saintes - Police municipale et solidarité - Braderie ou croisière
25 - Armée de l'air .. Prix d'excellence à Saintes - Police municipale et solidarité - Braderie ou croisière
25 - Armée de l'air .. Prix d'excellence à Saintes - Police municipale et solidarité - Braderie ou croisière
25 - Armée de l'air .. Prix d'excellence à Saintes - Police municipale et solidarité - Braderie ou croisière

     Avant de fermer le ban, de laisser sur le sable de l’arène les traces de la manifestation de ce soir, avant de terminer la soirée autour d’un cocktail, un mystère demeure…. Que pense le général de 55 ans de cet adolescent de 18 ans qu’il était, bien loin des étoiles…. ?

 

Mon général, vous revoyez-vous à vos 18 ans, aviez-vous pensé que le jeune homme que vous étiez porterait sur les épaules ces quatre étoiles, certes très lumineuses, mais lourdes de responsabilité… ?

« Très jeune je voulais déjà voyager, je n’avais que cela en tête. Mais mon papa était pilote dans l’aéronavale, avant de l’être dans l’armée de l’air, puis mon oncle était pilote de chasse. Ma vocation, enfin la direction que j’avais à prendre s’est révéler à moi vers mes 18/ 20 ans. J’avais les capacités (et certains diplômes) pour intégrer l’école de l’air. Mais j’avais déjà connu un bon signe précurseur. Ainsi au j’avais participé à un concours dans une galerie marchande et j’avais gagné le meilleur prix, c’était un voyage en avion en Corse » (le ton était bien donné)

 

Donc vous étiez pilote comme l’indique votre écusson avec les ailes… ?

« J’ai été pilote de 22 à 35 ans, dans une unité opérationnelle. C’était sur les C 130 et sur les Transall. Par la suite j’ai franchi toutes les étapes qui m’ont mené à mes fonctions actuels d’inspecteur de l’armée de l’air ».

 

Mais pourquoi pas la chasse… ?

« Comme je l’ai dit mon leitmotiv dans cette vocation c’est le voyage, bien sûr la chasse est aussi une excellence, mais voilà je suis trop grand. J’ai été déclaré inapte car je suis assez grand et dans les avions de chasse, avec les sièges éjectables, mes grandes jambes ne seraient pas passées, sauf de faire rater l’éjection ou de me blesser gravement ».

 

Il me semblait qu’il y avait une raison majeur pour ce non choix sur les Rafales, voir Mirage à l’époque…. !

« Aussi il y a eu une date importante, le 1er août 1983, à cette époque j’étais pilote à l’instruction, dans l’escadrille – La Touraine – 1/61 -. C’était l’engagement militaire au Tchad. Ce conflit fit des morts, l’armée de l’air a laissé des hommes là-bas. J’ai alors passé tous les tests, nombre d’heures minimum pour être intégré. Puis le 5 août c’était le départ pour le Tchad ».

 

Sur le plan de vos  origines on peut en savoir plus… ?

« Je pourrais dire que je suis Normand, mais ce n’est pas si simple. Mon père est né en Normandie, ma mère à Lyon, puis j’ai connu différentes régions au gré des mutations et déplacements de mon père »

 

Avez-vous une devise… ?

« Servir… mais sans rien attendre en retour »

 

Merci mon général et bonne retraite, car je crois savoir que vous quittez l’arme, certainement pas vos amis «  Amis d’un jour, amis toujours », en septembre de cette année.

 

Alors bonne conclusion de carrière, bonne retraite et surtout…. Fixez solidement vos étoiles au plafond de votre salon (scintillement de l’excellence) où détente et souvenirs seront vos meilleurs compagnons avec vos proches. A bientôt.

 

Regard et oreilles tendus sur cette soirée….

- Présence d’un élu de la municipalité de Saintes pour la remise d’un prix, il s’agit de Philippe Craechcadec.

- La PC stratégique de l’armée de l’air, qui était souterrain à Taverny, est transféré, depuis quelques temps déjà, à Lyon.

- La protection aérienne de la France est assurée 24h/24h. Pour mémoire (certainement en 2013) la « chasse » est sortie 340 fois pour interventions diverses… très souvent pour des appareils en difficulté et des avions qui ne respectent pas les plans de vol, puis certains cas, tenus secrets, d’intrusion dans des secteurs interdits.

*********************************************************************************************

************************

Police et humanité

Par ces temps de grosse chaleur la P.M veille sur la santé des dormeurs, la tête au soleil ce n'est pas bon pour cet homme. merci aux agents. Et ce samedi.. braderie ou croisière: au choix.. le trottoir ou le fleuve...?

Par ces temps de grosse chaleur la P.M veille sur la santé des dormeurs, la tête au soleil ce n'est pas bon pour cet homme. merci aux agents. Et ce samedi.. braderie ou croisière: au choix.. le trottoir ou le fleuve...?

25 - Armée de l'air .. Prix d'excellence à Saintes - Police municipale et solidarité - Braderie ou croisière
25 - Armée de l'air .. Prix d'excellence à Saintes - Police municipale et solidarité - Braderie ou croisière

Voir les commentaires

21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

******************************************

******************************

" Les chemins de mémoire "

 

La météo était au rendez-vous de la mémoire sur les chemins du même nom.

Comme l’a précisé Catherine Quéré, députée…. « Il y a de plus en plus de monde »… ! C’est assez vrai, mais nous avons bénéficié du « 70ième anniversaire du débarquement », grande manifestation de commémoration qui s’est déroulé sur tout le sol européen, bien sûr avec pour nous le point fort des plages de Normandie « 6 juin 44 /6 juin 2014 ».

Les hymnes nationaux ont raisonné, que ce soit à Ecurat….. beach, Nieul-les-Saintes…. Beach, St Vaize ….. beach.

 

21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo

Des Anglais, aux Français, en passant par les américains, nul n’a été oublié.

Comme pour les autres années des véhicules d’époque avaient formé ce convoi, qui, tel un ruban aux couleurs des nations victorieuses, parcourait nos campagnes.

Nous avons eu l’honneur, pour Ecurat (Crash avion R.A.F), de recevoir l’Air Commodore John Mass qui était venu en France pour les cérémonies du débarquement, durant la cérémonie, il a déposé une belle gerbe rouge. A cette occasion il lui a été remis un « Coffret reliquaire » contenant des fragments du Mosquito du 151 squadron. Et très touché par cette démarche….. « Je vous remercie beaucoup pour la remise de ces éléments, ils seront donnés au musée de Londres où ils figureront en bonne place ». Une délégation de la Royal Air Force Association était aussi présente. Un second «Coffret reliquaire » a été remis à un mécanicien travaillant sur un Mosquito moderne construit par des passionnés. Il s’agit de Thierry Huc, un ancien mécanicien de l’armée d e l’air, qui fut d’ailleurs très touché d’avoir ce souvenir. (Avion qui a nécessité 33 000 heures de travail réparties sur 17 ans, commencé en 1995. Cet appareil survolera Saintes et Ecurat le 6 août 2014). A la grande satisfaction des participants nous avons eu la voix de la jeunesse pour la lecture du fait de guerre, merci Anna Bothorel (17 ans).

Sur le deuxième lieu de mémoire, Nieul-les-Saintes, malgré quelques gouttes, la participation de tous a encore bien montré le bien-fondé ce cheminement. En effet, si les trois cérémonies ont le même déroulement, un incident, une panne de sono, a permis à l’assemblée d’entonner notre chant patriotique « La Marseillaise » a capella. De Madame la députée à une jeune fille de 15 ans, Constance. Déjà sur chaque site, depuis des années, nous entonnions à capella le « Chant des partisans ». Puis un « Coffret reliquaire » a été remis à Madame Denise Turgné, Maire de la commune, justement par cette même jeune fille de 15 ans. Ainsi Constance avait participé avec son lycée, l’Etablissement Régional d’Enseignement Adapté, à des recherches des pièces de l’avion du capitaine C.D Cole et il avait été décidé que quelques-unes seraient remises ce 20 juillet 2014 (Pièces remises : Attache de vêtement du pilote, boucle de réglage ceinture, fragment blouson de cuir et un morceau d’os / crâne).

Enfin sur la dernière commune, St Vaize, là encore l’émotion était présente, il ne peut en être autrement, certes devant la monstruosité de ce conflit, mais aussi quand on se trouve à quelques mètres du point de chute d’un avion français dans lequel deux hommes sont morts carbonisés vifs. Un « cadeau » souvenir a été offert au maire, Michel Roux, il s’agit d’une photo de militaires hospitalisés à Saintes, sur laquelle on reconnait Pierre Dubois qui fut blessé dans ce crash. Puis un autre « bon point » pour la demoiselle de 15 ans, pour la lecture du fait de guerre de St Vaize.

 

21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo

 Pour ceux qui auront fait le parcours en entier, ils auront pu constater la présence de Monsieur le Maire de Saintes, Jean-Philippe Machon, sur le dernier site. Quant à son adjoint, Jean-Pierre Roudier, il a fait tout le parcours.

Ainsi ce fut une première de voir ces nombreux élus, essentiellement deux venant de Saintes.

Réunis autour du vin d’honneur, nous avons pu apprécier les phrases de satisfaction de l’organisateur de cette journée, Bernard Chaigneau, maire d’Ecurat.

 

 

*****************************

*****************************

Une Miss pour Saintes

Mission: Valoriser notre patrimoine

" Shooting photos en avant première... "

Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.
Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.

Avec la participation de la gabare " Ville de Saintes ", du " Carrousel rétro " de David Galopin, sous les yeux de l'arc de Germanicus et au fil de la Charente. Sous la protection de Daniel le capitaine de la gabare avec la bénédiction de l'Office de tourisme, via son directeur Pascal Aubron. A bientôt avec d'autres candidates, merci à Ludivine, Océane et Victoria.

*****************************

*****************************

Stéphanie Conte & Sa peinture

Pendant 15 jours au bar " L'escar' mouche " rue arc de triomphe.

21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo
21 - Spécial " Chemins de mémoire / 2014 " - Candidates Miss Saintes - Pays de Saintonge ... en promotion citoyenne - Ecurat: Crash en images.. Eté 1944 - Jean-Bernard Forgit, photographe officiel en expo

**************************

22 juillet 1944

22 juillet 2014

Crash .. traçabilité

22 juillet 1944 un " Mosquito ", après avoir mitraillé le triage SNCF de Saintes est abattu par la Flak allemande dissimulée dans la prairie aux abords immédiats de la ville. les deux aviateurs sont blessé et faits prisonniers. Leur avion crashé à Ecurat brûle entièrement; cet appareil avait une structure extérieure en bois. Les aviateurs seront libérés au cours de la libération de Toulouse où ils avaient été hospitalisés. Le premier des aviateurs retrouvés le fut 50 ans plus tard, jour pour jour, soit le 22 juillet 1994, jour où le pilote, Edward, Andrew, Horrex pu entretenir une discussion avec l'historien lancé à sa recherche.
22 juillet 1944 un " Mosquito ", après avoir mitraillé le triage SNCF de Saintes est abattu par la Flak allemande dissimulée dans la prairie aux abords immédiats de la ville. les deux aviateurs sont blessé et faits prisonniers. Leur avion crashé à Ecurat brûle entièrement; cet appareil avait une structure extérieure en bois. Les aviateurs seront libérés au cours de la libération de Toulouse où ils avaient été hospitalisés. Le premier des aviateurs retrouvés le fut 50 ans plus tard, jour pour jour, soit le 22 juillet 1994, jour où le pilote, Edward, Andrew, Horrex pu entretenir une discussion avec l'historien lancé à sa recherche.
22 juillet 1944 un " Mosquito ", après avoir mitraillé le triage SNCF de Saintes est abattu par la Flak allemande dissimulée dans la prairie aux abords immédiats de la ville. les deux aviateurs sont blessé et faits prisonniers. Leur avion crashé à Ecurat brûle entièrement; cet appareil avait une structure extérieure en bois. Les aviateurs seront libérés au cours de la libération de Toulouse où ils avaient été hospitalisés. Le premier des aviateurs retrouvés le fut 50 ans plus tard, jour pour jour, soit le 22 juillet 1994, jour où le pilote, Edward, Andrew, Horrex pu entretenir une discussion avec l'historien lancé à sa recherche.
22 juillet 1944 un " Mosquito ", après avoir mitraillé le triage SNCF de Saintes est abattu par la Flak allemande dissimulée dans la prairie aux abords immédiats de la ville. les deux aviateurs sont blessé et faits prisonniers. Leur avion crashé à Ecurat brûle entièrement; cet appareil avait une structure extérieure en bois. Les aviateurs seront libérés au cours de la libération de Toulouse où ils avaient été hospitalisés. Le premier des aviateurs retrouvés le fut 50 ans plus tard, jour pour jour, soit le 22 juillet 1994, jour où le pilote, Edward, Andrew, Horrex pu entretenir une discussion avec l'historien lancé à sa recherche.
22 juillet 1944 un " Mosquito ", après avoir mitraillé le triage SNCF de Saintes est abattu par la Flak allemande dissimulée dans la prairie aux abords immédiats de la ville. les deux aviateurs sont blessé et faits prisonniers. Leur avion crashé à Ecurat brûle entièrement; cet appareil avait une structure extérieure en bois. Les aviateurs seront libérés au cours de la libération de Toulouse où ils avaient été hospitalisés. Le premier des aviateurs retrouvés le fut 50 ans plus tard, jour pour jour, soit le 22 juillet 1994, jour où le pilote, Edward, Andrew, Horrex pu entretenir une discussion avec l'historien lancé à sa recherche.
22 juillet 1944 un " Mosquito ", après avoir mitraillé le triage SNCF de Saintes est abattu par la Flak allemande dissimulée dans la prairie aux abords immédiats de la ville. les deux aviateurs sont blessé et faits prisonniers. Leur avion crashé à Ecurat brûle entièrement; cet appareil avait une structure extérieure en bois. Les aviateurs seront libérés au cours de la libération de Toulouse où ils avaient été hospitalisés. Le premier des aviateurs retrouvés le fut 50 ans plus tard, jour pour jour, soit le 22 juillet 1994, jour où le pilote, Edward, Andrew, Horrex pu entretenir une discussion avec l'historien lancé à sa recherche.
22 juillet 1944 un " Mosquito ", après avoir mitraillé le triage SNCF de Saintes est abattu par la Flak allemande dissimulée dans la prairie aux abords immédiats de la ville. les deux aviateurs sont blessé et faits prisonniers. Leur avion crashé à Ecurat brûle entièrement; cet appareil avait une structure extérieure en bois. Les aviateurs seront libérés au cours de la libération de Toulouse où ils avaient été hospitalisés. Le premier des aviateurs retrouvés le fut 50 ans plus tard, jour pour jour, soit le 22 juillet 1994, jour où le pilote, Edward, Andrew, Horrex pu entretenir une discussion avec l'historien lancé à sa recherche.

22 juillet 1944 un " Mosquito ", après avoir mitraillé le triage SNCF de Saintes est abattu par la Flak allemande dissimulée dans la prairie aux abords immédiats de la ville. les deux aviateurs sont blessé et faits prisonniers. Leur avion crashé à Ecurat brûle entièrement; cet appareil avait une structure extérieure en bois. Les aviateurs seront libérés au cours de la libération de Toulouse où ils avaient été hospitalisés. Le premier des aviateurs retrouvés le fut 50 ans plus tard, jour pour jour, soit le 22 juillet 1994, jour où le pilote, Edward, Andrew, Horrex pu entretenir une discussion avec l'historien lancé à sa recherche.

Le 6 août 2014 un " Mosquito " (Reproduction 3/4) survolera le site du crash de 44, en effectuant trois passages, ceci à 14 h 15. Ecurat " Le moulin des fougères "
Le 6 août 2014 un " Mosquito " (Reproduction 3/4) survolera le site du crash de 44, en effectuant trois passages, ceci à 14 h 15. Ecurat " Le moulin des fougères "Le 6 août 2014 un " Mosquito " (Reproduction 3/4) survolera le site du crash de 44, en effectuant trois passages, ceci à 14 h 15. Ecurat " Le moulin des fougères "
Le 6 août 2014 un " Mosquito " (Reproduction 3/4) survolera le site du crash de 44, en effectuant trois passages, ceci à 14 h 15. Ecurat " Le moulin des fougères "

Le 6 août 2014 un " Mosquito " (Reproduction 3/4) survolera le site du crash de 44, en effectuant trois passages, ceci à 14 h 15. Ecurat " Le moulin des fougères "

******************************************

******************************************

Hostellerie St Julien

Atelier du patrimoine - Saintes

" Expo avec Jean-Bernard Forgit "

 

Du 1er juillet au 20 septembre 2014, venez découvrir les photos de Jean-Bernard, sur le thème de l'eau et du patrimoine saintais.

Du 1er juillet au 20 septembre 2014, venez découvrir les photos de Jean-Bernard, sur le thème de l'eau et du patrimoine saintais.

Pour Jean-Bernard c'est une exposition qui.. coule de source. Ce furent souvent des angles et instantanés recherchés, mais bien sûr l'artiste photographe s'est souvent trouvé au bon endroit et au bon moment, ne s'agissant plus, pour lui, que de donner les meilleures consignes à son appareil. Ce sont des photos qu'il a sélectionnées dans ces créations qu'il vous présente. Détente et relaxation assurées devant ces clichés où la vie s'est figée le temps que le " troisième oeil " du photographe opère. Aucune photo ne vous laissera insensible, cela vaut le déplacement, la nature, les humains et leurs travaux, enfin cela va de soit.. notre patrimoine, qu'il soit de pierre ou d'eau... omniprésent.
Pour Jean-Bernard c'est une exposition qui.. coule de source. Ce furent souvent des angles et instantanés recherchés, mais bien sûr l'artiste photographe s'est souvent trouvé au bon endroit et au bon moment, ne s'agissant plus, pour lui, que de donner les meilleures consignes à son appareil. Ce sont des photos qu'il a sélectionnées dans ces créations qu'il vous présente. Détente et relaxation assurées devant ces clichés où la vie s'est figée le temps que le " troisième oeil " du photographe opère. Aucune photo ne vous laissera insensible, cela vaut le déplacement, la nature, les humains et leurs travaux, enfin cela va de soit.. notre patrimoine, qu'il soit de pierre ou d'eau... omniprésent.
Pour Jean-Bernard c'est une exposition qui.. coule de source. Ce furent souvent des angles et instantanés recherchés, mais bien sûr l'artiste photographe s'est souvent trouvé au bon endroit et au bon moment, ne s'agissant plus, pour lui, que de donner les meilleures consignes à son appareil. Ce sont des photos qu'il a sélectionnées dans ces créations qu'il vous présente. Détente et relaxation assurées devant ces clichés où la vie s'est figée le temps que le " troisième oeil " du photographe opère. Aucune photo ne vous laissera insensible, cela vaut le déplacement, la nature, les humains et leurs travaux, enfin cela va de soit.. notre patrimoine, qu'il soit de pierre ou d'eau... omniprésent.

Pour Jean-Bernard c'est une exposition qui.. coule de source. Ce furent souvent des angles et instantanés recherchés, mais bien sûr l'artiste photographe s'est souvent trouvé au bon endroit et au bon moment, ne s'agissant plus, pour lui, que de donner les meilleures consignes à son appareil. Ce sont des photos qu'il a sélectionnées dans ces créations qu'il vous présente. Détente et relaxation assurées devant ces clichés où la vie s'est figée le temps que le " troisième oeil " du photographe opère. Aucune photo ne vous laissera insensible, cela vaut le déplacement, la nature, les humains et leurs travaux, enfin cela va de soit.. notre patrimoine, qu'il soit de pierre ou d'eau... omniprésent.

Voir les commentaires