Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

5 - Immersion intime: Bertrand Monnard, prêtre St Pallais / Abbaye aux dames - Saintes - Banda de Neira / Colombie

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Lecture à... La lettre @ la bulle

 

nakacheid.jpg

 

Sur fond musical et sur ses textes extraits de son premier livre

 

Librairie place Bassompierre, samedi 8 à 17 h.

 

" Julie Nakache "

 

 


 

 

Un curé dans la ville - Une croix s'affiche

 

     Bertrand Monnard est Lorrain, né à Metz en 1960, mais cela pour ses origines, car il est un Saintongeais dans l’âme, donc comme prêtre on peut le croire.

      On avait déjà rencontré Bertrand dans les rues de Saintes, au cœur des paroisses et surtout au milieu de la jeunesse. En effet il avait été aumônier et il était très impliqué dans la préparation des JMJ.

     Alors, comme une vieille connaissance, je lui ai demandé un interview… et en ville, au milieu des gens, alors « tout de go », il a accepté..

     Rendez-vous a donc été donné au bar – restaurant « Le Palissy « sur le cours national à Saintes.

 

 

04-10-11-008.jpg

Un homme, prêtre, au coeur des hommes, la cité.......


        Avec le sacro-saint café servi devant eux, culture-Histoire et interviewé ouvrent le dialogue.

 

Père votre vocation, c’est parti quand et quel fut l’élément déclencheur ?

- Déjà au collège j’avais eu une vague impression sur cette possibilité de devenir prêtre. Puis alors que je me trouvais en Fac, c’est la question d’un prêtre qui m’a à nouveau interpellé, en effet il m’avait dit…. « Bertrand tu ne penses pas à devenir prêtre ? », j’avais alors été frappé par ce questionnement. Aux environs de cette époque j’avais lu tout l évangile de Marc. Puis le temps était arrivé où je m’étais dit qu’il fallait que je m’engage un peu plus. Ainsi j’avais alors commencé à m’investir dans différents services de la paroisse ; j’en avais besoin. Dans ce temps-là je me trouvais à Royan. Vous m’avez demandé l’élément déclencheur de manière irrévocable, voici ce que je puis déclarer. Etre prêtre c’était alors m’engager entièrement, répondre à l’amour du Christ qui donne tout. Une pensée forte m’avait envahi au moment du choix, si c’était une simple envie de Bertrand cela passera bien, si c’est un appel du Seigneur cela devra finir par se confirmer.

 

Vous aviez quel âge à ce temps fort de votre engagement à venir ?

- J’étais vers mes 18 ans. Mais c’est surtout un deuxième appel qui a été décisif. Un autre prêtre m’avait écrit pour tout autre chose, mais il m’avait dit… « Si tu deviens prêtre ce serait un beau service pour notre église ». Ce prêtre n’avait jamais parlé de ma vocation avec le premier prêtre rencontré, et par la suite ce fut mon interlocuteur privilégié en rapport avec ma vocation vers le sacerdoce. .

 

Aujourd’hui est-ce cette même foi qu’à vos dix huit ans qui vous fait avancer ?

- C’est assez difficile à expliquer, mais ce que je dirai c’est que ma foi c’est mon amour pour le Christ, cette relation avec le Christ vivant qui anime ma vie.

 

05-10-11-004.jpg

Un homme entre au service, dans le corps.......

(A droite la chapelle où repose Marie-Eustelle Harpain - 1814/1842)

 

 

En préparant cet interview, la question essentielle à poser, pas pour moi mais pour les discussions publiques sur le sujet de la ….. solitude des prêtres.

Alors j’ai posé la question au père Bertrand et voici sa réponse…

- Je vis cette solitude pas du tout de manière pesante. Nous avons une telle quantité de relations, tellement différentes.

 

Mais le soir, entre la fin du repas et l’instant où le sommeil va vous envahir, la solitude vous la ressentait quand même ?

- Je vis très bien ces instants crépusculaires de solitude. Puis nous avons aussi des temps de lecture, il y a la télévision. Surtout cette solitude est une pose, un temps de respiration.

 

Vraiment persuasif le père Bertrand Monnard, depuis 1988 il vit cette vie au service des autres. Il a sa journée tellement remplie, que le soir ces personnes rencontrées dans la journée sont peut-être des compagnons invisibles, surtout silencieux.

Solitude depuis 1988, mais un prêtre investi d’une mission depuis le jour de son ordination, allongé sur le sol de l’église, se doit de posséder en lui une forte présence qui lui comble bien des vides qui seraient certainement préjudiciables aux autres humains. Cette présence et ses objectifs sont les bases mêmes sa vocation. Vocation c’est bien, on peut la réduire au seul mot « Christ » à ces beaux mots qui composent le troupeau à sa garde… amour, fraternité, résurrection, vie éternelle, humanité, solidarité. Mais ce sacerdoce il l’a exercé où et quel fut alors son cheminement ?

 

« J’ai été ordonné prêtre à l’église Notre Dame de Royan, le 7 août 1988 »

 

      Voici le parcours de Bertrand Monnard :

1988/1991 : La Rochelle (En paroisse et aumônier des jeunes)

92 à 93 : Préparation de la maîtrise de théologie à Paris (Centre St Vincent de Paul)

93 à 95 : Vicaire à Saujon (Le curé étant le père Colineau) + aumônier des étudiants de Royan.

95 à 2001 : Royan, aumônier des lycées et collèges. + Préparation des Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris ;

98 à 2007 : Toujours à Royan, mais plus en paroisse. Responsable diocésain de la pastorale des jeunes et aumônier de l’enseignement public.

2001 à 2006 : Saintes ; Aumônier des scolaires et coordination diocésaine des jeunes.

2007 à 2011 : Curé de Pons et de Jonzac. En 2009 il est nommé « Vicaire épiscopal » tout en restant à Pons, il a en charge les doyennés de Jonzac et de St Jean d’Angèly. En 2011 il sera aussi délégué de monseigneur l’évêque pour les séminaristes.

 

monard-bertrand---pretre-interview-2011.jpg

 

Enfin en septembre 2011 il est nommé curé du secteur Est de Saintes. Avec lieu de résidence la paroisse St Pallais, sa charge s’étend aux paroisses de La chapelle des pots, Bussac, St Vaize, Chaniers, Fontcouverte.

 

     Père avait-vous une maxime, une devise, enfin comportement qui vous définit, qui vous représente bien ?

- Là vous me surprenez, je n’ya avais pas pensé. Mais je vais reprendre et vous confirmer la phrase qui était sur mon faire-part d’ordination…

..

« Vivre c’est le Christ »

 

Merci Bertrand, Joseph, Jean, dit père Bertrand. Mais ses prénoms, quelle sacrée famille…

 

 


 

  Banda de Neira - Abbaye aux dames de Saintes

 

Banda de Neira - 5 oct 2011 001

 

En ouverture de la saison culturelle, organisée par l'association " l'Abbaye aux dames " de Saintes

 

Banda de Neira - 5 oct 2011 002

 

Vendredi soir " Banda de Neira " de la Colombie en concert.

 

Banda de Neira - 5 oct 2011 003

 

Accueil par la municipalité.

 

Le groupe joue "La marseillaise ", puis l'hymne national colombien, dans un décor très apaisant, le square André Maudet.

 

Banda de Neira - 5 oct 2011 005

 

Un ensemble de 54 jeunes étudiants Colombien, venant de la petite cité de Neira dans les Andes (1950 mètres d'altitude). Ici sous la conduite du chef d'orchestre.

 

Banda de Neira - 5 oct 2011 009

 

La " Banda de Neira " a été fondé voici 25 ans, l'idée originelle a ses sources dans une belle phrase.... " Si tu donnes un instrument de musique à un jeune, il ne tiendra jamais une arme " (L'apprentissage de la vie passe par tous les outils, il en est un qui est aussi indispensable pour l'unité des hommes c'est celui d'où jaillit une musique qui fait vibrer les hommes à l'unisson)

Ce groupe était venu en France pour la première fois en 2005, c'était pour se rendre au festival de Sarrebourg.

 

Banda de Neira - 5 oct 2011 010

 

Voici 12 ans déjà qu'un projet fort avait été lancé et sous nos yeux on en voit la concrétisation.

 

Les partenaires de cette venue à Saintes de ce groupe sont: " L'association de l'Abbaye aux dames ", " la Chorale humanitaire ", " Les deux rives "

 

Banda de Neira - 5 oct 2011 011

 

Quelques visages....

Un jeune du groupe, Jean-pierre Cazelle, président de l'association de l'Abbaye aux dames, Sylvie Barre, Adjoint au Maire, déléguée à la culture, le chef d'orchestre, Luis Guillermo Sarasa, prêtre, directeur du département de théologie universitaire de Bogota.

 

Merci à tous et à vendredi soir à l'Abbaye aux dames.

 

Vous pourrez aussi consulter le quotidien Sud-Ouest qui vous apprendra un peu plus sur la " Banda de Neira "

 

 

 


 


 

 

Commenter cet article