Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

30 - A vos agendas.... Kermesse de verdure à Voiville. Effeuillage au féminin avec Chacha.. - Il y a soixante dix ans.. le début de la fin... - 1943... l'Amérique attaquée sur son sol.... - Le dernier vignoble de Saintes

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Kermesse annuelle de Voiville

La nature vous accueillera

 

Plumes & Confettis

Le cabaret d'effeuillage burlesque

30 - A vos agendas.... Kermesse de verdure à Voiville. Effeuillage au féminin avec Chacha.. - Il y a soixante dix ans.. le début de la fin... - 1943... l'Amérique attaquée sur son sol.... -  Le dernier vignoble de Saintes
30 - A vos agendas.... Kermesse de verdure à Voiville. Effeuillage au féminin avec Chacha.. - Il y a soixante dix ans.. le début de la fin... - 1943... l'Amérique attaquée sur son sol.... -  Le dernier vignoble de Saintes

*********************************

*********************************

" Honneur contre horreur "

Autour d'un débarquement annoncé.... mais où...?

Images, presse, un patchwork de cette époque 39/45. Extraits:

 

Il s'agit ici  de documents traités dans ces jours par l'auteur de Culture-Histoire. Certes un pèle-mêle mais assez évocateur; sans aucune chronologie si ce n'est que ces docuemnts couvrent une période de janvier 1944 Nieul les Saintes à mai 1945 à Berlin.
Il s'agit ici  de documents traités dans ces jours par l'auteur de Culture-Histoire. Certes un pèle-mêle mais assez évocateur; sans aucune chronologie si ce n'est que ces docuemnts couvrent une période de janvier 1944 Nieul les Saintes à mai 1945 à Berlin.
Il s'agit ici  de documents traités dans ces jours par l'auteur de Culture-Histoire. Certes un pèle-mêle mais assez évocateur; sans aucune chronologie si ce n'est que ces docuemnts couvrent une période de janvier 1944 Nieul les Saintes à mai 1945 à Berlin.
Il s'agit ici  de documents traités dans ces jours par l'auteur de Culture-Histoire. Certes un pèle-mêle mais assez évocateur; sans aucune chronologie si ce n'est que ces docuemnts couvrent une période de janvier 1944 Nieul les Saintes à mai 1945 à Berlin.
Il s'agit ici  de documents traités dans ces jours par l'auteur de Culture-Histoire. Certes un pèle-mêle mais assez évocateur; sans aucune chronologie si ce n'est que ces docuemnts couvrent une période de janvier 1944 Nieul les Saintes à mai 1945 à Berlin.
Il s'agit ici  de documents traités dans ces jours par l'auteur de Culture-Histoire. Certes un pèle-mêle mais assez évocateur; sans aucune chronologie si ce n'est que ces docuemnts couvrent une période de janvier 1944 Nieul les Saintes à mai 1945 à Berlin.
Il s'agit ici  de documents traités dans ces jours par l'auteur de Culture-Histoire. Certes un pèle-mêle mais assez évocateur; sans aucune chronologie si ce n'est que ces docuemnts couvrent une période de janvier 1944 Nieul les Saintes à mai 1945 à Berlin.

Il s'agit ici de documents traités dans ces jours par l'auteur de Culture-Histoire. Certes un pèle-mêle mais assez évocateur; sans aucune chronologie si ce n'est que ces docuemnts couvrent une période de janvier 1944 Nieul les Saintes à mai 1945 à Berlin.

**********************************

**********************************

1943 - Les Japonais sur le sol des U.S.A... invincibles...!!!!!

Archives de Culture-Histoire

Archives de Culture-Histoire

********************************

********************************

Des chais...

Un vignoble disparu...

Un vigneron qui nous a quitté...

Vestiges relatifs à ce vignoble situé au centre du quartier Nord-Est de Saintes.

Pour une partie plantée à la fin du 20ième siècle, ce vignoble a été arraché vers 1995. Le dernier vigneron de notre ville nous a quitté en 2000.

Pour une partie plantée à la fin du 20ième siècle, ce vignoble a été arraché vers 1995. Le dernier vigneron de notre ville nous a quitté en 2000.

Il ne reste plus aucune trace de ce vignoble, si ce n'est un noyer qui se trouvait dans l'allée centrale et bien sûr, après le passage des archéologues, ce seront bientôt trois maisons qui occuperont les terrains situés sur le coteau St Saloine. Site très fréquenté et habité par les gallos-romains et les médiévaux.
Il ne reste plus aucune trace de ce vignoble, si ce n'est un noyer qui se trouvait dans l'allée centrale et bien sûr, après le passage des archéologues, ce seront bientôt trois maisons qui occuperont les terrains situés sur le coteau St Saloine. Site très fréquenté et habité par les gallos-romains et les médiévaux.
Il ne reste plus aucune trace de ce vignoble, si ce n'est un noyer qui se trouvait dans l'allée centrale et bien sûr, après le passage des archéologues, ce seront bientôt trois maisons qui occuperont les terrains situés sur le coteau St Saloine. Site très fréquenté et habité par les gallos-romains et les médiévaux.
Il ne reste plus aucune trace de ce vignoble, si ce n'est un noyer qui se trouvait dans l'allée centrale et bien sûr, après le passage des archéologues, ce seront bientôt trois maisons qui occuperont les terrains situés sur le coteau St Saloine. Site très fréquenté et habité par les gallos-romains et les médiévaux.

Il ne reste plus aucune trace de ce vignoble, si ce n'est un noyer qui se trouvait dans l'allée centrale et bien sûr, après le passage des archéologues, ce seront bientôt trois maisons qui occuperont les terrains situés sur le coteau St Saloine. Site très fréquenté et habité par les gallos-romains et les médiévaux.

Photos de l'intérieur des chais, quelques temps avant la destruction des lieux. Dans un angle de ces chais, où on pouvait encore apercevoir des mangeoires, une échelle de meunier menait au grenier, en effet un garçon d'écurie devait loger dans la partie haute. Mais c'est toute une autre histoire, perdue dans la nuit des temps.
Photos de l'intérieur des chais, quelques temps avant la destruction des lieux. Dans un angle de ces chais, où on pouvait encore apercevoir des mangeoires, une échelle de meunier menait au grenier, en effet un garçon d'écurie devait loger dans la partie haute. Mais c'est toute une autre histoire, perdue dans la nuit des temps.
Photos de l'intérieur des chais, quelques temps avant la destruction des lieux. Dans un angle de ces chais, où on pouvait encore apercevoir des mangeoires, une échelle de meunier menait au grenier, en effet un garçon d'écurie devait loger dans la partie haute. Mais c'est toute une autre histoire, perdue dans la nuit des temps.
Photos de l'intérieur des chais, quelques temps avant la destruction des lieux. Dans un angle de ces chais, où on pouvait encore apercevoir des mangeoires, une échelle de meunier menait au grenier, en effet un garçon d'écurie devait loger dans la partie haute. Mais c'est toute une autre histoire, perdue dans la nuit des temps.
Photos de l'intérieur des chais, quelques temps avant la destruction des lieux. Dans un angle de ces chais, où on pouvait encore apercevoir des mangeoires, une échelle de meunier menait au grenier, en effet un garçon d'écurie devait loger dans la partie haute. Mais c'est toute une autre histoire, perdue dans la nuit des temps.

Photos de l'intérieur des chais, quelques temps avant la destruction des lieux. Dans un angle de ces chais, où on pouvait encore apercevoir des mangeoires, une échelle de meunier menait au grenier, en effet un garçon d'écurie devait loger dans la partie haute. Mais c'est toute une autre histoire, perdue dans la nuit des temps.

Voir les commentaires

28 - Feu au Gallia-Théâtre nuit du mardi au mercredi - Saintes à Buchenwald ... Jean Laret Déporté - La cathédre oubliée ..

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

18 ... 17 véhicules

Notre cinéma théâtre en feu

Malveilance, accident. A nouveau le feu serait parti du nouvel emplacement des poubelles " collées " contre les parois du Gallia (côté rue Delage). Faudrait éviter à l'avenir de les positionner à cet endroit. Sur place depuis 1 h de la nuit.. Police et pompiers, puis ce matin police municipale, curieux et journalistes. La ville était présente en la personne de Benoit Darnet, directeur des services techniques.

Malveilance, accident. A nouveau le feu serait parti du nouvel emplacement des poubelles " collées " contre les parois du Gallia (côté rue Delage). Faudrait éviter à l'avenir de les positionner à cet endroit. Sur place depuis 1 h de la nuit.. Police et pompiers, puis ce matin police municipale, curieux et journalistes. La ville était présente en la personne de Benoit Darnet, directeur des services techniques.

Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.
Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.
Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.
Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.
Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.
Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.
Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.
Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.
Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.

Les photos sont de 8 h ce mercredi matin et merci à Philippe d'avoir fait appel à " Culture-Histoire ". 3 heures d ela nuit Monsieur le Maire était sur place. A 9 h 45 d'autres élus.. la culture, le premier adjoint, au plus près des faits, avec le staff du Gallia.

Images du jour....

 

Bonjour.... " Je suis un Saintais (je suis un monsieur) et j'ai plus de 50 ans ". Cet autre photo représente un arbre qui a poussé dans une des murailles de la ville.... malgré les coupes ce végétal résiste et persiste. Un émigré dans le minéral, la vie n'est pas si facile.
Bonjour.... " Je suis un Saintais (je suis un monsieur) et j'ai plus de 50 ans ". Cet autre photo représente un arbre qui a poussé dans une des murailles de la ville.... malgré les coupes ce végétal résiste et persiste. Un émigré dans le minéral, la vie n'est pas si facile.

Bonjour.... " Je suis un Saintais (je suis un monsieur) et j'ai plus de 50 ans ". Cet autre photo représente un arbre qui a poussé dans une des murailles de la ville.... malgré les coupes ce végétal résiste et persiste. Un émigré dans le minéral, la vie n'est pas si facile.

*************************

*************************

Ils les attendaient

Ils priaient ou maudissaient chaque matin...

" Les déportés "

 

Alors qu'une formidable armada va débarquer sur nos côtes et amener un ouragan de liberté, des hommes et femmes attendent désespéremment  ce grand jour... jour dont ils ont même oublié la douceur, son beau ciel bleu. Parmi tant d'autres, voici un témoignage complet sur le vécu d'un survivant de Buchenwald, un Saintais parmi tant d'autres victimes.. " Jean Laret " (Il nous a quitté en 2013)

Alors qu'une formidable armada va débarquer sur nos côtes et amener un ouragan de liberté, des hommes et femmes attendent désespéremment ce grand jour... jour dont ils ont même oublié la douceur, son beau ciel bleu. Parmi tant d'autres, voici un témoignage complet sur le vécu d'un survivant de Buchenwald, un Saintais parmi tant d'autres victimes.. " Jean Laret " (Il nous a quitté en 2013)

Voici son histoire en 39/45...... La photo à la fenêtre du dernier étage des bâtiments conventuels de l'abbaye aux Dames, fut son premier lieu de souffrance programmée. Puis sa maison devant laquelle il fut arrêté, le commissariat de police où il fut emmené à Saintes. Puis de nos jours, témoignant pour lui, mais surtout pour tous les autres, pour ceux qui ne sont jamais revenus.
Voici son histoire en 39/45...... La photo à la fenêtre du dernier étage des bâtiments conventuels de l'abbaye aux Dames, fut son premier lieu de souffrance programmée. Puis sa maison devant laquelle il fut arrêté, le commissariat de police où il fut emmené à Saintes. Puis de nos jours, témoignant pour lui, mais surtout pour tous les autres, pour ceux qui ne sont jamais revenus.
Voici son histoire en 39/45...... La photo à la fenêtre du dernier étage des bâtiments conventuels de l'abbaye aux Dames, fut son premier lieu de souffrance programmée. Puis sa maison devant laquelle il fut arrêté, le commissariat de police où il fut emmené à Saintes. Puis de nos jours, témoignant pour lui, mais surtout pour tous les autres, pour ceux qui ne sont jamais revenus.
Voici son histoire en 39/45...... La photo à la fenêtre du dernier étage des bâtiments conventuels de l'abbaye aux Dames, fut son premier lieu de souffrance programmée. Puis sa maison devant laquelle il fut arrêté, le commissariat de police où il fut emmené à Saintes. Puis de nos jours, témoignant pour lui, mais surtout pour tous les autres, pour ceux qui ne sont jamais revenus.
Voici son histoire en 39/45...... La photo à la fenêtre du dernier étage des bâtiments conventuels de l'abbaye aux Dames, fut son premier lieu de souffrance programmée. Puis sa maison devant laquelle il fut arrêté, le commissariat de police où il fut emmené à Saintes. Puis de nos jours, témoignant pour lui, mais surtout pour tous les autres, pour ceux qui ne sont jamais revenus.

Voici son histoire en 39/45...... La photo à la fenêtre du dernier étage des bâtiments conventuels de l'abbaye aux Dames, fut son premier lieu de souffrance programmée. Puis sa maison devant laquelle il fut arrêté, le commissariat de police où il fut emmené à Saintes. Puis de nos jours, témoignant pour lui, mais surtout pour tous les autres, pour ceux qui ne sont jamais revenus.

LARET Jean Charles, né le 22/05/1925 à Saintes

Déporté à Buchenwald.

En regard de la France :

Officier dans l’ordre de la légion d’honneur

Croix de guerre avec palmes

Médaille des Combattants Volontaires de la Résistance

Médaille de la déportation

En regard de la SNCF :

Médaille du travail : Argent, Vermeil, Or.

En regard de la ville de Saintes :

Intervention E.E.T.A.A (Devoir de mémoire – Michel Souris)

Intervention école primaire CM2 (Transmission  de la mémoire – Michel Souris)

Intervention depuis une dizaine d’années avec Gilberte Bouquet de St Sauvant (déportée à Ravensbrück) sur le thème de la Déportation (Devoir de mémoire)

Intervention E.E.T.A.A (Exposition 60ième anniversaire libération de Saintes)

Intervention collège René Caillié avec Gilberte Bouquet (Thème de la déportation – Objet d’un magazine pour FR3 – Michel Souris)

Médaille d’honneur de la ville de Saintes (Mandat Bernadette Schmitt)

 

39/45: 55, route de Taillebourg  - SAINTES

14/10/95 & 5/03/02:

 

Mon père Edouard était mécanicien au dépôt de Saintes. Pendant la guerre il avait comme compagnon QUEMPÉ (Le gendre est GRELAUD) et des fois Gilbert PIGNON.

Je travaillais comme ajusteur au dépôt de la SNCF,  ceci avant de partir au maquis.

 

1          Arrivée des Allemands à Saintes:

 

Ma mère m'avait demandé d'aller chercher des bocaux à cornichons, au magasin HERVINAUD (Galeries) descente du pont avant l'école Nicolas Lemercier. C'est alors que j'ai vu passer un side-car allemand qui descendait le pont, j'ai aussi aperçu des camions avec des chenilles derrières. Les soldats étaient sales et poussiéreux. A tel point que quand les soldats enlevaient leurs lunettes ils avaient la marque des lunettes du fait de la poussière. On m'a dit que vers le café de La Poste ils étaient bien attendus.

Je suis retourné à la maison (J'étais en vélo) où je l'ai dit à ma mère. Nous étions surpris car nous savions bien que les Allemands aient passé la Loire, mais qu'ils ne seraient pas tout de suite à Saintes. Une heure plus tard un side-car est passé devant chez moi, allant vers le pont de Lormont, puis il est revenu sur ses pas.

Des hommes, soldats prisonniers par la suite, avaient été parqués à l’Abbaye aux dames. Aussi leurs familles (Femmes…) venaient pour les voir au porche, mais comme elles devaient trop se manifestaient les Allemands tiraient des coups de mitraillettes sur les pavés.

 

2          Débâcle et soldats polonais à Saintes en 1940 

 

            Je me souviens avoir vu dans la prairie du boulevard Guillet Maillet de nombreux soldats polonais et leurs chevaux.

 

3          Mitraillage train sur la ligne de Bordeaux. Roulant tué:

 

C'était avant juin 1943, un train omnibus a été mitraillé à la tombée du jour entre Montendre et Bussac. C'était un train omnibus tracté par une « Pacific » (231 ). L'avion a mitraillé à deux reprises une fois dans l'axe du train et l'autre fois de travers. Une balle a traversé la pelle et a été dans le corps du chauffeur Seignerin. Une ou d'autres balles ont blessé le second roulant, le mécanicien Rémon. Ce dernier a pris une balle dans le cou (II marchait ensuite en inclinant un peu le haut du corps) et il a aussi été blessé au mollet. Avec la grue de secours nous avions été récupérer la locomotive.

En 1995: Il avait été déclaré que Seignerin avait été tué par une ou des balles prises dans le dos et le ventre. Le fils Seigneurin demeure toujours à Royan

 

4          Chaussées rehaussées / route de Chaniers:

 

Les Allemands avaient fait rehausser la chaussée en deux endroits, il y a toujours des murs construits à cette occasion. Les chaussées rehaussées se situent d'une part route de Chaniers vers le " Port Hublé " et après Chaniers au niveau de la " Benne " .

 

5          Mitraillage sur le triage / Nuit d'avril 1943:

 

Au bout du triage SNCF, il y avait deux ponts, les ponts de «  Lormont ». Sur le côté d'un de ces ponts, celui du C.F.D il y avait un abri pour les gardes.

Une nuit des avions sont arrivés, ils suivaient la voie qui arrive de LA ROCHELLE, les avions ont mitraillé et un garde civique a été blessé, il s'appelait Delhumeau.

Des cheminots travaillaient la nuit sur le triage, ils faisaient les 3x8. Les machines étaient bâchées. La machine de manœuvre  n'a rien eu, mais il y a eu des balles dans les wagons et dans le pont (Trous visibles longtemps dans le pont qui est disparu de nos jours)

 

6          Train blindé:

 

J'ai vu un train blindé avant juin 1943. Il se garait sur la voie n° 60, près de la gare du C.F.D, le long de la route de Taillebourg.

Ce train faisait environ 150 mètres de long. La machine, blindée et avec des petites roues, était entretenue au dépôt de Saintes. Dans le dos des conducteurs il y avait des plaques de blindage, dont du ciment.

 

7          Arrestation et déportation à BUCKENWALD

 

J'ai été arrêté le 27 juin 1943, à 23 heures.

           

            Je suis rentré dans la résistance, au début nous n’étions que deux dans notre groupe.

Ce jour-là, le 27 juin 1943, je revenais du maquis de la Corrèze (Du plateau de Millevaches), je revenais à mon domicile pour prendre du linge.

Ce que j'ignorais c'est que les policiers m'attendaient depuis quatre jours. J'avais prévenu mon responsable, Charles LAUNAY, mais celui-ci avait été pris et mon courrier avait été trouvé. Cet homme a été fusillé par les Allemands sur la butte de Biard à Poitiers.

Mon père, qui avait été pris pour moi avait été arrêté, il a fait 15 jours de prison à Poitiers.

Du fait que je suis recherché ma mère et mes sœurs sont bloquées de ce fait mes sœurs ne peuvent se rendre à l'école.

 

Ainsi, ce jour-là j'arrivais par le train de La Rochelle, je suis descendu à Taillebourg, pour ensuite me rendre chez moi par les bords de la Charente. Je ne savais pas encore que Launay avait été arrêté et qu’on avait saisi sur lui un courrier me concernant. Il avait été posté un homme à l'arrière de la maison, côté Charente, j'ai donc été découvert et ceinturé par la police française, l’homme était caché dans des Iris au fond de cette allée. Un autre homme m’attendait sur les marches devant la maison, alors que un ou deux autres hommes attendaient dans leur voiture quelques maisons avant la mienne, venant de la ville mais de l’autre côté de la rue.

 

Dans ma maison du 55, rue de Taillebourg, la pièce tout à fait en haut à gauche hébergeait mon chef de groupe. De temps à autre car parfois il allait aussi chez Albert Defois de notre groupe.

On m'a emmené dans la maison et, comme je n'avais encore rien mangé, ma mère m'a fait un casse-croûte.

                                      

J'ai été emmené au Commissariat de Police, 15, Cuvilliers, où l'on m'a tabassé pour me faire parler. Là ils m’ont demandé mon identité et d’où je venais. Je leur ai expliqué que je revenais de chez ma grand-mère… Dans ce commissariat je me suis retrouvé dans la pièce à droite, il y avait des bancs. Je suis resté là en garde à vue quelques heures.

 

Ensuite j'ai été transporté à la Caserne Taillebourg (Couvent de l'Abbaye aux Dames) où je me suis retrouvé avec d'autres saintais, il y avait Thomas, Seguineaud, Bouty, Bourdin, Bourdin Roger (le fils). On devait être 8 prisonniers. Nous étions enfermés dans la dernière grande salle haute. En  février 2005 quand il montera là-haut pour la première fois depuis 60 ans il dira ces simples mots… « C’est là…. ».

 

Ainsi ils sont restés dans cette grande salle (plus petite à l’époque) y étant monté par tous les escaliers de pierre. Pour aller aux « Pissetières » nous devions nous rendre dans la cour à gauche et au fond (Au-dessus le futur parking). Nous avions un garde avec sa mitraillette qui nous gardait à la montée du dernier escalier. En fait il y avait un garde à chaque palier, les gardes portaient au cou une petite lampe qui marchait avec une petite dynamo. Quand nous avons définitivement quitté l’Abbaye, sur le palier du dessous il y avait des allemands qui avaient démonté une mitrailleuse sur une table. Ma mère m’avait apporté du pain et du fromage. Nous dormions par terre.

 

Le lendemain de mon arrestation, vers 16 h 30, nous avons été emmenés à POITIERS, par le train, en wagon voyageur, encadrés par les Français.

 

A nouveau, à POITIERS, je suis questionné et matraqué par les Français, dont un nommé René B. . . . L. Après la guerre nous avons été à Poitiers, témoigner pour son jugement et il a été fusillé.  Jamais je n'ai été frappé par les Allemands. On m’avait présenté mon responsable qui avait été arrêté, je ne l’avais pas reconnu, il était tuméfié sur tout le visage. Il n’était pas question que je déclare que je le connaissais.

 

C'est à cette époque que mon père a été libéré.

 

Nouveau départ, début août, pour COMPIEGNE.

 

Dans le camp de COMPIEGNE j'ai tenté le coup de faire passer un message, ainsi j'avais écrit une lettre et en en faisant une boulette je l'avais lancé par-dessus le grillage.

Cela a marché car j'ai appris, plus tard, par son destinataire que le courrier lui était bien parvenu. J'ai d'ailleurs repris possession de cette lettre (Chez mes parents)

 

Le 17 septembre 1943 nous sommes partis et nous avons voyagé dans des wagons à bestiaux (en bois), nous étions serrés les uns contre les autres. Nous étions 60 par wagons. Par la suite à Francfort sur le main et jusqu’à Weimar nous étions tous à poils, il faisait très chaud. On nous avait regroupés deux wagons en u, ce qui fait que nous étions 120 par wagon. Au milieu de nous il y avait un récipient pour nos besoins. Il y avait de la paille mais avec tout ce qui était versé dessus cela devenait pourri. Dans notre wagon il y a du avoir 7 ou 8 morts.  Des prisonniers avaient été emmenés dans un wagon en fer, il y  eu des morts du fait de la chaleur et par manque d’eau. Ils y a eu 68 morts sur 120 prisonniers.

 

A notre arrivée au camp de Buchenwald nous avons eu droit à un bain d’eau avec du grésil. En sortant de ce bain nous passions sous une douche très chaude puis sous une douche froide. Nous avons été rasés « Totalement ». Une connaissance, que je n’avais pas reconnue, m’avait crié, après ce passage obligatoire… « C’est moi Désiré… ».

Nous ne l’avions pas reconnu il avait même perdu sa barbe.

 

Dans un premier temps nous devions ramener des pierres pour paver le camp, il fallait voir les dimensions et les positionner. Par la suite j’ai travaillé à l’extraction dans la carrière, il faisait très chaud, nous n’avions pas à boire. Comme il arrivait que de l’eau suintait entre des pierres nous nous arrangions pour pouvoir étancher notre soif, d’une certaine manière. Quand nos gardiens s’en apercevaient ils détruisaient notre système pour boire. Nous avions droit à une soupe verte dans notre gamelle et le soir une tranche de pain et un bâton de margarine. Des fois nous avions un peu de saucisson.

 

Enfin est arrivé notre passage au « Arbeit statistisch », en fait étude pour le travail. Différents outils de travail, comme je savais manipuler le palmer (Appareil manuel de mesure), j’ai été affecté à une usine de fabrication de « Mauser » (Arme).

 

            Dans une autre usine, à Dora (Commando de Buchenwald à cette époque), il y avait les fabriques de V1 et V2, fabrication des caissons. J’ai échappé par deux fois à mon envoi à Dora en changeant mon matricule. Les morts de Dora étaient ramenés au four crématoire de Buchenwald. En ce qui me concerne je travaillais au redressage des canons de fusil. Il m’est arrivé de tremper les canons dans les W.C.

           C’est à cette époque que j’ai revêtu la tenue de déporté.

                                     

 

           Départ pour Leipzig début 1944. Dans cette endroit (Thekla) j’ai travaillé dans une fabrique d’avion Messerschmitt. Je travaillais sur les carlingues, le devant de cabine et sur les gouvernails. Il y avait un bloc où se trouvaient les Français. Nous prenions nos repas par tables de 10 et on s’arrangeait toujours à en mettre deux par table qui recevaient des colis, ainsi ils pouvaient partager en équilibrant la solidarité.

 

          Ceux qui étaient malades étaient piqués et expédiés au « Crématoire ».  Le dimanche matin avait lieu les exécutions…. En fait les pendaisons. Il y avait des hommes qui étaient pendus à la porte du camp, par les mains. Ils restaient là et ils mouraient en peu deux ou trois jours.

Dans le camp les bruits qui circulaient étaient appelés… « Radio barbelés ».

 

         Le matin il y avait l’appel, l’appel du soir était très long et des fois se prolongeait jusqu’à minuit. Parfois des hommes tombaient raides morts, il ne fallait ni s’en occuper, ni s’en charger.  Un commando venait les ramasser avec une charrette. Une fois il y a eu un suicide… !  Un Ukrainien s’était jeté contre le barbelé électrifié, un garde du mirador lui avait crié … « Halte…. Halte…… ». Le petit déjeuné du matin consistait en un quart de café (Enfin de l’eau marron…. )

 

         Dans les camps en parlant des allemands, on disait… « Ils sont aussi lourd sque leurs bottes… »

 

Avant notre évacuation - Février 1944

 

Travail à l'usine d'aviation et courrier

 

A un moment j'avais été affecté au contrôle du fuselages des chasseurs (ME 109), avions que je dirigeais ensuite vers l’atelier de peinture. Je me rappelle qu'il y avait un allemand âgé. Avec mon copain nous avons aperçu sur un toit des ouvriers français (Prisonniers de guerre) occupés à reboucher des trous faits par des retombés des tirs des DCA.

Nous avons parlé à ces hommes. . . . " Vous êtes français. . . . Nous aussi. . . " Ces hommes nous ont déclaré que si nous avions du courrier à faire passer ils pouvaient s'en charger, ce fut le cas et cela a bien marché, j'en ai eu la preuve après la libération.

 

Avant l'évacuation du vendredi 13 avril 1944

 

Camp de THEKLA - LEIPZIG. Début 1944. Crash d'un bombardier.

 

         Un dimanche matin, vers les Il heures, je venais de manger ma gamelle de soupe quand un bruit d'avion a attiré mon attention. C'est ainsi que j'ai aperçu un avion, qui volait à environ 500 mètres d'altitude, l'appareil fumait de l'arrière et il avait un moteur en rade. Je voyais bien sous l'avion la tourelle du mitrailleur ventral, ainsi que les étoiles blanches indiquant que c'était un avion bombardier américain. L'appareil a été s'écrasé sur l'hôpital de LEIPZIG, sur cet hôpital il y avait des pièces de flak qui tiraient sur l'avion.

 

         On nous a transportés en camion sur le lieu du crash pour travailler au déblaiement et pour sortir les blessés. Je n'ai pas trop été actif, mais par contre je mangeais, comme mes compagnons, des gâteaux que nous trouvions dans les tiroirs.

 

Des avions étaient régulièrement abattus.

 

         Le premier bombardement de LEIPZIG a eu lieu le 6 janvier 1944. Dans la région de LEIPZIG il y avait l'usine HERMAN GOERING où étaient fabriqués des avions Messerschmitt. En une ½ heure l'usine a été totalement détruite.

 

Parachutiste allié massacré au camp de THEKLA

 

         Un parachute allié est tombé alors que nous nous trouvions dans le camp, malheureusement pour lui il est tombé en dehors du camp. C'est ainsi que des gens, des civils allemands, se sont précipités et l'ont tué à coup de briques.

         D'où nous étions on leur criait. . . . " Fumier. . . . Bande de salauds. . . . ". Nos gardiens SS ont laissé faire. Des civils sont venus et ont emmené l'homme sur un brancard.

 

         Je pouvais tenir, j’étais jeune et gaillard. Le dimanche après midi, on chantait dan nos groupes et on se racontait des histoires, nos histoires. Les autres étaient des Tchèques et des Russes.

 

         Au travail il fallait faire ce qui était prévu, sinon le « Maester » (contremaître) signalait les fainéants et autres cas aux « SS ». Un jour je m’étais fabriqué une ancre de marine que je portais à ma ceinture. Je portais sur moi, au cou, un cœur avec l’image de ma mère et de ma sœur. Je m »étais fabriqué ce petit cœur avec du plexiglas qui provenait des vitres de côté des cockpits d’avion. Je l’avais bricolé le dimanche. Je m’étais aussi fabriqué » une petite tabatière avec de l’aluminium d’avion. Le fermoir provenait du poussoir pour ouvrir les cockpits d’avion, la charnière provenait de la pédale qui servait à monter dans l’avion. J’avais dessiné sur le dessus de cette boite… un bateau à rame, des vestiges romains, des montagnes et des nuages, ainsi qu’un couché de soleil.                                                     

         J’y ai subi une punition car j’avais été surpris par un responsable à fabriquer un petit couteau sur la carlingue d’un avion, c’était au temps où j’étais affecté à cette tâche. Ainsi après le travail j’ai été convoqué et là on m’a fait baisser le pantalon, puis couché sur une chaise spéciale, les mains attachées en contrebas, j’ai reçu 25 coups de « Schlague ». Notre tortionnaire me demandait combien j’en avais reçu et malheur à moi si je me trompais..

         Nous ramenions souvent avec nous des petits objets où morceaux de métal et nous les cachions sur nous, on se mettait en principe dans les rangs du milieu. Si nous pensions être découvert nous laissions tomber ce que nous avions emporté sur le sol et avec le pied on le recouvrait de terre. A l’endroit où nous mangions j’avais un petit tiroir sous la table où j’y dissimulais différentes choses dont des petits outils. Pour fumer nous allions aux « Chiotes ».

 

Marche de la mort

 

Mon compagnon de déportation, en fait celui avec qui j'étais le plus souvent, se nommait Jacques BOURGOGNON, il avait été arrêté à la frontière espagnole, alors qu'il partait pour rejoindre le général de Gaulle à LONDRES. Il était originaire de PARIS 13ième , ainsi que son frère serge, déporté à SACHSENHAUSEN .

 

 

Mitraillage sur la route, BAYSE est blessé au ventre.

 

Alors que nous étions en colonne sur une route, deux avions sont arrivés et quand nous avons vu la position qu'ils prenaient et leur angle de descente, nous avons compris que c'était pour nous. Aussi nous nous sommes couchés dans les fossés. Je me suis couché de tout mon long, les mains sur les joues, c'est alors que ma main droite a brusquement été rejetée en arrière et que j'ai senti une secousse à mon pied. En fait c'était peut-être une balle qui m'était passé à proximité, m'enlevant une de mes chaussures (En fait sabots en bois ou claquettes), devenue inutilisable, de ce fait j'ai du abandonner l'autre.

 

J'avais un compagnon, BAYSE, qui a eu le ventre ouvert par des éclats. On l'a allongé sur le dos et gémissant. On lui a rentré les boyaux, comme on a pu, puis après l'avoir bandé avec son veston, nous l'avons laissé sur le bord de la route. J'ai su par la suite que des américains qui l'avaient trouvé l'avaient emmené sur une civière.

 

Je l'ai revu quinze ans après la guerre et c'est là que j'ai appris qu'il avait survécu, ainsi que les moments qu'il avait vécus. Il s'appelait BAYSE, il est décédé depuis.

 

 

« A cet instant du témoignage Jean Charles LARET, éclate en sanglots. » (5/03/2002)

Ce comportement est un bel hommage à ses compagnons. Merci M. LARET (M.S) "

 

Débandade de troupe allemande, SS écrasé par un char allemand.

Une fois sur la route, il y avait du monde dans tous les sens, notre convoi de prisonnier et des tanks qui passaient dans l'autre sens, une vraie pagaille, à tel point qu'un tank a écrasé un soldat allemand (SS).

 

Combat aérien et récupération parachutiste russe.

 

Il y a eu un combat aérien entre les Allemands et des avions russes. Un avion russe a été abattu, le pilote a sauté en parachute, les Allemands qui étaient près de nous tiraient sur le parachutiste, ce dernier leur répondait avec son revolver, je revois bien le geste.

Dans le secteur il y avait une autoroute (Auto-strate) et un chemin blanc, c'est alors qu'un autre avion russe s'est posé sur cette autoroute, qui faisait 10 à 13 mètres de large, et le parachutiste s'est engouffré dans ce second appareil. Au décollage on voyait les jambes du pilote rescapé qui dépassaient de la cabine.

 

Cette scène se passait entre MEISSEN et FREITAL (Allemagne) entre le 13 avril et le 9 mai 1945. Après ce fait de guerre, nous avons aperçu un char russe qui arrivait dans le secteur, il n'a pas tenté d'action contre nos gardiens allemands, nous nous sommes demandés pourquoi, car nous en aurions profité pour partir .

 

Un peu plus loin il y avait un cours d'eau, une roulante (Cuisine ambulante) était stationnée à proximité. Nous nous sommes rapprochés et c'était à qui enfoncerait son bras par un trou (Environ 60 centimètres de diamètre) pour attraper de la nourriture (Bouillie. . . !). Certains se retrouvaient avec le bras coincé, aussi au bout d'un moment un SS s'est approché et a voulu nous faire dégager, mais en fin de compte la roulante, tombant, a dévalé la pente, entraînant le SS avec elle. Nous nous sommes rapidement éloignés avant toutes représailles.

 

Nous avons aperçu sur la route une charrette avec deux vieux, c'est alors qu'un soldat SS a fait stopper un camion, se mettant en travers et visant le chauffeur avec son arme, pour y monter la charrette. Dans cette charrette il y avait du pain et un pot de marmelade. En fait un prisonnier russe s’était emparé de ce pot et il s’était sauvé avec, le coinçant sous son bras et nous essayant de lui prendre. En fin de compte il s’est enfilé le pot sur la tête et la marmelade lui a dégouliné dessus. L’homme avait alors léché cette marmelade et nous avions essayé d’en faire autant.

 

Cigarettes et assassinats soldats russes

 

Nous étions quatre prisonniers et c’était vers les 2 ou 3 heures du matin. Alors que nous étions accroupis, appuyés dos à dos (pour se réchauffer) , un soldat SS est venu à nous et il a demandé…. « J’offre des cigarettes aux russes…. »

         Un homme a dit qu'il était russe, le soldat SS lui a pointé son pistolet sur le front et il a tiré. L'homme s'est écroulé, nous le soutenions, j'avais la main pleine de sang. Le soldat a alors déclaré. . . . . . " J'offre maintenant des cigarettes aux français. . . . . . "

          Mon compagnon voulait des cigarettes, je lui disais de ne pas en demander qu'il allait lui aussi se faire tuer. . . Malgré tout il a tendu la main et l'Allemand lui a donné des cigarettes. Dans ce groupe de quatre il y avait Jacques Bourgognon, Jacques Genêt, un russe et moi même.

 

Attaque du camp d'aviation de LEIPZIG par des avions double-fuselage. 13/04/45

 

Cette attaque a eu lieu le jour de notre évacuation du camp de « Thekla ». C’était le vendredi 13 avril 1945. Quatre avions ont attaqué le camp d'aviation et en peu de temps ils ont nettoyé les postes de DCA allemands. Pour se camoufler les soldats avaient mis des fumigènes mais le vent étant contraire, cela n'a servi à rien.       

 

Evasion d'un prisonnier russe.

 

        Un jour un convoi de prisonniers se déplaçait en campagne, alors qu'ils arrivaient dans une zone boisée d'un côté et avec des champs de l'autre, les prisonniers se sont éclataient de tous les côtés en courant et en se sauvant. Les gardes tiraient au hasard dans les fuyards. Particulièrement l'un des fuyards qui s'était sauvé dans un champ était aligné par les tirs des gardes, sans succès, quant tout à coup il s'est mis à tituber et il s'est couché. Un soldat allemand est alors parti au pas de course, sûrement pour achever le fugitif, quand ce russe, sentant que le soldat s'approchait trop près, s'est relevé et s'est remis à courir.

        C'est alors que les soldats restés près de la route se sont mis à tirer, mais le soldat dans la ligne des tirs s'est retourné et il poussait des grands cris en gesticulant, il craignait pour sa peau. L'un des soldats qui tirait prenait appui sur un support en bois et nous faisions remuer ce support pour le faire rater sa cible, ce qui l'a mis en colère contre nous. Toujours-est-il que le

 

 

Des compagnons prisonniers tués au cours évasion

 

        Des prisonniers se sont sauvés, voulant tenter leur chance. Nous en avons retrouvé trois qui avaient été abattus, un quatrième, entre autres, a eu la vie sauve car l'arme du soldat allemand s'était enrayé. Nous avons enterré sommairement les deux premiers, nous avons alors donné des grands coups de pelle sur un arbre pour marquer l'emplacement. Après la guerre quand nous y sommes retournés nous avons pu retrouver les corps.

 

Refuge dans une grange avec des soldats SS allemands

        Deux copains, évadés, Pierre DRAPON et Bernard BORDU, Pierre avait reçu une balle dans le mollet, à la tombée de la nuit, ils aperçoivent une ferme et en bredouillant allemand ils demandent refuge pour la nuit et pour pouvoir passer la nuit dans la grange.

        A l'intérieur ils entendent des ronflements et sans plus faire attention ils s'endorment., Le matin ce sont des canons de pistolets sur le ventre qui les ont réveillés; ils étaient très reconnaissables avec le costume rayé. Mais la menace n'a pas duré longtemps car au bout d'un moment quelqu'un a crié que les chars russes arrivaient. . . . . . Ce fut la débandade, les soldats allemands, jetant leurs armes à terre se sont enfuis.

 

Coup de crosse de fusil dans le dos pour avoir voulu ramasser des aliments

 

Alors que je m'étais baisé pour ramasser des aliments ( un morceau de fromage) un garde allemand m'a mis un coup de crosse dans le dos; comme il en avait cassé son fusil il a voulu me tirer dessus mais quand il a vu mon insigne français de déporté, il s'est mis à hurler…. « Franzose…  Sale cochon (En allemand) » et il m'a fait reprendre le rang. Pour les français les allemands (certains. . . ) avaient quelques égards. .

 

Des déportés massacrés pour des pommes de terre :

 

Alors que nous venions de quitter le camp, nous étions quand même contents de pouvoir prendre l'air et de découvrir la nature.

Alors que nous étions sur la route nous avons longé une place où une voiture brûlait, comme il y avait des patates à l'intérieur, nous avons alors senti cette bonne odeur de patates chaudes.

Nous nous en sommes rapprochés car nos gardes nous avaient rapprochés de ce coin, nous pensions que nous allions y passer la nuit. Nous avons récupéré quelques patates, mais j'ai dit à un compagnon que le début de la colonne était déjà sur la route et qu'il valait mieux repartir, c'est ce que nous avons fait.

Quelques-uns étaient restés sur place. Rendus un peu plus loin nous avons entendu des rafales d'armes automatiques, les Allemands venaient de tuer ceux qui étaient restés sur place, une centaine de prisonniers.

Les habitants du coin avaient, par la suite, enterré sommairement les victimes. Ils avaient mis une croix sur chaque tombe avec l'insigne du mort et son matricule.

Malheureusement un matricule ne donnait pas le nom. (Comme me l’a indiqué M Duffaux, autre déporté… Les Nazis leur avaient dit « Vous n’existez déjà plus vous n’êtes que des numéros… » Michel Souris)

 

Un polonais vole mon sac et il est tué par un de mes compagnons :

 

Je m'étais fabriqué une poche avec une jambière de pyjama et j'y avais mis de quoi manger (Patates ou autres choses. . . ) . un Polonais s'était précipité sur moi et par derrière il m'avait arraché mon sac. Un copain m'a' alors demandé mon couteau (Que j'avais pu fabriquer dans le camp) et il a été voir ce polonais et il l'a planté avec le couteau, pour lui reprendre le sac.

Mon couteau était resté dans le corps de l'homme.

 

 

Après notre marche de la mort (Nous étions partis 2000 et nous sommes arrivés 250, après un parcours de 580 kms (Voir le récit de Jean Laret «  De Thekla à Teplice – 13/4/45 – 9/5/45 »)

 

Ma libération à VOITSDORF .

 

          J'ai été libéré à VOITSDORF, le 9 mai 1945, par l'armée russe. C'était en BOHEME et MORAVIE (actuellement TCHECOSLOVAQUIE)

         Dans ce village nous ne pouvions pas rester longtemps car il y avait de nombreux corps d’animaux morts.

         Puis des partisans Tchèques nous ont emmenés à TEPLICE, transportés en car. Rendu là-bas, un copain a été soigné à temps, il avait reçu une mauvaise blessure par balle.

Un médecin français, qui pouvait quitter les lieux, a voulu rester quand il a appris qu’il y avait des Français.

 

Le 22 mai nous avons atterri en avion au Bourget en France. Nous avons été hébergés à l’hôtel Laetitia .

 

Enfin nous avons eu droit à une visite médicale et à de nouveaux habits.

Puis j’ai pu envoyer un télégramme à ma famille.

 

Je me suis retrouvé à Saintes le 23 mai au matin. Mon père ne m’a pas reconnu. Ma sœur m’a bien « Chouchouté », elle s’est bien occupée de moi…. Ainsi que ma maman.

 

 

 

 

A cet instant de son récit Jean Laret a craqué. (c’est très puissant de sa part ce récit, c’est si beau de donner ce témoignage pour tous ses compagnons, pour les générations à venir – M.S 1/3/2005)

 

« A Buchenwald j’étais devenu le numéro 21372 »

«  C’est toujours dans ma tête, j’y rêve toutes les nuits. Il ne faut pas oublier l’histoire de nos parents, il faut conserver la mémoire de ce que l’on a vécu » (1/3/2005)

 

2013/05 : Camarade de la marche de la mort… Draperon (122ème), Laret (121ème)

 

Témoignage de Madame LARET Jeanine:

 

1          Champignonnière quai des roches / réquisition

 

Mes parents possédaient la champignonnière située au 33, quai des roches à Saintes. En fait à cette époque ma mère était seule, quand les Allemands sont venus pour réquisitionner la champignonnière, ma mère ne voulait pas, il a fallu le concours du sous-préfet et du Maire pour faire cesser la demande des allemands. Pour en finir ils ont fait leur dépôt de munitions à Jonzac, il voulait certainement faire un dépôt de munitions dans la champignonnière.

Durant la guerre cette champignonnière employait 12 personnes. Pour la culture des champignons nous utilisions beaucoup de fumier de cheval, aussi comme les Allemands étaient très amateurs de champignons, il y avait comme un accord. Pour que l'on soit tranquille.

 

 

 

 

Jean Laret

 

La photo où je suis sur un banc en tenue de déporté avait été prise en Tchécoslovaquie au Stalag français n° 04.

 

 

" La photo de ma mère et de ma soeur visages qui m'ont beaucoup aidé à survivre dans ces camps de l'horreur "
" La photo de ma mère et de ma soeur visages qui m'ont beaucoup aidé à survivre dans ces camps de l'horreur "
" La photo de ma mère et de ma soeur visages qui m'ont beaucoup aidé à survivre dans ces camps de l'horreur "
" La photo de ma mère et de ma soeur visages qui m'ont beaucoup aidé à survivre dans ces camps de l'horreur "
" La photo de ma mère et de ma soeur visages qui m'ont beaucoup aidé à survivre dans ces camps de l'horreur "
" La photo de ma mère et de ma soeur visages qui m'ont beaucoup aidé à survivre dans ces camps de l'horreur "

" La photo de ma mère et de ma soeur visages qui m'ont beaucoup aidé à survivre dans ces camps de l'horreur "

Jean Laret nous a quitté en 2013. notre cher ami Jean, tu seras toujours avec nous, merci pour eux. Remise de la médaille de la ville de Saintes.
Jean Laret nous a quitté en 2013. notre cher ami Jean, tu seras toujours avec nous, merci pour eux. Remise de la médaille de la ville de Saintes.

Jean Laret nous a quitté en 2013. notre cher ami Jean, tu seras toujours avec nous, merci pour eux. Remise de la médaille de la ville de Saintes.

****************************************************

****************************************************

Merci au journal " Sud Ouest "

Pour cet " avis de recherches " dans la région de Cognac.

" Le fauteuil / cathèdre " de la dernière abbesse de Saintes.

28 - Feu au Gallia-Théâtre nuit du mardi au mercredi - Saintes à Buchenwald ... Jean Laret Déporté - La cathédre oubliée ..
28 - Feu au Gallia-Théâtre nuit du mardi au mercredi - Saintes à Buchenwald ... Jean Laret Déporté - La cathédre oubliée ..

Voir les commentaires

25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Caroline directrice des " Galeries Lafayette " a concédé, l'espace d'un après midi.... surface et tapis rouge au centre de son magasin de Saintes, ceci pour présenter du.. beau linge.

Ainsi ce samedi après-midi, personnel, clients potentiels, visiteurs, tout un microcosme pour découvrir de belles tenues.

Ainsi ce samedi après-midi, personnel, clients potentiels, visiteurs, tout un microcosme pour découvrir de belles tenues.

Citons aussi la" technique " de cette réussite.... Caroline, directrice des Galeries Lafayette, Sandrine Ségues, de Mariage Boutique, Nathalie de l'école de coiffure de Saintonge, Vahina, animatrice, Emilie assistante technique, Alain Raguénès, photographe.
Citons aussi la" technique " de cette réussite.... Caroline, directrice des Galeries Lafayette, Sandrine Ségues, de Mariage Boutique, Nathalie de l'école de coiffure de Saintonge, Vahina, animatrice, Emilie assistante technique, Alain Raguénès, photographe.
Citons aussi la" technique " de cette réussite.... Caroline, directrice des Galeries Lafayette, Sandrine Ségues, de Mariage Boutique, Nathalie de l'école de coiffure de Saintonge, Vahina, animatrice, Emilie assistante technique, Alain Raguénès, photographe.
Citons aussi la" technique " de cette réussite.... Caroline, directrice des Galeries Lafayette, Sandrine Ségues, de Mariage Boutique, Nathalie de l'école de coiffure de Saintonge, Vahina, animatrice, Emilie assistante technique, Alain Raguénès, photographe.
Citons aussi la" technique " de cette réussite.... Caroline, directrice des Galeries Lafayette, Sandrine Ségues, de Mariage Boutique, Nathalie de l'école de coiffure de Saintonge, Vahina, animatrice, Emilie assistante technique, Alain Raguénès, photographe.

Citons aussi la" technique " de cette réussite.... Caroline, directrice des Galeries Lafayette, Sandrine Ségues, de Mariage Boutique, Nathalie de l'école de coiffure de Saintonge, Vahina, animatrice, Emilie assistante technique, Alain Raguénès, photographe.

Peut-être l'avant dernière mission de Stéphanie Monteau, Miss Saintes - Pays de Saintonge 2010, qui avait pour mission de récupérer les fiches des candidates pour la prochaine élection de Miss Saintes en date du " 22 novembre 2014 ". Culture-Histoire a-t-il repéré quelques minois.. là c'est un secret d'histoire.... et on se quitte sur quelques clichés... presque souvenir, n'est-ce pas, Jennyfer Delavigne (Dauphine Poitou-Charentes), Jennyfer Ségues (ancienne candidate Miss Saintes), Mélissa, nouvelle venue sur le tapis rouge, puis bien d'autres.
Peut-être l'avant dernière mission de Stéphanie Monteau, Miss Saintes - Pays de Saintonge 2010, qui avait pour mission de récupérer les fiches des candidates pour la prochaine élection de Miss Saintes en date du " 22 novembre 2014 ". Culture-Histoire a-t-il repéré quelques minois.. là c'est un secret d'histoire.... et on se quitte sur quelques clichés... presque souvenir, n'est-ce pas, Jennyfer Delavigne (Dauphine Poitou-Charentes), Jennyfer Ségues (ancienne candidate Miss Saintes), Mélissa, nouvelle venue sur le tapis rouge, puis bien d'autres.
Peut-être l'avant dernière mission de Stéphanie Monteau, Miss Saintes - Pays de Saintonge 2010, qui avait pour mission de récupérer les fiches des candidates pour la prochaine élection de Miss Saintes en date du " 22 novembre 2014 ". Culture-Histoire a-t-il repéré quelques minois.. là c'est un secret d'histoire.... et on se quitte sur quelques clichés... presque souvenir, n'est-ce pas, Jennyfer Delavigne (Dauphine Poitou-Charentes), Jennyfer Ségues (ancienne candidate Miss Saintes), Mélissa, nouvelle venue sur le tapis rouge, puis bien d'autres.

Peut-être l'avant dernière mission de Stéphanie Monteau, Miss Saintes - Pays de Saintonge 2010, qui avait pour mission de récupérer les fiches des candidates pour la prochaine élection de Miss Saintes en date du " 22 novembre 2014 ". Culture-Histoire a-t-il repéré quelques minois.. là c'est un secret d'histoire.... et on se quitte sur quelques clichés... presque souvenir, n'est-ce pas, Jennyfer Delavigne (Dauphine Poitou-Charentes), Jennyfer Ségues (ancienne candidate Miss Saintes), Mélissa, nouvelle venue sur le tapis rouge, puis bien d'autres.

25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour
25 - La mode selon " Les Galeries Lafayette ", via Miss Saintes Pays de Saintonge & Nos mannequins .. presque " Top ..... " - Images du jour

**********************************

**********************************

Au hasard des rues

Images ................

De la belle " pensée " dissimulée sous un balcon en bordure de la Charente à la glycine très expensionniste, qui en peu de jours étale ses petites branches qui ne demandent qu'à coloniser les structures voisines. Puis bien sûr ces végétations qui dissimulent au regard des conducteurs les panneaux de signalisation.
De la belle " pensée " dissimulée sous un balcon en bordure de la Charente à la glycine très expensionniste, qui en peu de jours étale ses petites branches qui ne demandent qu'à coloniser les structures voisines. Puis bien sûr ces végétations qui dissimulent au regard des conducteurs les panneaux de signalisation.
De la belle " pensée " dissimulée sous un balcon en bordure de la Charente à la glycine très expensionniste, qui en peu de jours étale ses petites branches qui ne demandent qu'à coloniser les structures voisines. Puis bien sûr ces végétations qui dissimulent au regard des conducteurs les panneaux de signalisation.
De la belle " pensée " dissimulée sous un balcon en bordure de la Charente à la glycine très expensionniste, qui en peu de jours étale ses petites branches qui ne demandent qu'à coloniser les structures voisines. Puis bien sûr ces végétations qui dissimulent au regard des conducteurs les panneaux de signalisation.

De la belle " pensée " dissimulée sous un balcon en bordure de la Charente à la glycine très expensionniste, qui en peu de jours étale ses petites branches qui ne demandent qu'à coloniser les structures voisines. Puis bien sûr ces végétations qui dissimulent au regard des conducteurs les panneaux de signalisation.

Voir les commentaires

24 - Passion des fossiles - Les Saintais chez les nuls.. sous la pluie - Miss Saintes aux Galeries Lafayette pour... Défiler

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

La résurrection selon Jean-Yves Poirier

" Fossile tu étais, témoin du deviens "

Depuis plus de trente ans Jean-Yves Poirier, recherche et sort de leur " gangue du temps " ces précieuses vie éteintes. Un travail pointu et précis avec ces instruments très basiques. Mais il a une stratégie pour mieux récupérer ces très belles structures sculpturales de la vie terrestre. En effet il met à tremper les pierres renfermant ces fameux témoins dans de l'eau et le résultat nous l'avons alors sous les yeux. Etonnant toutes ces formes, de la belle géométrie primale et élémentaire. Ainsi nous naviguons dans le crétacé, ce Santonien datant d'environ ..... 100 millions d'années, voir les huîtres. Puis ce splendide oursin encore plus ancien, du jurassique. Voici des images.... et merci à Jean-Yves un Saintais passionné.

Depuis plus de trente ans Jean-Yves Poirier, recherche et sort de leur " gangue du temps " ces précieuses vie éteintes. Un travail pointu et précis avec ces instruments très basiques. Mais il a une stratégie pour mieux récupérer ces très belles structures sculpturales de la vie terrestre. En effet il met à tremper les pierres renfermant ces fameux témoins dans de l'eau et le résultat nous l'avons alors sous les yeux. Etonnant toutes ces formes, de la belle géométrie primale et élémentaire. Ainsi nous naviguons dans le crétacé, ce Santonien datant d'environ ..... 100 millions d'années, voir les huîtres. Puis ce splendide oursin encore plus ancien, du jurassique. Voici des images.... et merci à Jean-Yves un Saintais passionné.

Et pendant que nous sommes dans le passé de Saintes, mais beaucoup plus près de nous.. Saintes serait-elle une des sept merveilles du monde, tels les fameux jardins suspendus de Babylone...
Et pendant que nous sommes dans le passé de Saintes, mais beaucoup plus près de nous.. Saintes serait-elle une des sept merveilles du monde, tels les fameux jardins suspendus de Babylone...
Et pendant que nous sommes dans le passé de Saintes, mais beaucoup plus près de nous.. Saintes serait-elle une des sept merveilles du monde, tels les fameux jardins suspendus de Babylone...
Et pendant que nous sommes dans le passé de Saintes, mais beaucoup plus près de nous.. Saintes serait-elle une des sept merveilles du monde, tels les fameux jardins suspendus de Babylone...
Et pendant que nous sommes dans le passé de Saintes, mais beaucoup plus près de nous.. Saintes serait-elle une des sept merveilles du monde, tels les fameux jardins suspendus de Babylone...
Et pendant que nous sommes dans le passé de Saintes, mais beaucoup plus près de nous.. Saintes serait-elle une des sept merveilles du monde, tels les fameux jardins suspendus de Babylone...

Et pendant que nous sommes dans le passé de Saintes, mais beaucoup plus près de nous.. Saintes serait-elle une des sept merveilles du monde, tels les fameux jardins suspendus de Babylone...

Rappel: La nature peut être invasive, intrusive et souvent destructrice... Alors exerçons un contrôle et un entretien durable.

Rappel: La nature peut être invasive, intrusive et souvent destructrice... Alors exerçons un contrôle et un entretien durable.

*********************************

*********************************

" Ecrivons sous la pluie "

Les lecteurs saintongeais invités par Soroptimist aux marchés romanesques

Un succès bien arrosé....

 

Alors que vent et pluie rabattaient les lecteurs vers les auteurs écrivains, l'homme des nuls s'entretenait avec Culture-Histoire. Comme quoi il ne faut pas être trop nul pour discuter avec Jean-Joseph Julaud. Ainsi " J-J J " né en 1950 en Bretagne s'est lancé dans une expérience inédite... écrire pour les nuls. Ceci dans un succès non démenti depuis 2001, avec sa première parution " L'histoire de France pour les nuls " (Vente = 1 000 000 d'exemplaires). Avant l'écriture et l'édition il était professeur de français, puis alors qu'il exerçait toujours, il avait touché à l'écriture, mais surtout il avait été contacté par des maisons d'éditions, telles " First " et " Le cherche midi ". Et bien sûr il était pigiste pour la presse. enfin tout ce passé, dans un temps assez court, l''a mené droit vers sa nouvelle carrière et le succès qu'on lui connait. Certes pour C-H il était le point d'orgue de ces marchés romanesques, mais il était très bien entouré, je ne citerai aucun nom de peur d'en oublier, quoique sur les photos.... ! Notre Michel et son petit livre vert, nouveau né du jardinier / fleuriste, puis notre Madeleine local et un certain Olivier, un autre Alain qui nous revient de Normandie avec ses B.D, et Anne qui banalise tous ces intimes secrets de nos corps....  Pour les noms en général voir mon générique d'annonce de cette manifestation littéraire paru il y a quelques jours dans ces pages.
Alors que vent et pluie rabattaient les lecteurs vers les auteurs écrivains, l'homme des nuls s'entretenait avec Culture-Histoire. Comme quoi il ne faut pas être trop nul pour discuter avec Jean-Joseph Julaud. Ainsi " J-J J " né en 1950 en Bretagne s'est lancé dans une expérience inédite... écrire pour les nuls. Ceci dans un succès non démenti depuis 2001, avec sa première parution " L'histoire de France pour les nuls " (Vente = 1 000 000 d'exemplaires). Avant l'écriture et l'édition il était professeur de français, puis alors qu'il exerçait toujours, il avait touché à l'écriture, mais surtout il avait été contacté par des maisons d'éditions, telles " First " et " Le cherche midi ". Et bien sûr il était pigiste pour la presse. enfin tout ce passé, dans un temps assez court, l''a mené droit vers sa nouvelle carrière et le succès qu'on lui connait. Certes pour C-H il était le point d'orgue de ces marchés romanesques, mais il était très bien entouré, je ne citerai aucun nom de peur d'en oublier, quoique sur les photos.... ! Notre Michel et son petit livre vert, nouveau né du jardinier / fleuriste, puis notre Madeleine local et un certain Olivier, un autre Alain qui nous revient de Normandie avec ses B.D, et Anne qui banalise tous ces intimes secrets de nos corps....  Pour les noms en général voir mon générique d'annonce de cette manifestation littéraire paru il y a quelques jours dans ces pages.

Alors que vent et pluie rabattaient les lecteurs vers les auteurs écrivains, l'homme des nuls s'entretenait avec Culture-Histoire. Comme quoi il ne faut pas être trop nul pour discuter avec Jean-Joseph Julaud. Ainsi " J-J J " né en 1950 en Bretagne s'est lancé dans une expérience inédite... écrire pour les nuls. Ceci dans un succès non démenti depuis 2001, avec sa première parution " L'histoire de France pour les nuls " (Vente = 1 000 000 d'exemplaires). Avant l'écriture et l'édition il était professeur de français, puis alors qu'il exerçait toujours, il avait touché à l'écriture, mais surtout il avait été contacté par des maisons d'éditions, telles " First " et " Le cherche midi ". Et bien sûr il était pigiste pour la presse. enfin tout ce passé, dans un temps assez court, l''a mené droit vers sa nouvelle carrière et le succès qu'on lui connait. Certes pour C-H il était le point d'orgue de ces marchés romanesques, mais il était très bien entouré, je ne citerai aucun nom de peur d'en oublier, quoique sur les photos.... ! Notre Michel et son petit livre vert, nouveau né du jardinier / fleuriste, puis notre Madeleine local et un certain Olivier, un autre Alain qui nous revient de Normandie avec ses B.D, et Anne qui banalise tous ces intimes secrets de nos corps.... Pour les noms en général voir mon générique d'annonce de cette manifestation littéraire paru il y a quelques jours dans ces pages.

Merci à l'éditeur des " dits Nuls " et bien sûr à l'association " Soroptimist International - Saintes " pour ces invitations groupés et secrets d'histoire sur l'homme qu l'on pourrait dénommer le " J-3 " . Avez-vous une devise... ? J-J J " Oui.. On verra bien ". Si vous aviez eu un autre choix de carrière...? J-J J " Je n'aurai jamais voulu faire autre chose " (En clair il est heureux). A l'année prochaine nos chers (ères) travailleurs (euses) de la plume....
Merci à l'éditeur des " dits Nuls " et bien sûr à l'association " Soroptimist International - Saintes " pour ces invitations groupés et secrets d'histoire sur l'homme qu l'on pourrait dénommer le " J-3 " . Avez-vous une devise... ? J-J J " Oui.. On verra bien ". Si vous aviez eu un autre choix de carrière...? J-J J " Je n'aurai jamais voulu faire autre chose " (En clair il est heureux). A l'année prochaine nos chers (ères) travailleurs (euses) de la plume....
Merci à l'éditeur des " dits Nuls " et bien sûr à l'association " Soroptimist International - Saintes " pour ces invitations groupés et secrets d'histoire sur l'homme qu l'on pourrait dénommer le " J-3 " . Avez-vous une devise... ? J-J J " Oui.. On verra bien ". Si vous aviez eu un autre choix de carrière...? J-J J " Je n'aurai jamais voulu faire autre chose " (En clair il est heureux). A l'année prochaine nos chers (ères) travailleurs (euses) de la plume....
Merci à l'éditeur des " dits Nuls " et bien sûr à l'association " Soroptimist International - Saintes " pour ces invitations groupés et secrets d'histoire sur l'homme qu l'on pourrait dénommer le " J-3 " . Avez-vous une devise... ? J-J J " Oui.. On verra bien ". Si vous aviez eu un autre choix de carrière...? J-J J " Je n'aurai jamais voulu faire autre chose " (En clair il est heureux). A l'année prochaine nos chers (ères) travailleurs (euses) de la plume....
Merci à l'éditeur des " dits Nuls " et bien sûr à l'association " Soroptimist International - Saintes " pour ces invitations groupés et secrets d'histoire sur l'homme qu l'on pourrait dénommer le " J-3 " . Avez-vous une devise... ? J-J J " Oui.. On verra bien ". Si vous aviez eu un autre choix de carrière...? J-J J " Je n'aurai jamais voulu faire autre chose " (En clair il est heureux). A l'année prochaine nos chers (ères) travailleurs (euses) de la plume....
Merci à l'éditeur des " dits Nuls " et bien sûr à l'association " Soroptimist International - Saintes " pour ces invitations groupés et secrets d'histoire sur l'homme qu l'on pourrait dénommer le " J-3 " . Avez-vous une devise... ? J-J J " Oui.. On verra bien ". Si vous aviez eu un autre choix de carrière...? J-J J " Je n'aurai jamais voulu faire autre chose " (En clair il est heureux). A l'année prochaine nos chers (ères) travailleurs (euses) de la plume....
Merci à l'éditeur des " dits Nuls " et bien sûr à l'association " Soroptimist International - Saintes " pour ces invitations groupés et secrets d'histoire sur l'homme qu l'on pourrait dénommer le " J-3 " . Avez-vous une devise... ? J-J J " Oui.. On verra bien ". Si vous aviez eu un autre choix de carrière...? J-J J " Je n'aurai jamais voulu faire autre chose " (En clair il est heureux). A l'année prochaine nos chers (ères) travailleurs (euses) de la plume....

Merci à l'éditeur des " dits Nuls " et bien sûr à l'association " Soroptimist International - Saintes " pour ces invitations groupés et secrets d'histoire sur l'homme qu l'on pourrait dénommer le " J-3 " . Avez-vous une devise... ? J-J J " Oui.. On verra bien ". Si vous aviez eu un autre choix de carrière...? J-J J " Je n'aurai jamais voulu faire autre chose " (En clair il est heureux). A l'année prochaine nos chers (ères) travailleurs (euses) de la plume....

********************************************

********************************************

Défilé de mode aux Galeries Lafayette

 

Des mots et des images dès dimanche matin..

Promis.

Mise en bouche....

Merci à Caroline (G-L), Sandrine (B-M) et Mélissa, ici sur la photo, entre autres les mannequins qui nous ont offert la présentation, tout en charme et classe, de ces belles tenues. A très bientôt.

Merci à Caroline (G-L), Sandrine (B-M) et Mélissa, ici sur la photo, entre autres les mannequins qui nous ont offert la présentation, tout en charme et classe, de ces belles tenues. A très bientôt.

Voir les commentaires

21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Chauffeur ou mécanicien, des hommes au charbon...

Mais nous sommes en guerre.....

21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban
21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban

22 mai 1943

                    22 mai 2014

 

" Mort pour la France "

Emile Seignerin - Saintes

Après les lieux et les acteurs involontaires de ce drame.... les témoins, immersion dans l'action avec des faits plutôt crus....
Après les lieux et les acteurs involontaires de ce drame.... les témoins, immersion dans l'action avec des faits plutôt crus....
Après les lieux et les acteurs involontaires de ce drame.... les témoins, immersion dans l'action avec des faits plutôt crus....
Après les lieux et les acteurs involontaires de ce drame.... les témoins, immersion dans l'action avec des faits plutôt crus....
Après les lieux et les acteurs involontaires de ce drame.... les témoins, immersion dans l'action avec des faits plutôt crus....

Après les lieux et les acteurs involontaires de ce drame.... les témoins, immersion dans l'action avec des faits plutôt crus....

La presse confirme, parfois aussitôt, mais aussi avec des hommages tardifs....

Comme si nous y étions, documents et condoléances.... parfois surprenantes.
Comme si nous y étions, documents et condoléances.... parfois surprenantes.
Comme si nous y étions, documents et condoléances.... parfois surprenantes.

Comme si nous y étions, documents et condoléances.... parfois surprenantes.

Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.
Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.
Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.
Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.
Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.
Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.
Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.
Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.

Puis une certaine conclusion, sachant qu'en matière d'investigations et de " Devoir de mémoire " les dossiers, comme les douleurs ne sont jamais fermés.

Emile Seignerin a été beaucoup pleuré, localement ce fut le premier mort dans ces affreuses circonstances.
Emile Seignerin a été beaucoup pleuré, localement ce fut le premier mort dans ces affreuses circonstances.
Emile Seignerin a été beaucoup pleuré, localement ce fut le premier mort dans ces affreuses circonstances.

Emile Seignerin a été beaucoup pleuré, localement ce fut le premier mort dans ces affreuses circonstances.

***********************************

***********************************

Le job de nos élus

" Délégations "

*********************************

*********************************

L'armée de l'air

*********************************

Accueille

*********************************

Le " Souvenir Français "

*********************************

21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban

Presque cent invités à l’assemblée générale

du « Souvenir Français »

Cette fois l’Ecole d’Enseignement Technique de l’Armée de l’Air (B.A 722) accueillait comme il se doit les porteurs du souvenir.

Tout a débuté en paroles, certes à l’arrivée de Culture-Histoire, après les différents comptes rendus, financiers, moraux et certainement le bilan 2013. Rencontre sous le haut patronage de Michel Hadje (ancien officier supérieur de la B.A 722) et actuellement en charge sur le plan national du « Souvenir Français », dont il en est le président pour la France.

Le padre Jean (Aumônier), Gérard Desrentes, élu de Saintes, adjoint en charge des anciens combattants, donc de tout ce qui touche le souvenir national. Puis en ouverture de remise des médailles et diplômes, prise de paroles de Christian Barbe délégué pour la Charente maritime du S.F.

Avant d’avancé plus loin dans ce récit de cette rencontre, il faut préciser que Gérard Desrentes a formulé, haut et fort, le désir d’organiser une très forte commémoration des combats de libération de Saintes, ce 4 septembre 2014, soixante-dixième anniversaire oblige.

Mais restons à la salle « Clément Ader «  de la B.A 722.

Quelques décorations et diplômes ont été remis par  Messieurs M.Hadje, G.Desrentes, C.Barbe et enfin par le lieutenant colonel Patrick Lachaux représentant le colonel, commandant de base, Philippe Eshbach.

Entre autres un récipiendaire, ancienne maire d’une commune de 1200 habitants, qui a tenu à remercier le « S.F » pour son aide à l’érection d’une stèle à la mémoire de deux F.F.I morts pour la France sur son territoire rural. Outre d’autres médaillés, diplômés, un clin d’œil (amical et respectueux)  à Geneviève Laujac qui s’est vu remettre un diplôme ; en effet il s’agit de l’épouse d’un dévoué serviteur et responsable du « Souvenir Français » Saintes. Puis un autre ancien, Georges …. Autrefois pasteur protestant et surtout aumônier militaire sur cette base.

Certes cette rencontre concernait essentiellement cette association d’un  souvenir tellement glorieux, mais sur une structure militaire, quoi de plus normal que d’écouter un état des lieux, ceci par le lieutenant-colonel Patrick Lachaux…

Attention ce gradé a été dans la sincérité, alors pas de langue de bois….

« Ici nous avons deux grosses unités. Le C.E.T.A qui a en charge la formation des arpètes (apprentis de l’armée de l’air), à ce jour 45 000 élèves/arpètes sont passés dans cette école de formation.   Nous évoluons, nous allons de réorganisations en réorganisations.  Ce sont des décisions à haut niveaux qui obligent cette évolution. Ainsi dans les temps à venir nous aurons déjà une quarantaine de personnes en moins. On aurait voulu nous rattacher à Rochefort, ce qui aurait voulu dire qu’ici nous n’aurons plus eu qu’un colonel de … pacotille…. Nous nous sommes battus, on s’est fait entendre et actuellement nous sommes en cours de rattachement avec Tours. Actuellement on éclate le C.E.T.A, on se réorganise.

Puis un deuxième volet très important. C’est notre centre de formation des militaires techniciens de l’air, ceci sur une durée de 8 semaines par session. Nous formons aussi tous les militaires qui devront participer au plan Vigie Pirates ; bien sûr ce personnel sera déployé sur les structures concernant l’aviation en général. Il doit être formé pour répondre à toutes les agressions / attaques, physiques ou / et verbales. J’en arrive au dernier volet, notre C.F.M.E, dans le cadre de l’égalité des chances. Nous travaillons essentiellement avec des jeunes à la dérive, ceux-ci nous arrivant du 9-3 (département 93). Ils sont avec nous pendant neuf jours, nous leur apprenons les bases du civisme, bien sûr ils doivent chanter la Marseillaise.

On peut le dire, notre base est pérenne, elle évolue. Notre plus-value est très bien ressentie. Bientôt on va ouvrir notre espace aux lycées civils. Cela va déboucher sur un professorat nouveau sur notre site, Saintes en sera ainsi bénéficiaire »

Merci mon colonel.

Après cette première rencontre, tous les participants sont invités à la démarche d’hommage qui consiste au dépôt d’une gerbe au monument aux morts de la base 722. Puis, après avoir écouté « La Madelon » interprétée par deux musiciens de l’armée de l’air, tous ont été conviés, pour les uns à un déjeuner, pour les autres à un vin d’honneur ; le tout au mess officiers.

 

(Organisation par le comité du « S.F » Saintes – Pons –Gémozac)

 

 

21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban
21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban
21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban
21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban
21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban
21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban
21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban
21 - Un monde oublié.. " Les hommes du rail morts sur leur machine " Série 39/45: 22 mai 1943 ---> Emile Seignerin - Les spécialités des élus de Saintes.... Délégations - Souvenir Français.... et l'E.E.T.A.A Paban

*********************************

*********************************

Aimez-vous l'archéologie...?

Voir les commentaires

19 - Le docteur Parat honoré à Saintes - L'Europe et ses facettes selon chacun... - Vol à Saintes ATTENTION - Défilé de mode / Inscription.. " Miss Saintes " aux Galeries lafayette

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

La ville de Saintes,

via le " Souvenir français " remonte le temps

avec " Le Pourquoi-pas ? " du docteur Charcot

19 - Le docteur Parat honoré à Saintes - L'Europe et ses facettes selon chacun... - Vol à Saintes ATTENTION - Défilé de mode / Inscription.. " Miss Saintes " aux Galeries lafayette
19 - Le docteur Parat honoré à Saintes - L'Europe et ses facettes selon chacun... - Vol à Saintes ATTENTION - Défilé de mode / Inscription.. " Miss Saintes " aux Galeries lafayette

La délégation générale du Souvenir français de la Charente-Maritime remercie toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la rénovation de la tombe du Docteur Maurice Parat, Chevalier de la Légion d’Honneur, mort au service de la France le 15 septembre 1936 dans le naufrage du « Pourquoi-Pas ? » ainsi que les autorités civiles et militaires, les porte-drapeaux, les officiers, sous-officiers, caporaux et élèves, les anciens combattants et amis qui, à l’issue de la cérémonie du 8 mai et de la rénovation de sa tombe au cimetière Saint-Pallais de Saintes, sa ville natale, se sont réunies pour rendre hommage à sa mémoire.

 

Toute l’équipe du Souvenir français vous prie de bien vouloir trouver quelques photos de l’hommage rendu ce 8 mai 2014 au docteur Maurice PARAT et aux marins du « Pourquoi-Pas ? », par les élèves mécaniciens d’aviation, en présence de Madame Michelle Cazanove, Sous-Préfète, et de Monsieur Jean-Philippe Machon, Maire de Saintes, en accord avec Monsieur le colonel Philippe Eschbasch, Commandant la Base Aérienne 722 de Saintes.

 

Le projet de donner le nom du Dr Maurice Parat à une rue de Saintes, afin de réaliser en 2014 la proposition de M. Fernand Chapsal, ancien ministre, sénateur-maire de Saintes, lors de  la séance du Conseil municipal du jeudi 8 octobre 1936, semble maintenant en bonne voie.

 

Heureuse de transmettre l’exemple de ce jeune médecin, du Dr Charcot et des marins du « Pourquoi-Pas ? », toute l’équipe du Souvenir français vous souhaite bonne lecture de ce communiqué.

 

Le délégué général du Souvenir français,

Christian Barbe

***********************

Voter pour quelle

EUROPE....!!!!!

Matière à réflexion.....

 

Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.
Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.
Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.
Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.
Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.
Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.
Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.
Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.
Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.

Si le roman fiction s'est invité dans le document c'est bien sûr qu'il parle de..... l'Europe, vue depuis 2006 et pour un certain futur.

************************************

************************************

Miss & Mode

aux Galeries Lafayette

C'est pour ce samedi...  Défilé et inscriptions

C'est pour ce samedi... Défilé et inscriptions

*********************************

*********************************

 

AU VOLEUR

 

Quartier St Vivien à Saintes. le panneau défoncé a été remplacé depuis. C'était il y a quelques jours entre 16 et 17 h. Suivi, ciblé et pisté.. certainement....!

Quartier St Vivien à Saintes. le panneau défoncé a été remplacé depuis. C'était il y a quelques jours entre 16 et 17 h. Suivi, ciblé et pisté.. certainement....!

Voir les commentaires

17 - Conseil municipal immersion succincte... - Second empire bal au musée Dupuy-Mestreau - Marchés romanesques - Police municipale sur deux roues

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Un élu de bon conseil au conseil municipal de Saintes

Tous sont d'accord pour voter à mains levées sur les questions soumises selon l'ordre du jour

17 - Conseil municipal immersion succincte... - Second empire bal au musée Dupuy-Mestreau - Marchés romanesques - Police municipale sur deux roues

Conseil municipal du 16 mai 2014

Fanny Hervé étant désignée secrétaire de séance le conseil peut aborder l’ordre du jour. Au complet côté majorité, pour « Saintes passionnément » il manque deux conseillers, mais nous avons le plaisir de voir, de revoir Isabelle Pichard-Chauché qui nous revient très « en forme », ayant pris la parole pour son retour dans la vie publique municipale, ainsi elle a fait dans l’motion non cachée… « Merci Monsieur le Maire d’avoir pris de mes nouvelles, cette démarche m’a été rapportée. Nous sommes bien là et on remet cela (sa participation au C.M), merci de votre accueil ".

Dans la salle on a pu remarquer, plus que silencieux, des ténors de l’ancienne municipalité et quelques candidats malchanceux qui maintenant sont redevenus des citoyens ordinaires et qui continuent à s’intéresser à la gestion municipale.

Comme il est de coutume Philippe Callaud « attaque » et demande si la procuration que lui a faite Jean-Pierre Boutet-Petit, leur est parvenue, mais se ressaisissant aussitôt…. « Ah ! Je crois que je l’ai… »

Mais l’instant suivant fut plus solennel, Monsieur le Maire demande de bien vouloir faire une minute de silence pour le décès de N.Ballanger, fonctionnaire territoriale disparu tragiquement, ainsi que pour celui de Monsieur Grenot, personnalité très connue sur Saintes et les communes voisines.

Puis la séance débute avec la demande d’approbation (aux voix) sur 26 questions inscrites à l’ordre du jour, l’une d’elle étant reportée au prochain C.M.

Mais à nouveau, il y a toujours un avant le avant, Jean-Philippe Machon annonce l’arrivée prochaine d’un nouveau directeur général des services, il prendra ses fonctions le 1er juillet. Il s’agit de Frédéric Laleu, actuellement D.G.S à Cognac, qui exercera ses fonctions tant sur la ville de Saintes que sur la C.D.A.

Précision : Le compte-rendu du Conseil Municipal est affiché en mairie sur les panneaux d’affichages règlementaires, aussi ici ne seront repris et cités que certains extraits de celui-ci.

Concernant les questions 1 et 2, approbations des P.V des derniers conseils, Isabelle Chauché-Pichard déclare qu’elle ne peut se prononcer car elle était absente… et la salle de sourire. On l’avait bien vu chère Madame Pichard-Chauché.

Question 3 : Création des commissions municipales permanentes et désignation de leurs membres.

En fait trois commissions aux noms très engagés… « Gérer » « Soutenir » « Dynamiser ».

Mais à nouveau Philippe Callaud…

« Le groupe Saintes-Passionnément a l’intention de collaborer dans ces années à venir, mais il rappelle que toutes les procédures doivent être respectées….. aussi nous demandons une suspension de séance pour nous concerter. J’avais appelé le chef du cabinet pour parler de ses points ….. qui ne semblent pas correspondre aux textes… ! »

Ainsi sont nommés dans ces trois commissions, des élus « Machon » et des élus « Pichard-Chauché ». Dans ces commissions on retrouve six associations saintaises, voir le tableau.

Question 6 : Convention de groupement de commande – Avenant n° 4 Achat de gaz naturel.

Un groupement d’achat de gaz naturel vers les bâtiments de la ville, du CCAS et de la CDA de Saintes. Etant ainsi groupé nous seront plus fort et noue aurons plus de possibilités.

Question 9 : Désignation des membres du conseil municipal pour siéger au sein des conseils d’administration des lycées, des collèges et des établissements d’éducation.

Ce point est présenté par Françoise Bleynie, adjointe à l’éducation. Les propositions sont toutes votées sauf pour le lycée Georges Desclaudes où Philippe Creachcadec est élu, mais où un candidat de « Saintes-Passionnément est refusé par la majorité.

Question 13 : Etablissement de la liste des contribuables pour siéger au sein de la commission communal des impôts directs.

Cette liste est adoptée à l’unanimité. Et bien sûr l’avocat de « Saintes-Passionnément », ne trouvant pas cette fameuse liste de dire… « On nous cache des documents » Et d’ajouter sur sa lancée… « Isabelle Pichard-Chauché a été décoré avant-hier de l’ordre national du mérite ». (Un orateur qu’il faudrait inventer…). Voir la liste des contribuables en document joint.

Question 14 : Désignation d’un conseiller municipal en charge des questions de défense.

C’est Philippe Creachcadec qui passe haut la main, sur proposition de la majorité, ce qui fait alors dire à Isabelle P-C… « C’est un bon choix, dans le sens où c’est un ancien militaire je ne m’y oppose pas, il est bien à cette place ".

Question 16 : Création d’un poste de directeur de cabinet à temps non complet.

Ce qui ne semble poser de problèmes à personne, ce poste sera partagé à part égale avec la CDA, ainsi ce directeur sera 50% à Saintes et 50 % à la C.D.A. Mais la liste dite « d’opposition » s’inquiète pour l’augmentation de l’indemnité des élus qui va influencer l’emploi, des postes vont disparaître.

Réponse de Monsieur le Maire… « Nous sommes ici en conseil municipal de la ville de Saintes et pas de la C.D.A. Dans la mandature précédente Pascal Durand était aussi partagé, c’était déjà à l’époque la même mutualisation ».

Question 17 : Modification du tableau des effectifs.

Présentée par Jean-Pierre Roudier. Ce tableau est modulable tout au long de l’année ;

Question 19 : Projet urbain partenarial de Magezy – Avenant à la convention initiale ;

Vu la présentation un peu longue et technique de la question soumise à approbation, certes que tous soient d’accord, soumise aux voix, tous furent d’accord et avec un large sourire.

Et comme pour d’autres votes, acceptation, refus ou abstention, I.P-C vote des deux mains, une autre manière d’affirmer qu’elle est bien là.

Pour en rester aux comportements, une autre éminence dans la salle avait l’air fatigué, renseignement pris auprès d’un journaliste de Sud Ouest, il y avait déjà eu plusieurs heures de réunions dans la journée (Dont à la C.D.A).

Question 23 : Cession d’un terrain à la SCAR –Z.A des charriers.

Du fait de découvertes archéologiques, certains éléments sur cette affaire ont subis des modifications (Saintes est une ville gallo-romaine…)

Question 24 : Montant de la redevance 2014 pour prélèvement sur la ressource en eau.

Présentée par Frédéric Neveu… Extrait « C’est une délibération très technique, ce qui est certain c’est l’augmentation : de 0,054 à 0,058 par m3 donc incidence sur la facture d’eau » et de conclure…. «  J’espère que je ne vous aurez pas trop noyé ! » une voix de répondre… « Noyez le poisson… »

Et « Saintes-passionnément » s’est abstenue. Monsieur le Maire précise que la ville voit revoir la question du retour en régie municipale de la gestion de l’eau.

Question 27 : demande de subvention pour la programmation culturelle des musées auprès du conseil général Poitou-Charentes.

Fanny Hervé présente la question. Extraits. Il faut solliciter le conseil général pour une subvention supplémentaire, en effet la saison va s’ouvrir et vont aussi recommencer toutes les activités, voire muséales. Au passage une publicité pour l’expo de Patrick Vernon au musée de l’échevinage. (Pour la subvention le document joint à l’ordre du jour indique..  la plus élevée possible… NORMAL)

 

 

17 - Conseil municipal immersion succincte... - Second empire bal au musée Dupuy-Mestreau - Marchés romanesques - Police municipale sur deux roues
17 - Conseil municipal immersion succincte... - Second empire bal au musée Dupuy-Mestreau - Marchés romanesques - Police municipale sur deux roues

Alors que Jean-Philippe Machon, maire, va clôturer la séance, une voix s’élève, c’est Isabelle, de son banc situé (encore) à l’arrière qui demande plus de clarté, ainsi… extraits « … bien élaborer un planning administratif des C.M, car nous avons tous des obligations familiales, d’où l’absence de deux de nos collègues ce soir. Par ailleurs, certes j’étais absente, mais je n’ai pas vu passer la nomination des 12 adjoints. Enfin Monsieur le Maire, vous deviez être à 100 % pour les Saintais, or vous travaillez toujours à Paris, et, à moins que vous ne soyez Superman, les journées n’ont que 24 heures. Vous aviez fait une déclaration d’amour aux Saintais, nous attendons le passage à l’acte ».

Et bien sûr la réponse du « Berger à la bergère »..

Extraits de la réponse de J.P M…. « Oui pour le planning. Pour le déplacement des dates di C.M rien à voir avec mes déplacements à Paris. Quant à la délégation des 12 adjoints, elle est publiée et affichée en mairie. Pour votre pourcentage annoncé, je suis à la disposition des Saintais, sur le téléphone, pour des rendez-vous et des rencontres »

 

Il est aussi demandé par la liste « opposée » que soient plus visibles et affichée une liste exhaustive des élus, avec les détails.

 

Qui aura remarqué que dans la salle il y avait un très jeune homme, en effet il venait accompagner son grand-père à cette manifestation citoyenne; bien pour ses 10 ans.

 

Prochain conseil le vendredi 27 juin à 18 heures.

 

On peut se quitter sur de grandes phrases des ténors de la salle…

Le maire des Saintais... « Il ya un rodage, vous aussi vous êtes en rodage. Pour beaucoup de questions sur l’affichage et la clarté, le prochain magazine de Saintes présentera tout ce que vous désirez »

L’avocat de « Saintes-passionnément… « Merci Monsieur le maire pour votre respect de la loi (procédures des actes administratifs et des décisions), mais je n’ai pas vu votre décision concernant votre choix du stationnement gratuit le samedi, ce qui par ailleurs est un bon geste » (Le maire lui a demandé de regarder sur l’autre page d’un document prestement amené par son camp).

Les commissions(Q / 3), le tableau des citoyens contribuables siégeant à la commission (Q / 13), tableaux des effectifs (Q / 17)
Les commissions(Q / 3), le tableau des citoyens contribuables siégeant à la commission (Q / 13), tableaux des effectifs (Q / 17)
Les commissions(Q / 3), le tableau des citoyens contribuables siégeant à la commission (Q / 13), tableaux des effectifs (Q / 17)

Les commissions(Q / 3), le tableau des citoyens contribuables siégeant à la commission (Q / 13), tableaux des effectifs (Q / 17)

******************************

******************************

Quadrille, polka, mazurka

Au musée de Saintes

Sous les yeux de Pauline...

Sous les yeux de l'abbesse de Saintes, ceci dans le cadre de la nuit des musées.

Sous les yeux de l'abbesse de Saintes, ceci dans le cadre de la nuit des musées.

Et bientôt.....

Soroptimist International - Club de Saintes vous présente cette manifestation littéraire et l'auteur de Culture-Histoire écrivain amateur soutient (de manière non contracuelle) cette manifestation annuelle
Soroptimist International - Club de Saintes vous présente cette manifestation littéraire et l'auteur de Culture-Histoire écrivain amateur soutient (de manière non contracuelle) cette manifestation annuelle
Soroptimist International - Club de Saintes vous présente cette manifestation littéraire et l'auteur de Culture-Histoire écrivain amateur soutient (de manière non contracuelle) cette manifestation annuelle
Soroptimist International - Club de Saintes vous présente cette manifestation littéraire et l'auteur de Culture-Histoire écrivain amateur soutient (de manière non contracuelle) cette manifestation annuelle

Soroptimist International - Club de Saintes vous présente cette manifestation littéraire et l'auteur de Culture-Histoire écrivain amateur soutient (de manière non contracuelle) cette manifestation annuelle

****************************

****************************

" Municipaux "

Ils dépendent du pouvoir de police du maire sur la cité. " Tranquillité - Sécurité - Salubrité "

Ils dépendent du pouvoir de police du maire sur la cité. " Tranquillité - Sécurité - Salubrité "

Voir les commentaires

15 - Patrick Vernon / Mémoire pour ses peintures - Jean-Philippe Machon " Maire " dans le marbre - Le défilé pour une Miss " Galeries Lafayette " - Musique, chants et musées.. programmes de saison

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

 

Patrick Vernon

 

" Le Musée de l’Échevinage accueille pour la première fois à Saintes une série d’œuvres de l’artiste saintais Patrick Vernon, rassemblées par sa compagne Claudia Peppel. Cette exposition présente, au travers d’une trentaine de travaux, une vue d’ensemble de son travail et met en relief les thèmes de l’absence, du noir et blanc et de la ville en polyperspective. Elle propose une approche nuancée de l’œuvre de cet autodidacte infatigable, indépendant et solitaire ". (Texte de la communication mairie de Saintes)

 

Du 14 mai au 8 juin 2014 – Musée de l’Échevinage 

Entrée libre  

« Son monde…. était l’ambiguïté »

(Créations 1980 - 1990)

Une quarantaine d’invités s’étaient rassemblés pour s’immerger dans la mémoire picturale d’un artiste qui nous a quittés trop tôt.

C’est la première fois que les œuvres de Patrick Vernon sont exposées en France, déjà en 2013 ses proches, essentiellement Madame Claudia Peppel, sa compagne, avait présenté ses peintures très contemporaines à Berlin. Dans cette ville allemande il avait été donné comme nom à cette exposition « Je suis parti faire un tour »

Au deuxième étage de l’échevinage à Saintes, lieu prestigieux de par son passé d’ancienne mairie, environ 30 tableaux étaient présentés au public et aux officiels invités. On avait remarqué la présence de Christophe Dourthe, maire de Bussac et conseiller général, noblesse oblige quand on sait que l’artiste Vernon avait vécu une partie de sa vie dans cette commune de la Saintonge. Etaient aussi présents.. La direction des affaires culturelles de la ville de Saintes, Séverine Bompays, conservateur des musées, Philippe Terville, président de la cité musicale de l’abbaye aux Dames et la ville de Saintes avec Fanny Hervé, conseillère municipale, en charge par délégation des affaires culturelles.

Après une première visite des œuvres il y eut diverses prises de paroles,  Séverine Bompays, Madame Peppel Madame Favre, sœur de Patrick Vernon, puis chacun fut invité, certes à revenir, mais dans l’immédiat à partager une collation préparée par « La musardière ».

Avant de se quitter, tout au moins sur ces pages, il faut savoir qu’il a été question, sur une idée de la famille Vernon, de créer une fondation « Patrick Vernon » pour faire connaître son œuvre. Enfin le 27 mai une animation aura lieu autour de cette exposition (Se rapprocher des musées pour en savoir plus)

Nous remercions, certes l’artiste, tellement marqué par sa vie terrestre, sa famille, Catherine Favre, Jean-Luc et Bruno Vernon, mais surtout la commissaire de l’exposition, Claudia … Peppel pour son accueil et toute cette humanité qu’elle nous a communiqué au travers de ses mots, et félicitations car avec ses origines allemandes, elle a très bien maîtrisé notre accent saintongeais.

La ville de Saintes est aussi à remercier pour avoir accueilli en ses locaux les créations picturales de cet artiste, comme l'a précisé Fanny Hervé, c'est un lieu qui avait surtout l'habitude de recevoir des créations, de tous les arts, mais plutôt dans celles du passé. Passé historique de Saintes oblige, enfin obligeait...

 

Sur la première photo on reconnait Fanny Hervé en compagnie de Claudia Peppel.
Sur la première photo on reconnait Fanny Hervé en compagnie de Claudia Peppel.
Sur la première photo on reconnait Fanny Hervé en compagnie de Claudia Peppel.

Sur la première photo on reconnait Fanny Hervé en compagnie de Claudia Peppel.

15 - Patrick Vernon / Mémoire pour ses peintures - Jean-Philippe Machon " Maire " dans le marbre - Le défilé pour une Miss " Galeries Lafayette " - Musique, chants et musées.. programmes de saison
15 - Patrick Vernon / Mémoire pour ses peintures - Jean-Philippe Machon " Maire " dans le marbre - Le défilé pour une Miss " Galeries Lafayette " - Musique, chants et musées.. programmes de saison

***************************

***************************

Les noms gravés dans la pierre ou dans le marbre.

Mairie de Saintes

Une même année.. Jean Rouger c'est un départ, Jean-Philippe Machon c'est une arrivée. Mais question: On inscrit les noms avant d'avoir reçu le diplôme de satisfaction...! Enfin c'est mieux que pour ceux dont les noms figurent sur un fameux monuments de Saintes, avec la mention " M.P.L.F ". Mais autre question: Quelles sont les critères pour l'inscription sur ce monument, certes glorieux, mais fatal...?

Une même année.. Jean Rouger c'est un départ, Jean-Philippe Machon c'est une arrivée. Mais question: On inscrit les noms avant d'avoir reçu le diplôme de satisfaction...! Enfin c'est mieux que pour ceux dont les noms figurent sur un fameux monuments de Saintes, avec la mention " M.P.L.F ". Mais autre question: Quelles sont les critères pour l'inscription sur ce monument, certes glorieux, mais fatal...?

********************

********************

Boutique mariage

Galeries Lafayette

Culture-Histoire....

 

Un pour tous, tous pour un....

15 - Patrick Vernon / Mémoire pour ses peintures - Jean-Philippe Machon " Maire " dans le marbre - Le défilé pour une Miss " Galeries Lafayette " - Musique, chants et musées.. programmes de saison
15 - Patrick Vernon / Mémoire pour ses peintures - Jean-Philippe Machon " Maire " dans le marbre - Le défilé pour une Miss " Galeries Lafayette " - Musique, chants et musées.. programmes de saison
15 - Patrick Vernon / Mémoire pour ses peintures - Jean-Philippe Machon " Maire " dans le marbre - Le défilé pour une Miss " Galeries Lafayette " - Musique, chants et musées.. programmes de saison

****************************************

****************************************

Demandez les programmes

Voir les commentaires

13 - Michel Lis un Saintais dans notre terre de Saintonge: Eclosion d'un nouveau livre - Végétation... No limit...

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

L'homme qui jardinait les plantes, les fleurs, mais aussi les mots et les phrases

" Michel Lis " fait fleurir son nouveau livre... tout de vert vêtu

Face à face il a toujours les bons mots, les bonnes réparties. Sa " gouaille " est très connue et reconnue, il sait de quoi il parle le bonhomme. C'est un savant comme diraient les simples gens...

Face à face il a toujours les bons mots, les bonnes réparties. Sa " gouaille " est très connue et reconnue, il sait de quoi il parle le bonhomme. C'est un savant comme diraient les simples gens...

Pour la sortie de son petit dernier une vingtaine de personnes étaient venues le saluer à l'abboutique (Locaux commerciaux de la cité musicale de l'abbaye aux Dames).
Pour la sortie de son petit dernier une vingtaine de personnes étaient venues le saluer à l'abboutique (Locaux commerciaux de la cité musicale de l'abbaye aux Dames).

Pour la sortie de son petit dernier une vingtaine de personnes étaient venues le saluer à l'abboutique (Locaux commerciaux de la cité musicale de l'abbaye aux Dames).

Avec Michel on a l'impression que la terre se met à tourner dans l'autre sens, en effet il semble en " Stand by " " par rapport aux autres bipèdes que nous sommes et qui voyons le temps défiler... trop vite. Notre toujours dynamique écrivain nous présentait son livre " Les miscellanées des plantes et des fleurs ". Petit livre bien en main avec de splendides clichés (dessins) et bien sûr des textes très appropriées et, comme on connait bien notre fameux jardinier, nul doute que ce plat de lecture sera un met très succulent. Vous avez dit repus.. non jamais vous ne resterez sur votre fin et vous ne demanderez qu'à être servi à nouveau. Pour cela il a prévu une autre sortie en 2015.. mais top secret, si juste une petite révélation... " Gaudemus " comme disait Rabelais, ce qui veut dire " Réjouissons-nous ". Alors avec Michel Lis tout pour le plaisir, tout pour les plaisirs de la vie et soyons-en certains ils passent par nos belles plantes et nos belles fleurs. Pour le détail technique Michel Lis sort en général deux livres par an. Parmi les invités à cette séance de dédicaces on aura reconnu l'artiste peintre Jean-Pierre Blanchard, notre célèbre peintre " en musique " de non moins célèbres hommes publics, de François de Rome à, il y a peu, Félix Ouphouët-Boigny (ancien président de la Côte d'Ivoire) qu'il a été amené à reproduire à l'invitation du gouvernement de ce pays.
Avec Michel on a l'impression que la terre se met à tourner dans l'autre sens, en effet il semble en " Stand by " " par rapport aux autres bipèdes que nous sommes et qui voyons le temps défiler... trop vite. Notre toujours dynamique écrivain nous présentait son livre " Les miscellanées des plantes et des fleurs ". Petit livre bien en main avec de splendides clichés (dessins) et bien sûr des textes très appropriées et, comme on connait bien notre fameux jardinier, nul doute que ce plat de lecture sera un met très succulent. Vous avez dit repus.. non jamais vous ne resterez sur votre fin et vous ne demanderez qu'à être servi à nouveau. Pour cela il a prévu une autre sortie en 2015.. mais top secret, si juste une petite révélation... " Gaudemus " comme disait Rabelais, ce qui veut dire " Réjouissons-nous ". Alors avec Michel Lis tout pour le plaisir, tout pour les plaisirs de la vie et soyons-en certains ils passent par nos belles plantes et nos belles fleurs. Pour le détail technique Michel Lis sort en général deux livres par an. Parmi les invités à cette séance de dédicaces on aura reconnu l'artiste peintre Jean-Pierre Blanchard, notre célèbre peintre " en musique " de non moins célèbres hommes publics, de François de Rome à, il y a peu, Félix Ouphouët-Boigny (ancien président de la Côte d'Ivoire) qu'il a été amené à reproduire à l'invitation du gouvernement de ce pays.

Avec Michel on a l'impression que la terre se met à tourner dans l'autre sens, en effet il semble en " Stand by " " par rapport aux autres bipèdes que nous sommes et qui voyons le temps défiler... trop vite. Notre toujours dynamique écrivain nous présentait son livre " Les miscellanées des plantes et des fleurs ". Petit livre bien en main avec de splendides clichés (dessins) et bien sûr des textes très appropriées et, comme on connait bien notre fameux jardinier, nul doute que ce plat de lecture sera un met très succulent. Vous avez dit repus.. non jamais vous ne resterez sur votre fin et vous ne demanderez qu'à être servi à nouveau. Pour cela il a prévu une autre sortie en 2015.. mais top secret, si juste une petite révélation... " Gaudemus " comme disait Rabelais, ce qui veut dire " Réjouissons-nous ". Alors avec Michel Lis tout pour le plaisir, tout pour les plaisirs de la vie et soyons-en certains ils passent par nos belles plantes et nos belles fleurs. Pour le détail technique Michel Lis sort en général deux livres par an. Parmi les invités à cette séance de dédicaces on aura reconnu l'artiste peintre Jean-Pierre Blanchard, notre célèbre peintre " en musique " de non moins célèbres hommes publics, de François de Rome à, il y a peu, Félix Ouphouët-Boigny (ancien président de la Côte d'Ivoire) qu'il a été amené à reproduire à l'invitation du gouvernement de ce pays.

La phrase du jour à la mode de Michel Lis.....

"J'ai lu dans la presse que notre fleuve Charente était pollué par le négoce du Cognac, ceci d'Angoulême à Cognac, c'est assez curieux. Je ne crois pas que le Cognac soit polluant.....! Enfin de ma maison de Saintes je vois le fleuve tous les jours, je ne vois rien, mais malgré cela je n'en boirai pas... "

***********************************************

***********************************************

La photo du jour..... Rond.. rond....

Merci au fidèle lecteur pour l'envoi de cette photo très.. très apaisante.

Merci au fidèle lecteur pour l'envoi de cette photo très.. très apaisante.

***************

***************

***************

Votre avis Michel Lis...!!!

Votre avis Michel Lis...!!!

Voir les commentaires

11 - Miss Saintes - Pays de Saintonge 2014: Sélection / Election - Guerre 39/45.. Séries saintaises: Numéro 1 / Mitraillage en gare de Saintes 1943 - Nos espaces fleuris

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Elégance représentative

24 mai: Sélection

Avec défilé de mode aux " Galeries Lafayette " Saintes

22 novembre: Election

" Miss Saintes c'est reparti "

Culture-Histoire s'associe à cette manifestation qui va mettre en valeur notre ville. petits conseils aux candidates..... il faut de la correction, de la classe, de l'élégance, afficher d ela superbe tout en restant humble, puis aussi savoir bien prendre la parole en public. L'élue sera certainement amenée à participer à différentes officielles.... C'est cela représenter une ville et sa région. (Surtout attention aux photos que les candidates diffusent sur le Web.... se souvenir.. classe et élégance). A bientôt.... M.S

Culture-Histoire s'associe à cette manifestation qui va mettre en valeur notre ville. petits conseils aux candidates..... il faut de la correction, de la classe, de l'élégance, afficher d ela superbe tout en restant humble, puis aussi savoir bien prendre la parole en public. L'élue sera certainement amenée à participer à différentes officielles.... C'est cela représenter une ville et sa région. (Surtout attention aux photos que les candidates diffusent sur le Web.... se souvenir.. classe et élégance). A bientôt.... M.S

*****************************************

*****************************************

A noter aussi sur vos agendas

Des instants poétiques dans la simplicité.

Des instants poétiques dans la simplicité.

******************************

******************************

Les hommes des espaces verts

Fumer la terre pour avoir de belles fleurs et redevenir Saintes la... coquette.
Fumer la terre pour avoir de belles fleurs et redevenir Saintes la... coquette.
Fumer la terre pour avoir de belles fleurs et redevenir Saintes la... coquette.

Fumer la terre pour avoir de belles fleurs et redevenir Saintes la... coquette.

************************************

************************************

Guerre à Saintes - Numéro 1

" Mitraillage 18 avril 1943 "

Dans la nuit les habitants sont réveillés par des tirs....

Des avions alliés survolent la gare de triage de Saintes.....

Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....
Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....
Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....
Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....
Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....
Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....
Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....
Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....

Après les documents extraits des archives de la mairie (Service documentation), voici les croquis....

M.S l'auteur de Culture-Histoire (Historien amateur spécialisé guerre 39/45 se tient à votre disposition pour tout commentaire supplémentaire. mais il reste preneur de tout témoignage sur cette époque et sur la Saintonge. (Un des plans est un extrait du cadastre de Saintes)
M.S l'auteur de Culture-Histoire (Historien amateur spécialisé guerre 39/45 se tient à votre disposition pour tout commentaire supplémentaire. mais il reste preneur de tout témoignage sur cette époque et sur la Saintonge. (Un des plans est un extrait du cadastre de Saintes)
M.S l'auteur de Culture-Histoire (Historien amateur spécialisé guerre 39/45 se tient à votre disposition pour tout commentaire supplémentaire. mais il reste preneur de tout témoignage sur cette époque et sur la Saintonge. (Un des plans est un extrait du cadastre de Saintes)
M.S l'auteur de Culture-Histoire (Historien amateur spécialisé guerre 39/45 se tient à votre disposition pour tout commentaire supplémentaire. mais il reste preneur de tout témoignage sur cette époque et sur la Saintonge. (Un des plans est un extrait du cadastre de Saintes)
M.S l'auteur de Culture-Histoire (Historien amateur spécialisé guerre 39/45 se tient à votre disposition pour tout commentaire supplémentaire. mais il reste preneur de tout témoignage sur cette époque et sur la Saintonge. (Un des plans est un extrait du cadastre de Saintes)
M.S l'auteur de Culture-Histoire (Historien amateur spécialisé guerre 39/45 se tient à votre disposition pour tout commentaire supplémentaire. mais il reste preneur de tout témoignage sur cette époque et sur la Saintonge. (Un des plans est un extrait du cadastre de Saintes)

M.S l'auteur de Culture-Histoire (Historien amateur spécialisé guerre 39/45 se tient à votre disposition pour tout commentaire supplémentaire. mais il reste preneur de tout témoignage sur cette époque et sur la Saintonge. (Un des plans est un extrait du cadastre de Saintes)

La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)
La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)
La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)
La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)
La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)
La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)
La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)
La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)

La photo aérienne a été prise 16 mois après les faits. En haut on découvre la zone de ce fait de guerre avec les deux ponts (Attention reproduction de cette photo interdite pour la vente). Seuls la grosse douille et le gros impact peuvent provenir de ce mitraillage, pour le reste des impacts et éléments c'est moins certain. Pour les impacts A et B: Le " A " pour sur la structure du pont, aucune certitude, mais ces deux seuls points relevés sur les faces " visitables " pourraient bien dater de ce 18/4/43. Sur d'autres sites de mitraillage les impacts / trous sont plus flagrants. A savoir que les calibres utilisés par les avions, selon l'appareil, pouvaient être du... 7,5 mm, du 12,7 mm, voire du 20 mm (canon des Mosquitos)

Voir les commentaires

1 2 > >>