Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

6 - St Sever de Saintonge - Beillant - Il avait 19 ans et travaillait pour la SNCF en été 1944

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

Emile Slanka

" Il avait 20 ans "

Il s'était caché sous un wagon

pensant être à l'abri des balles des avions anglais.....

" 19 juillet 1944 "

Triangle SNCF de Beillant

Saint-Sever-de-Saintonge 17

6 - St Sever de Saintonge - Beillant - Il avait 19 ans et travaillait pour la SNCF en été 1944

Mitraillage de " Beillant " - 19 juillet 1944

Saint Sever de Saintonge

" Mort d'Emile Slanka "

Témoignages

Barbot A -

Un après-midi, vers 17 heures, des avions ont mitraillé la gare. Une personne a été tuée vers les halles de " Beillant ", appelées " le triangle " du fait des liaisons des voies ferrées. Il s'appelait Slanka et avait un frère à Chaniers. (18/12/1993)

Bourinet Jean-Claude - 1936 (Beillant - St Sever)

J'étais à nager dans la Charente, quand des avions sont arrivés et ont mitraillé. Ils ont rasé la gare, un homme de la COOP nous a fait sortir et on s'était mis dans un fossé. Ce jour-là un nommé Slanka a été tué. (1998)

Doucet Armand - (Parents PN de St Sever de Saintonge)

Dans le parc de " Beillant " un nommé Slanka a été tué par mitraillage aérien. A cette époque un nommé Foulon travaillait avec Slanka au parc. (1994/1997)

Doucet James - 27 ans en 1944

C'était un après-midi, un avion est venu mitrailler le parc, en fait dans le triangle de la SNCF. Un travailleur privé a été tué, il s'agit de Slanka. Un autre homme a eu un œil crevé, il s'appelait Stéphen .... ! (1994)

Foulon Marcel - 1916

A cette époque je travaillais au parc de " Beillant ", SNCF. J'étais dans l'entreprise Chaussat en tant que chef d'équipe. Je me trouvais à la halle de déchargement, quand surgirent deux avions canadiens (Etoile.... ), au-dessus des bois " des sablières ". Les ouvriers eurent à peine le temps de se camoufler, en effet les avions, prenant les chaudières à bois pour des locomotives, prirent celles-ci en enfilade sous leurs feux , je n'ai rien eu, mais monsieur Slanka (Jean) avait ses trois fils et parmi eux il y a eu des blessés. Il y avait Ludovic, Emile et Joseph. Ludovic avait été blessé à la main. M. Delaisse avait aussi été blessé. Emile Slanka avait été grièvement blessé par une balle qui avait ricoché.

J'avais alors sorti Emile de dessous le wagon où il s'était réfugié, il avait été gravement touché à la poitrine. Il avait été emmené au café " Wenden " puis en ambulance à l'hôpital de Saintes. Il est mort suite à ses blessures, ces tirs furent une erreur.

Il y a eu des impacts dans la gare elle-même et sur le mur de la halle, toujours visibles. (1994)

Parvery Marie-Louise - 1918 (Veuve de René Parvery) Saintes

C'était un après-midi, on allait ramasser des pissenlits, un petit avion était passé en mitraillant. le fils Brun qui travaillait sur le parc (de Beillant..) avait été tué, il s'était caché sous une locomotive. (1997) Remarque: Il y a certainement confusion sur le nom, en effet un autre témoin cite Brun mais ne parle pas de son décès. Témoin Guérin Gilbert (11/1994

Slanka Ludovic - 16 ans en 1944

En 1944 je travaillais avec mon père et mes frères dans une entreprise d'Angoulème.

Un après-midi, alors que je travaillais dans le parc de " Beillant ", gare de St Sever de Saintonge, deux avions canadiens sont arrivés (Nationalité constatée où cela lui a été dit.... M.S) et ont survolé les voies ferrées en arrivant du côté de Bordeaux et en se dirigeant vers Saintes.

Nous apercevions très bien la tête des aviateurs. Il y avait deux hommes par avion (certainement des " Mosquito "), ceux-ci tiraient des balles perforantes et explosives. Ces avions avaient lâché des fusées, mais c'était trop tard au parc. Ainsi il y a eu six blessés dont un homme grièvement.

Mon frère Emile Slanka, âgé de 18 ans, a été grièvement blessé. Il a été emmené à l'hôpital de Saintes pour y être soigné, mais il mourra le surlendemain, soit le 21 juillet 1944 à 7 h 15 (Acte décès état-civil). Il avait été soigné par le docteur Jonchères, mais il avait arraché ses pansements. Il n'avait reçu que des balles perforantes. Son nom est inscrit au monument aux morts de St Sever de Saintonge.

J'étais parmi les blessés, en effet j'avais reçu des éclats. Un autre de mes frères avait eu le bras perforé. Un chef d'équipe avait aussi été blessé, un autre homme avait eu un œil crevé.

Dans la gare de " Beillant " il y avait quelques locomotives stationnées sur des voies de garage. Elles y étaient au repos depuis quelques-temps, elles avaient été en panne où avaient déjà été mitraillées. Mais à proximité il y avait des fours à charbon qui fumaient, laisant supposer aux aviateurs qu'il y avait des locomotives en marche. Au moment du tir les hommes étaient occupés au déchargement du bois. (J'ai indiqué aucun sur le témoignage de 1993.... ai-je voulu dire aucun blessé à cet endroit...! M.S)(Témoignage 1993)

Remarques:

- L'extrait du régistre de l'hôpital de Saintes, relevé en 1994, ne mentionne pas le nom de Slanka, le document ne commence que le 22 juillet 1944 (Voir mon livre sur Ecurat, page 32 - Edition 1995)

Le livre de H.Gayot mentionne ce mitraillage à la page 100 ((Voir mon livre sur Ecurat, page 23 - Edition 1995)

- Un document du 151 squadron de la R.A.F indique une attaque de 2 avions " Mosquito " le 19 juillet 2020 avec destruction de trains (Voir dossier " Crash d'un avion de la R.A.F à Ecurat le 22/7/1944 ")

- Il n'est pas inscrit la mention " Mort pour la France " alors qu'il est marqué sur le monument aux morts de la commune.

Pièces de ce dossier: Extrait livre H.Gayot, extrait du " Journal de Saintes " (parution de la fin juillet...!), mission du 151 squadron de la R.A.F, acte de décès, plan selon un témoin.

 

Saisie du 30/7/2020 Edité: 8/2020

La gare de " Beillant " (Saint Sever de Saintonge) est reconnaissable du fait de ce carrefour ferroviaire en triangle.. Ligne de Saintes à Cognac partant vers l'est et en restant côté ouest la voie continue sur Bordeaux.
La gare de " Beillant " (Saint Sever de Saintonge) est reconnaissable du fait de ce carrefour ferroviaire en triangle.. Ligne de Saintes à Cognac partant vers l'est et en restant côté ouest la voie continue sur Bordeaux.

La gare de " Beillant " (Saint Sever de Saintonge) est reconnaissable du fait de ce carrefour ferroviaire en triangle.. Ligne de Saintes à Cognac partant vers l'est et en restant côté ouest la voie continue sur Bordeaux.

On ne le dira jamais assez... la S..N.C.F et tous le réseau ferroviaire, via tout le personnel humain aura payé le prix fort pour detuire la machine de guerre allemande et surtout éviter que des renforts se dirigent vers la Normandie et les fronts nombreux sur notre territoire.  A Chaniers, ce 8 juin (1944) un cultivateur a aussi été tué par des avions alliés mitraillant un train. Il s'appelait Nadeau, il travaillait dans ses vignes avec ses bœufs. Ils sont déclarés " Morts pour la France ".
On ne le dira jamais assez... la S..N.C.F et tous le réseau ferroviaire, via tout le personnel humain aura payé le prix fort pour detuire la machine de guerre allemande et surtout éviter que des renforts se dirigent vers la Normandie et les fronts nombreux sur notre territoire.  A Chaniers, ce 8 juin (1944) un cultivateur a aussi été tué par des avions alliés mitraillant un train. Il s'appelait Nadeau, il travaillait dans ses vignes avec ses bœufs. Ils sont déclarés " Morts pour la France ".

On ne le dira jamais assez... la S..N.C.F et tous le réseau ferroviaire, via tout le personnel humain aura payé le prix fort pour detuire la machine de guerre allemande et surtout éviter que des renforts se dirigent vers la Normandie et les fronts nombreux sur notre territoire. A Chaniers, ce 8 juin (1944) un cultivateur a aussi été tué par des avions alliés mitraillant un train. Il s'appelait Nadeau, il travaillait dans ses vignes avec ses bœufs. Ils sont déclarés " Morts pour la France ".

Commenter cet article
P
Ça fait vraiment drôle de voir des gens que j'ai connu qui témoignent pour ce fait de guerre.
Je pensais que la seconde guerre mondiale était loin ; en fait, pas tant que cela !
Répondre