Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

15 février - Eloge de l'intime avec Karine Salmieri et Alice Mathevet. Commerce en 1936 Saintes. Lapidaire en transhumance. Site de La Palu Saintes ou Loisirs et écologie

Publié le par culture-histoire.over-blog.com

" La Palu " à Saintes

Loisirs en environnemental

On  partage la terre... entre la conserver au mieux et en jouir

C'est pour très bientôt... un mini grand projet municipal...
C'est pour très bientôt... un mini grand projet municipal...

C'est pour très bientôt... un mini grand projet municipal...

Déplacement sur le terrain.... mise presque en configuration....

Déplacement sur le terrain.... mise presque en configuration....

Extrait final du communiqué de la mairie..... " Cet aménagement remarquable et la richesse des activités qui y seront proposées permettront à terme pour Saintes de développer de nouveaux services, commerces et animations offrant des opportunités de création d'emploi tout en préservant l'un des atouts majeurs de notre ville, la qualité de son cadre de vie. (Communiqué écrit du 15/02).. Voyons sur le terrain en conférence....
Extrait final du communiqué de la mairie..... " Cet aménagement remarquable et la richesse des activités qui y seront proposées permettront à terme pour Saintes de développer de nouveaux services, commerces et animations offrant des opportunités de création d'emploi tout en préservant l'un des atouts majeurs de notre ville, la qualité de son cadre de vie. (Communiqué écrit du 15/02).. Voyons sur le terrain en conférence....
Extrait final du communiqué de la mairie..... " Cet aménagement remarquable et la richesse des activités qui y seront proposées permettront à terme pour Saintes de développer de nouveaux services, commerces et animations offrant des opportunités de création d'emploi tout en préservant l'un des atouts majeurs de notre ville, la qualité de son cadre de vie. (Communiqué écrit du 15/02).. Voyons sur le terrain en conférence....

Extrait final du communiqué de la mairie..... " Cet aménagement remarquable et la richesse des activités qui y seront proposées permettront à terme pour Saintes de développer de nouveaux services, commerces et animations offrant des opportunités de création d'emploi tout en préservant l'un des atouts majeurs de notre ville, la qualité de son cadre de vie. (Communiqué écrit du 15/02).. Voyons sur le terrain en conférence....

 

Le grand site de « La Palu »

 

In situ, malgré les pieds presque dans l’eau de la Charente encore stagnante, le maire, des techniciens et des prestataires étaient au rendez-vous sur l’épi centre de ce projet municipal.

Projet qui a fait couler beaucoup d’encre, et qui a tendance à en subir encore les effets.

En vrac des mots de Jean-Philippe Machon, maire….

« L’avenue de Saintonge va être plus fonctionnel, nettement améliorée. Les ponts vont être déposés, il y aura une plage, une guinguette. Des jeux et un théâtre de verdure »

Puis la parole est donnée à une technicienne de la mairie.

Ainsi on apprend que ce site de plus de 122 hectares (voir calcul….surface) sera pour le meilleur des profits par le public. La flore locale et les nombreux petits êtres de la faune seront bien protégés.

Ce site sera découvert via tous les éléments ludiques qui le composeront, un accueil dans les meilleures des conditions. Seront aussi installés des tables pour le pique nique, des modules de « Fitness »  mais aussi il y aura des jeux nautiques, avec une infrastructure provenant de l’extérieur (Partenaires extérieurs). Le site de loisirs aura, entre autres,  une vocation pédagogique pour les enfants. Et bien d’autres bonnes idées, le plan nous les révèlent d’ailleurs, comme on peut le voir les pêcheurs n’ont pas été repoussés, nous aurons aussi une maison de la nature…

Pour les travaux Monsieur le maire….!

« On peut dire que c’est démarré et que la première tranche de travaux nous sera livrée au maximum fin mai 2018. En 2019 la deuxième partie sera achevée, ce délai est aussi nécessaire pour certaines études, actions, voir dans le domaine de la pollution, mais surtout dépollution avant la suite ».

En effet ce lieu qui sera devenu très fréquentable, bien que dans le total respect des lieux et dans un accueil devenu très sain, actuellement il y a de soucis de mauvaises fréquentations. (ndlr. Et d’incivilités).

Pour les partenaires extérieurs deux supers points importants en faveur de ce projet… Une proximité directe avec le cœur de ville et cette conjugaison d’un pôle récréatif avec le pôle environnemental.

D’une même voix, avant de se séparer, techniciens, l’élu et partenaires… ont déclaré (tout au moins M. le Maire)….  « On va réussir ce défi »

 

Frises romaines

&

Mausolées

Saintes bouge

De Médiolanum aux divers dépôts

Via les musées de Saintes bien sûr.

La première phase de déplacement des pierres et sculptures romaines provenant de notre musée lapidaire mais surtout de la civilisation romaine implantée à Médiolanum il y a 2000 ans. La première phase avait duré 8 jours pour 67 palettes avec 100 blocs. Les déménageurs, du personnel de la ville spécialement formé, avait évacué ces blocs qui faisaient jusqu'à une tonne. Le formateur étant Anthony Quatreveau, aussi restaurateur de sculptures. Voici le site ce jeudi, avant le transfert des blocs vers leur nouvel hébergement " La trocante ".

La première phase de déplacement des pierres et sculptures romaines provenant de notre musée lapidaire mais surtout de la civilisation romaine implantée à Médiolanum il y a 2000 ans. La première phase avait duré 8 jours pour 67 palettes avec 100 blocs. Les déménageurs, du personnel de la ville spécialement formé, avait évacué ces blocs qui faisaient jusqu'à une tonne. Le formateur étant Anthony Quatreveau, aussi restaurateur de sculptures. Voici le site ce jeudi, avant le transfert des blocs vers leur nouvel hébergement " La trocante ".

Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.
Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.

Pour la visite de ce jour nous avions comme guide et protecteur (le ciel pouvant nous tomber sur la tête) Bertrand Maratier, des musées de Saintes. " Les remparts romains, dont proviennent ces blocs, réutilisés, avaient plusieurs fonctions car ils devaient protéger, mais surtout montrer la puissance, c'était par orgueil aussi. Ces blocs ont eu trois vies.. le monument, le rempart, leur découverte et leur exposition ". On apprend aussi qu'il y en a 1800 dans toutes les structures de conservation de la ville. Une grande partie de ces collections uniques, dans notre Aquitaine, ont essentiellement été découvertes lors des fouilles sur le site de l'ancien hôpital St Louis (L'abbé Lafférière). Et dernier gros détail... Il reste environ 300 palettes pour 350 blocs à évacuer.

A quelques-pas de là une rencontre bien sympathque....

A quelques-pas de là une rencontre bien sympathque....

15 février - Eloge de l'intime avec Karine Salmieri et Alice Mathevet. Commerce en 1936 Saintes. Lapidaire en transhumance. Site de La Palu Saintes ou Loisirs et écologie
15 février - Eloge de l'intime avec Karine Salmieri et Alice Mathevet. Commerce en 1936 Saintes. Lapidaire en transhumance. Site de La Palu Saintes ou Loisirs et écologie
15 février - Eloge de l'intime avec Karine Salmieri et Alice Mathevet. Commerce en 1936 Saintes. Lapidaire en transhumance. Site de La Palu Saintes ou Loisirs et écologie
15 février - Eloge de l'intime avec Karine Salmieri et Alice Mathevet. Commerce en 1936 Saintes. Lapidaire en transhumance. Site de La Palu Saintes ou Loisirs et écologie

" Eloge de l'intime "

​​​​​​​ Ou le monde de la tendresse

à fleur de peau

Avec Karine & Alice .... leur intime qui ouvre sur l'intime du monde....

Avec Karine & Alice .... leur intime qui ouvre sur l'intime du monde....

 

 

Un livre à deux mains…

l’une écrit et l’autre dessine.

Un thème léger et pourtant qui se trouve dans l’intime de l’humanité.

 

« Eloge de la fellation »

 

Ainsi ce mercredi soir les deux jeunes femmes, peintre pour l’une et auteure de nouvelles pour l’autre, se sont attablées au café « La Musardière » pour dédicacer leurs ouvrages mis en vente.

 

Indiscrétion…

 

En septembre 2017 un ami commun aux deux jeunes femmes leur a conseillé de sortir un livre qui mettrait en valeur leurs deux compétences.

Petit fascicule de 40 pages, il est composé des écrits d’Alice et des dessins de Karine, dessins spécialement réalisés pour cet ouvrage, sauf un qui sort de ses œuvres passées.

Karine, qui expose par ailleurs à la galerie d’art d’Yvan Rotrou, est dans la peinture depuis 1996. Que l’on reconnaîtra avec son style bien à elle, des corps assez filiformes, très coloriés et souvent en osmose physique. Ou le féminin semblerait dominer.

Alice aime l’écriture, depuis l’école primaire elle a toujours aimé écrire, elle devait savoir très tôt le poids des mots. Elle a été lauréate à des concours de nouvelles, ainsi par deux fois en 2016 et en 2017. Une de ses nouvelles étant « Je suis né hier » dans un recueil collectif… « La peau des autres » aux éditions « La passe du vent ».

Certes Karine avait ses images, mais c’est Aline qui a choisi le déroulement de cette petite nouvelle… !

Alice quel est le thème de cette histoire ?

« L’histoire parle d’une femme et de sa rencontre avec la fellation, et se voulant être un conseil aux hommes, les rapports. En fait un tutoriel écrit, bien sûr ».

Pour Karine en fait chacun de dessins correspond au plus près du scénario écrit.

En quatre mois de travail les deux complices ont bouclé leur projet. Ce sera à vous de dire si ce fut un bon travail en osmose entre la pensée et les dessins ! C’est vraiment des « petites nouvelles » mais est-ce des nouveautés !

Avant de nous séparer…. Le mot de la fin sous formes de pensées ou de maximes ... 

Karine… « Un tien vaut mieux que deux tu auras »

Alice… « La tendresse a des secondes qui battent plus lentement que les autres ».

 

​​​​​

Quittons ces intimes secondes de Karine & Alice pour remonter le temps et nous retrouver dans des instants de vie du temps passé, de tous ce intimes enfouis dans notre histoire. Ici nous sommes dans le patrimonial, à Saintes en 1936 et bien avant. Merci à la personne qui nous a aimablement communiqué ces documents photographiques....
Quittons ces intimes secondes de Karine & Alice pour remonter le temps et nous retrouver dans des instants de vie du temps passé, de tous ce intimes enfouis dans notre histoire. Ici nous sommes dans le patrimonial, à Saintes en 1936 et bien avant. Merci à la personne qui nous a aimablement communiqué ces documents photographiques....

Quittons ces intimes secondes de Karine & Alice pour remonter le temps et nous retrouver dans des instants de vie du temps passé, de tous ce intimes enfouis dans notre histoire. Ici nous sommes dans le patrimonial, à Saintes en 1936 et bien avant. Merci à la personne qui nous a aimablement communiqué ces documents photographiques....

Toujours dans le passé, le cheval de bataille de l'auteur de Culture-Histoire... nouvelles des investigations sur le site du crash d'un avion sur lequel il travaille depuis 1999.... Images....

Toujours dans le passé, le cheval de bataille de l'auteur de Culture-Histoire... nouvelles des investigations sur le site du crash d'un avion sur lequel il travaille depuis 1999.... Images....

Savez-vous que parfois on retrouve des fragments de cet avion dans des branches.... en effet des fils électriques, ici d'un électro-aimant... sont montés dans les cimes des arbres, au fil des ans, accrochés dans les branches montantes. Magique..... (Photo " D " lire vitrage au lieu de vitarge)
Savez-vous que parfois on retrouve des fragments de cet avion dans des branches.... en effet des fils électriques, ici d'un électro-aimant... sont montés dans les cimes des arbres, au fil des ans, accrochés dans les branches montantes. Magique..... (Photo " D " lire vitrage au lieu de vitarge)
Savez-vous que parfois on retrouve des fragments de cet avion dans des branches.... en effet des fils électriques, ici d'un électro-aimant... sont montés dans les cimes des arbres, au fil des ans, accrochés dans les branches montantes. Magique..... (Photo " D " lire vitrage au lieu de vitarge)
Savez-vous que parfois on retrouve des fragments de cet avion dans des branches.... en effet des fils électriques, ici d'un électro-aimant... sont montés dans les cimes des arbres, au fil des ans, accrochés dans les branches montantes. Magique..... (Photo " D " lire vitrage au lieu de vitarge)

Savez-vous que parfois on retrouve des fragments de cet avion dans des branches.... en effet des fils électriques, ici d'un électro-aimant... sont montés dans les cimes des arbres, au fil des ans, accrochés dans les branches montantes. Magique..... (Photo " D " lire vitrage au lieu de vitarge)

Commenter cet article